Municipale partielle à Mainvilliers : « Le tour des écologistes est venu »

Le conseil d’État vient d’annuler l’élection municipale de juin 2020 à Mainvilliers. Une nouvelle élection aura donc lieu cet hiver. Cactus a interviewé Marc Lesage qui sera la tête de liste du mouvement  écologiste mainvillois « En vert et pour tous ».

1. Marc Lesage, vous attendiez-vous à l’annulation de l’élection municipale de Mainvilliers qui s’était déroulée en juin 2020 ?

Marc Lesage. Depuis février 2021 et le premier jugement rendu par le tribunal administratif d’Orléans, il paraissait inéluctable que la décision du conseil d’État confirme l’annulation des élections. De plus, la liste de Michèle Bonthoux et celle de droite, dirigée par Michel Cibois, sont en campagne depuis cette date. Depuis février, notre groupe se réunit régulièrement pour travailler à proposer une alternative avec des idées fortes et réalistes.

2. En juin 2020, seulement 27 voix séparaient les listes du parti socialiste et de la droite. À quoi peut-on attribuer ce très faible écart ?

ML. Tout d’abord, la liste Mainvilliers en vert et pour tous a incarné un nouveau souffle dans l’échiquier politique local en faisant jeu égal avec les deux autres listes. Même si nous avions annoncé sans équivoque, entre les deux tours, que nous soutenions la liste la plus écologique et sociale, les reports de voix sur la liste de gauche ne se sont pas faits automatiquement. Cela prouve tout l’intérêt de notre liste qui amenait une dimension nouvelle avec un accent plus fort sur les aspects écologiques et solidaires, sans parler du dynamisme et de la capacité de gestion reconnus de notre équipe. C’est l’une des raisons fortes qui nous a dissuadés de nous allier à la liste Bonthoux au second tour. Notre électorat n’aurait pas compris.
Par ailleurs, il est important de souligner que le candidat de la droite, Michel Cibois, a produit une campagne peu convaincante, parce que trop éloignée de la vie de la commune. Cibois n’a pas su profiter du besoin de changement des Mainvillois par un programme peu attractif et si peu représentatif de Mainvilliers. En plus, la création de notre liste a vraiment brouillé les cartes.

3. Votre liste écologiste mainvilloise « En vert et pour tous » a donc décidé de se représenter à la faveur de la prochaine élection partielle. En mars 2020, vous aviez obtenu un résultat remarquable, quelques dizaines de voix derrière la liste socialiste. Pensez-vous, cette fois, pouvoir l’emporter ? Quels sont vos principaux atouts et arguments ?

ML. Nous pesons réellement aujourd’hui comme force politique sur Mainvilliers. Il aurait été peu respectueux de notre électorat de ne pas nous représenter. Les nombreuses rencontres auprès de la population, depuis plus d’un an, montrent aussi l’importance de notre nouvel engagement.
Tout cela se trouve aussi renforcé par la crise sanitaire. Les gens sont plus attentifs à l’environnement et aux efforts que nous devons tous consentir dans la défense de notre planète et pour l’avenir de nos enfants. Au moment où Mainvilliers rentre dans une phase de projet urbain important, il faut absolument une équipe soucieuse d’accompagner cette transformation. Nous sommes restés très actifs en participant à toutes les réunions sur le projet de transformation urbaine. Depuis un an, force est de constater que ce projet majeur n’avance guère avec l’équipe en place en ce moment. Nous avons plutôt l’impression d’un détricotage.
Alors oui, notre liste doit se représenter pour amener l’alternative dont Mainvilliers a besoin pour :
– faire barrage à la liste de droite portée par une équipe sans réel projet et sans leader mainvillois,
– permettre aux Mainvillois de se reconnaître dans une liste de gauche écologique et novatrice, par rapport à une liste qui clame haut et fort le besoin de justice sociale et qui est déboutée par la justice pour faute avérée.
Depuis plus d’un an, notre équipe a poursuivi son engagement sur l’ensemble des sujets concernant la ville. Elle s’est donnée les moyens de travailler ardemment pour proposer un projet ambitieux et réaliste. Pas question de le jetter aux orties.

4. Espérez-vous faire de cette élection mainvilloise le tour de chauffe de la présidentielle ? Imaginez que les valeurs écologistes l’emportent dans la troisième commune de l’agglomération…  

ML. Notre liste est composée de citoyens souhaitant s’investir pour leur commune, avec des valeurs fortes de solidarité et de démocratie participative. La force de Mainvilliers est sa grande diversité, qui nécessite de renforcer le vouloir-vivre ensemble. Notre mouvement se décline autour d’un fil rouge essentiel : les questions environnementales, écologiques. Mainvilliers se doit d’avoir une équipe qui agit, loin des effets d’annonce comme cela peut être le cas actuellement. À Mainvilliers, nous avons obtenu 28% des voix lors du 1er tour municipal en mars 2020, et les dernières élections régionales et départementales ont confirmé l’adhésion croissante des citoyens à nos idées. Si nous pouvons faire comprendre que l’écologie n’est pas seulement le fait de s’intéresser aux fleurs et aux arbres, mais consiste à réaliser un vrai projet solidaire, citoyen  et éducatif, alors nous aurons apporté notre pierre à la construction d’un nouvel édifice progressiste.

5. Michel Cibois, tête de liste de la droite mainvilloise, est un fervent supporter du maire de Chartres. Comment jugez-vous son rôle d’opposant au conseil municipal de Mainvilliers ces seize derniers mois ?

ML. Il n’est vraiment pas représentatif de Mainvilliers. Sincèrement, j’ai été très frappé par sa méconnaissance du territoire mainvillois. Il a mis en lumière un énième épisode politicien peu glorieux avec ce recours qui amène les citoyens à ne plus s’intéresser à la chose publique. En tout cas, depuis 16 mois, nous avons vraiment l’impression de regarder un très mauvais épisode d’une campagne qui ne s’est jamais arrêtée depuis 2020.
Il faut s’opposer fortement à l’arrivée de la liste Cibois sur la commune, mais aussi sur l’agglomération. D’où l’importance de notre liste alternative qui ambitionne de faire gagner la gauche écologique véritable.
Si la gauche perd Mainvilliers, la responsabilité incombera à la liste de Michèle Bonthoux du fait de sa bourde électorale et de sa gestion timorée depuis juin 2020.
Je rappelle qu’en mars 2020, nous avions su prendre nos responsabilités en nous retirant, afin de permettre à la gauche de battre la droite. À mon sens, la situation est aujourd’hui inversée. Notre tour est venu.

6. L’abstention de l’électorat mainvillois fut le fait marquant des scrutins de 2020 et 2021 (élections municipales et départementales). Comment comptez-vous réussir à inverser la tendance funeste ?

ML. Malheureusement, les Mainvillois sont désabusés par ce monde politique peu glorieux, même au niveau municipal, à cause de la longueur de la procédure et de la perspective d’une nouvelle élection en hiver. Tous ces éléments ne seront pas favorables, c’est une certitude. Nous allons donc continuer à expliquer notre engagement en allant à la rencontre des habitants, à communiquer de façon simple et efficace sur notre projet alternatif, à inviter les citoyens à nous rejoindre… À l’image de notre slogan de campagne, nous sommes la Seule Alternative Écologique et Solidaire pour gérer la troisième ville de l’agglomération chartraine.

Interview réalisée par Gérard Leray

4 Commentaires

  1. Tellement d’accord avec tonton flingueur d’autant que Mainvilliers est la dernière salle de l’agglo à avoir une politique et une programmation culturelle ambitieuse et populaire ( Luisant y travaille et avance dans ce sens). Pensez à ce qu’est devenue la salle Soutine à Lèves, une coquille vide. Le maire de Lèves a réinjecté le salaire du directeur de la salle de Soutine dans un poste de chargé de com…

  2. Attention, vous êtes tous et toutes conscient(e)s de l’enjeu ?
    Bien entendu, j’espère.
    La Gorgie pourrait très bien faire « un strike » sur l’agglo si pas d’entente entre les 2 listes de gauche/écolo.
    Je ne connais pas les origines des divergences entre ces listes, mais le risque est réel, quoi qu’il en soit, que toute l’agglo soit sous tutelle, cette fois; et non pas de la Préfecture mais d’un type que nous combattons toutes et tous.
    Alors, pourquoi ne pas chercher un entente de raison entre vous ?
    Il est coutumier dans les campagnes électorales de prôner le « tous ensemble » mais si déjà dans la même famille politique, il n’est pas possible d’atteindre cette unité, quelle crédibilité accorder à un tel état de désunion, dont bien peu de personnes, malheureusement, ne connaitront, ni l’origine, ni les enjeux.
    Et si une fusion se faisait, en excluant les 2 têtes de listes (Bontoux / Lesage), pour trouver un compromis sur la personne ?
    Le programme doit être sans doute assez proche, non ?
    Que le « sens du sacré » vous fasse garder Mainvilliers hors de l’influence de cette agglo-pieuvre, par trop néfaste.
    Vous jouez gros et nous serons les observateurs de tout cela.
    Ne cherchez pas à remettre la responsabilité sur l’autre, trop facile.
    Risque très élevé si pas d’union des forces de progrès, face au danger.
    Il sera trop tard après pour pleurer et se lamenter.
    La bascule serait terrible, mais croyons alors à la bonne volonté de toutes/tous.
    Courage dans vos négociations.

  3. Voter pour un maire écologiste sera là meilleure chance de sauver le parc des Vaurroux que l’actuelle maire PS-PC a offert à jpg et à Chartres Métropole, avec risque d’une opération immobilière. Les difficultés s’accumulent pour jpg car il risque ici de perdre un de ses soutiens à gauche par cette nouvelle élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*