« Moins vous parlez, mieux je me porte »

L'exécutif chartrain sans masque...

Mon conseil municipal du 15 décembre 2021. J’arrive, une fois n’est pas coutume, avec cinq minutes de retard, la séance n’a pas commencé, mais l’ambiance n’est pas à la potache rigolade habituelle. Foyer épidémique à la tribune ? Malgré la stricte consigne sanitaire figurant sur notre convocation, la quasi-totalité des membres de l’exécutif ne porteront pas de masque durant toute la séance (même pour le baiser de félicitation entre le maire et Jean-François Plaze, nouvel adjoint).

Ladislas Vergne ayant perdu son titre d’adjoint lors de la précédente séance, l’ironie du sort le place à notre rang, à côté de Quentin Guillemain. Nous ne pensions pas qu’il serait puni à ce point par le maire !
A l’issue de l’élection de M. Plaze (déjà vice-président à l’agglo), notre premier magistrat refuse de répondre à M. Guillemain lui demandant ce que deviendraient les délégations dont Vergne avait la charge, M. Plaze ayant déjà la lourde de charge de mettre en œuvre les opérations de rénovations d’immeubles en péril en centre-ville ! Cela ne l’empêchera pas de lui reprocher ensuite de ne pas répondre à la question incongrue et indiscrète : « Pourquoi êtes-vous venu habiter à Chartres (puisque cette ville vous déplaît tant) ? ».

Les débats débutent. Brigitte Cottereau puis Jacqueline Marre s’étonnent de la baisse des effectifs du personnel communal. Gorges se félicite d’être de plus en plus efficace et annonce que la mise en marche du pôle administratif permettra de se passer à terme de 100 agents, soit une économie de 5 millions d’euros par an. Nous savons que cette baisse est essentiellement due aux transferts réguliers vers les SPL d’administration privée. A titre d’exemple, la totalité des services faisant vivre le théâtre et les autres salles de spectacle vient de passer sous la tutelle C’Chartres Spectacle !

Il faut attendre une double intervention d’Olivier Maupu et moi-même contre de nouvelles opérations de sur-densification et d’artificialisation en ville pour entendre enfin à 22 heures puis 22h15 la rengaine tant attendue :
• Mes réalisations professionnelles (donc architecturales) locales font honte aux Chartrains, elles devraient m’inviter à plus d’humilité et disqualifient mes propos,
• Nous sommes tous de dangereux gauchistes.

A l’occasion de cette délibération, Gorges, sous les rires de l’assemblée majoritaire, nous rappelle que la nature et le vivant, c’est pour la campagne et que les gens ne viennent pas en ville pour emprunter des trottoirs en herbe !

En continuant sa leçon d’urbanisme, le maire se prend les pieds dans le tapis au sujet du pôle gare : « Nous avons remplacé un tas de béton et de ferraille par… (il sèche) …du béton et de l’acier évidemment ! » C’est à l’issue de ce débat qu’il me dit à trois reprises : « Moins vous parlez, mieux je me porte », en précisant que, désormais, il refusera de me répondre (depuis le temps qu’il le promet… !)

Les derniers échanges concernent les trois millions de subventions à voter pour les associations sportives (sans compter le financement complémentaire considérable par les contributions publiques et communautaires des SPL, à l’eau, à l’énergie et aux déchets, par exemple). Gorges se rend fier d’être à la tête d’une ville se hissant au premier rang national pour les clubs de haut niveau (à vérifier…). C’est ce qu’il appelle être une ville sportive, politique illustrée par le projet de salle sportive et culturelle au pôle gare, où aucun Chartrain ne pratiquera le moindre sport à l’exception des quelques professionnels chèrement recrutés ! Pendant ce temps, les trop rares gymnases de quartier continuent à tomber en ruines. Pas à une approximation près, le maire annonce un nombre de 300 à 400 adhérents pour le club de tennis de table, tandis que le rapport qui nous est soumis précise qu’il sont 116 en 2021…

Gaël Garreau (LREM) a activement participé aux débats lors de cette séance… pour soutenir avec emphase tout ce qui participe au rayonnement chartrain : 50 000 euros de subvention pour la Cosmetic Valley (« une association comme les autres », selon Gorges), 60 000 euros pour la communication du Figaro en faveur de Chartres en Lumière et l’ouverture dominicale des commerces étendue à 12 dates (« Laisser les gens libres de consommer et de gagner »).

Chose assez désagréable et inédite lors du conseil, le maire tient à détailler nos noms pour certaines délibérations auxquelles nous nous opposons « afin que les commerçants ou chercheurs d’emplois sachent qui vote contre leurs intérêts ». Sale ambiance !

Minuit trente, nous quittons les lieux une fois les 78 délibérations éclusées.

Jean-François Bridet, élu municipal Chartres Écologie.

13 Commentaires

  1. Bonne nouvelle en lisant le publi reportage « Chartres Agglomération » où Sieur Masselus a annoncé que grâce à la bonne gestion de l’agglomération, les citoyens et les entreprises n’ont pas eu d’augmentation de leur fiscalité. Bravo et vivement le remboursement de la hausse de la taxe foncière. Sinon, merci de demander un démenti de cette affirmation

  2. Voir Synelva sponsoriser une équipe de sport alors qu’il n’y a aucune raison de sponsoriser (c’est un service imposé et les habitants de l’agglomération n’ont pas le choix du prestataire et je ne vois pas des marseillais passer par la prestation Synelva). Abus de pouvoir, toujours les mêmes qui paient….

  3. Le JPG adopte les mœurs d’un taulier en logeant à l’enseigne de son palais moyennant rétribution, les satellites qu’il multiplient à l’envie … Qui et quand pour siffler la fin du jeu ?

  4. @ TF : « l’obligation de payer un loyer » faite aux multiples structures périphériques de l’agglo a pour support l’obligation d’une installation de leur siège. JPG fait de son couteux palais une pseudo maison commune de l’agglo pour « institutionnaliser » ce qui n’est en vrai qu’un simple et pur racket !

  5. A Etienne:
    il se dit que depuis déjà de nombreux mois, les satellites gorgiens de la tentacule chartraine ( services publics des eaux, de l’électricité, des ordures ménagères…) ont l’obligation payer un loyer à cette structure administrative.

  6. Le vide. J’ai reçu les prospectus votre ville et votre agglomération faisant leur « une » sur l’ouverture de l’extraordinaire pôle administratif. Après une petite balade dominical auprès de ce fameux pôle, quelle tristesse de voir que cette ouverture n’est qu’un vaste plan de communication visant à cacher le fiasco. Seul 10% du bâtiment est utilisé et le reste n’est qu’un vague chantier. Faire le conseil municipal dans le pôle administratif fait croire aux chartrains que les 65 millions d’euros sont bien utilisés alors que le restaurant n’est pas encore opérationnel (et une petite pensée pour eux qui pourront devenir une vraie attraction pour les visiteurs comme au zoo). Communication quand tu nous tiens. Tiens, sur ma facture Synelva, j’apprends qu´ils ont aussi intégré le pôle. Si je vais à l’accueil, vous croyez que je vais pouvoir rencontrer quelqu’un de Synelva ou est-ce que la métropole paie un service de coursier pour faire croire qu’ils ont quitté Luce

  7. On dirait un personnage de Groland. Mais bon groland ça dure une demie heure, mais là 5 heures de ça ! Bravo à vous pour votre courage.

  8. Au fil des comptes rendus de ces séances on reste sidéré(e) devant la muflerie du maire et de ses affidés. Merci aux courageux conseillers d’opposition de tenir tête et de tenir bon !

  9. Si les rôles avaient été inversés, il y aurait déjà un article dans l’Echo avec plainte de la bande à JPG!!!!

  10. Juste après le CM, Quentin Guillemain est allé saluer les techniciens de la régie, en leur disant, sur le ton de la plaisanterie, qu’ils risquaient de se faire remonter les bretelles par Gorges qui n’a pas apprécié les problèmes de non-affichage des votes à plusieurs reprises lors de la séance. Masselus était derrière QG et a entendu… Pétage de plombs dudit Masselus qui a littéralement agressé oralement QG en allant jusqu’à se positionner face à lui en le poussant du torse. Ça a duré quelques secondes, et c’est l’élue Isabelle Ménard qui a rappelé Masselus à l’ordre en lui demandant de se calmer. Très étonnant de la part d’un gars d’ordinaire plutôt calme. Tous les présents, de la majorité et de l’opposition, ont halluciné. Masselus est tendu. Mais pourquoi donc ?

  11. 5 Millions d’Euros d’économie, par an, pour 100 postes d’agents, supprimés !!! Je m’étonne du chiffre ??? (soit, 50 000 Euros par poste et par an ???)

  12. Il pourrait également candidater au titre de porte-parole de E. Z, réactionnaire notoire qui dit se présenter à la fonction présidentielle; il serait tout autant en phase avec ses méthodes d’écrasement de la parole quand elle ne lui convient pas.
    Allez lors du prochain C.M, vite des « zouaves » ( groupuscule d’activistes frappant sans compter) dans l’hémicycle, pour l’ambiance baston/cassage de g… de gauchiste !
    Pauvres hères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*