Gorges 0 – Ragondins 1

Les dégâts occasionnés par les ragondins à Chartres sont désormais visibles aux yeux de tous, en face du Moulin de Ponceau.
Il faut dire que ces animaux classés comme nuisibles sont désormais visibles à toute heure du jour et de la nuit (https://vimeo.com/manage/videos/424161866) malgré les efforts (?) de la compagnie d’archers missionnée par Chartres Métropole et censée les éradiquer. (https://www.lechorepublicain.fr/chartres-28000/actualites/quels-sont-les-animaux-nuisibles-de-chartres_11753758/)
Est-ce que la rumeur de l’effondrement des berges de la basse-ville parviendra aux oreilles de notre édile en son Palais ? Rien n’est moins sûr…

4 Commentaires

  1. Même s’il commet des dégradations, le ragondin est-il un coupable idéal ou bien plutôt une nième victime de la bêtise humaine ? Importé en France au début du XXème siècle pour nettoyer les étangs puis élevé pour sa fourrure et relâché dans la nature suite à la crise économique de 1929, peut-être ne demandait-il qu’à rester dans ses contrées originelles et sauvages d’Amérique du Sud, régulé dans sa progression par des prédateurs locaux ?

  2. Bonjour,

    il me semble que les loups sont des prédateurs naturels des ragondins… Encourageons les loups à revenir en Beauce et vallée de l’Eure. C’est possible, les hirondelles et martinets sont bien de retour.

    Christophe Prat

  3. La vidéo a été prise depuis la passerelle des Trois Ponts, à 150m de l’Intermarché du Coudray.
    Pour ce qui est de la cause de l’effondrement de la rive, il est de notoriété publique que l’Eure, à Chartres, est infestée de ragondins. Et comme ces derniers sont défavorablement connus pour les dégradations qu’ils causent aux berges de rivières …
    Quant aux arbalètes, il s’agit d’armes qui ont bénéficié des mêmes avancées technologiques que les arcs et n’ont plus grand chose de moyenâgeux.

  4. Dans cette vidéo, l’animal apparaît dans son élément. Sur la photo jointe, il semble que la dégradation de la rive (déjà artificialisée depuis longtemps sans doute) soit due à d’autres facteurs que la présence des ragondins, non? L’occasion nous est ici fournie de nous interroger collectivement sur la meilleure façon de faire retrouver aux occupants lacustres des zones plus hospitalières pour eux. La solution des arbalétriers est sinistre (on aime, à Chartres, un moyen âge de pacotille); il faudrait confier à des éthologues le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*