Bonne année 2022 quand même !

Notre planète se meurt, exsangue, polluée, souillée. Nos ressources naturelles sont en voie d’épuisement. Le dérèglement climatique s’accélère. Et pourtant, les dirigeants du monde continuent d’adorer le dieu « Croissance ».

Nos institutions françaises sont à bout de souffle, la majorité macronienne gouverne à la petite semaine, sans cap, sans illusions ni enthousiasme. L’opposition pécressiste vante l’Ordre moral conservateur et le repliement comme seules alternatives. La gauche – déboussolée – n’a jamais été autant divisée depuis la fin des années 1960. À cause des egos surdimentionnés des uns et des autres, elle a logiquement perdu la confiance des progressistes.

Par ailleurs, la peste brune se répand partout. Des prophètes de bon et de mauvais augures profilèrent comme des petits pains ; ils entendent profiter de l’aubaine de ce « monde promis à l’effondrement ».
La rengaine est toujours la même en temps de crise : les peurs accumulées de la dégradation sociale et de l’invasion des migrants sont le terreau d’idéologies monstrueuses. Serions-nous incapables de retenir les leçons du passé ? L’Histoire est-elle fatalement tragique ?

Les adhérents de l’association Chartres Écologie ne peuvent s’y résoudre. Ils entendent se battre pour transformer les citoyens spectateurs en acteurs de leur propre destinée et de notre avenir commun, en humains économes de la Vie.

Bonne année 2022, malgré tout, chères lectrices, chers lecteurs de Cactus.press ! Que l’an nouveau vous insuffle l’énergie nécessaire pour soulever des montagnes et repousser les pandémies virales et fascisantes.

Gérard Leray, au nom du Comité de rédaction de Cactus.

1 Commentaire

  1. Merci Gérard pour cette analyse et ces voeux « malgré tout » ils sont bien le reflet de notre monde malade …
    Pourtant,ces derniers jours je suis tombé sur des auteurs bien inspirés qui méritent notre attention, je veux parler de Eloi Laurent (Nos mythologies économiques) Cyril Dion (Animal) Hervé Kempf (Reporterre) et aussi Rémi Masséglia (Naïs au pays des loups) à déguster sans réserves. Bonne année à tous les « cactusiennes et cactusiens » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*