La mémoire du « 9-11 » (19)

DR.

Je me rappelle avoir immédiatement téléphoné à mon fils pour lui dire de regarder la télévision. C’était au moment de l’écroulement des tours. J’étais choquée, c’était impressionnant. Moi, j’ai d’abord appris la nouvelle à la radio. Je repense à tous ces gens, aux morts et aux blessés. Je vois les avions rentrer dans les tours, c’est forcément un attentat. Je vois les tours s’écrouler et les gens courir dans les rues pour échapper au nuage de poussière. Par contre, je ne me souviens pas du jour de la semaine.

*

Le 11 septembre 2001, j’étais allée déjeuner au restaurant avec une ancienne élève. Je suis rentrée chez moi vers deux ou trois heures de l’après-midi. Une amie m’a téléphoné pour me dire d’allumer la télévision. Et alors, je vois… Je ressens une grande stupéfaction et une fascination en même temps. Les tours brûlent, le spectacle tourne en boucle : le premier avion qui percute une tour, puis le deuxième… Je ne me pose pas la question de savoir qui a fait ça. Pour le premier avion, j’ai cru que c’était un accident. Ensuite, j’ai été submergée par le flot d’informations en continu. Il faisait beau, c’était un mardi. Pour la mort de Kennedy, j’étais enfant, j’avais dix ans, eh bien, j’ai ressenti la même chose avec le 11 septembre, une espèce d’incompréhension…

*

J’étais en seconde, j’ai appris l’événement à mon retour du lycée en voyant les images à la télé. Il faisait beau. J’étais étonné : à quinze ans, on a du mal à appréhender les choses, on ne mesure pas trop… Pour moi, en direct, cela ressemble à des images de cinéma. Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris m’ont autrement plus traumatisé. J’ai plus de souvenir de la journée du lendemain 12 septembre : je m’attendais à ce que les profs consacrent du temps à l’événement. Or, aucun prof n’en a parlé, ça m’a choqué énormément.

*

À la sortie de l’école, je suis allée faire des courses dans mon supermarché habituel. Au moment de passer à la caisse, j’ai éprouvé une sensation bizarre : les gens avaient des regards interrogateurs, un peu perdus. J’ai compris qu’il s’était passé quelque chose de grave, d’important, peut-être le décès d’une personnalité…, mais je n’ai pas osé questionner les clients. C’est en rentrant à la maison que mes enfants revenus du collège m’ont appris la vague d’attentats.

La mémoire du « 9-11 » (1)
La mémoire du « 9-11 » (2)
La mémoire du « 9-11 » (3)
La mémoire du « 9-11 » (4)
La mémoire du « 9-11 » (5)
La mémoire du « 9-11 » (6)
La mémoire du « 9-11 » (7)
La mémoire du « 9-11 » (8)
La mémoire du « 9-11 » (9)
La mémoire du « 9-11 » (10)
La mémoire du « 9-11 » (11)
La mémoire du « 9-11 » (12)
La mémoire du « 9-11 » (13)
La mémoire du « 9-11 » (14)
La mémoire du « 9-11 » (15)
La mémoire du « 9-11 » (16)
La mémoire du « 9-11 » (17)
La mémoire du « 9-11 » (18)
« 9-11 »
Il y a 19 ans…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*