SportExpress : les temps changent…

Le rugby qui se footbalise un peu, des footballeurs face à la justice, un marathon « interdit » et une coqueluche milanaise… L’actualité du sport vue au delà du simple résultat.

Carton jaune. Il fallait s’y attendre : les mauvais résultats du RC Toulon et ses dissensions avec les joueurs ont mis un terme au contrat du manager Patrice Collazo. On aurait pourtant pu croire que, malgré cette mauvaise passe, l’entraîneur allait conserver sa place sur le banc, le rugby n’ayant pas trop l’habitude de ces licenciements de crise. Surtout si l’on se souvient des engagements pris. « Patrice est là pour les cinq prochaine années » avait affirmé le président Bernard Lemaître il y a un an avant d’ajouter : « Moi, je ne change pas comme ça, avec Patrice on partage les mêmes valeurs (…). Si un coach est en permanence sur la sellette, comment peut-il donner sa pleine mesure… », déclarations rapportées par L’Equipe (27 octobre). Mais voilà les temps changent. Et à l’instar du foot et de ses contradictions concernant le sort (fragile) des entraîneurs, le rugby,inexorablement, se « footballise ». On en aura un peu plus la preuve lorsqu’on aura précisé que l’arrivée de Franck Azema, en provenance de Clermont avec lequel il avait rompu son contrat en juin et auquel il devrait des indemnités a suscité de vives réactions du côté du club auvergnat, lequel n’excluait pas une action juridique. Certes, le rugby reste sur le terrain garant des grandes valeurs du sport, de l’esprit sportif, du respect de l’arbitrage et du fair-play mais, certaines pratiques autrefois inimaginables (annonce de changement de club en cours de saison, transfert d’arrangement*…) apparaissent de ci, de là. Le communiqué en guise d’alerte du club clermontois précisant qu’il ne souhaitait pas « qu’un précédent lourd de conséquences pour les relations contractuelles dans le rugby français » soit créé, pourrait bien faire office de carton jaune…
*A quelques journées de la fin du Top 14 la saison dernière, l’international Gaël Fickou a été transféré du Stade Français au Racing 92.

Et avec ça, le foot…

A qui le tour. Après Benjamin Mendy, accusé de viols et d’agression sexuelle qui est en prison en Angleterre, après Lucas Hernandez, autre Bleu, qui a failli y aller en Espagne pour non-respect d’éloignement après coups et blessures sur sa compagne, après Karim Benzema qui attend son jugement dans l’affaire de la sextape , c’est au tour d’un autre international, Guinéen cette fois, d’avoir affaire avec la justice. Après un match à Nantes, Mohamed Bayo, joueur de Clermont (Ligue1), a provoqué, en état d’ébriété, un accident après avoir grillé un feu rouge et blessé deux passagers dans la voiture percutée. Et mieux encore, il était en récidive après une conduite sous stupéfiants en 2019. Il a eu beau s’excuser, reconnaître ses torts et être soutenu dans cette « épreuve » par son club, il sera jugé en… juin 2022. Et donc pourra poursuivre tranquillement sa saison. A qui le tour…

Et encore…

Privés de New-York. Pas de marathon de New-York pour les Français et pour de très nombreux étrangers. Le plus célèbre 42,190 km du monde se courra dimanche prochain, soit la veille de la réouverture des frontières américaines à la suite de la levée des restrictions sanitaires. Et la Maison Blanche est resté inflexible. Foutu covid !
Avec ou sans. Faudrait savoir ! Concernant l’Open d’Australie, on a tout entendu D’abord que seuls les joueurs vaccinés pourraient venir. Puis que les joueuses, même non vaccinées, seraient autorisées à jouer après quarantaine. Puis encore qu’il pourrait y avoir dérogation pour les hommes. Et maintenant, seuls les vaccinés auraient leur visa. Alors Djoko, t’iras ou t’iras pas…

Coqueluche milanaise. Standing ovation et chant en son honneur ! Olivier Giroud est en train de devenir la coqueluche des supporteurs milanais. La semaine dernière, il a marqué l’unique but victorieux du Milan AC qui butait sur la défense du Torino. Soit sa quatrième réalisation (décisive !) ,en… cinq titularisations. Et Deschamps, il en pense quoi…

Festival. Et pour conclure, un clin d’oeil à L’Equipe. Ou quand les titreurs du foot font un festival dans l’édition du 1er novembre.
– « C’était pas sorcier », pour la victoire relativement aisée de l’OM sur Clermont le jour d’Halloween
– « Un doublé qui vaut Delort », pour les deux buts du Niçois et la victoire à Angers,
– « Bordeaux déjà plus Briand », pour les deux buts du Bordelais devant Reims,
– « L’Alsace des as », pour la victoire 4-0 de Strasbourg sur Lorient,
– « Wahi est redevenu waouh », pour le but victorieux du Nantais à Montpellier.

(sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui, sites internet).

JHD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*