Le jour d’après (30 juin 2021)

Dès la sortie des résultats qui confirment, dimanche soir, mon élection comme conseiller régional au sein du groupe majoritaire, le vent semble tourner, puisque M. Lizurey, l’avocat général qui m’a passé à la question islamo-gauchiste durant près de 90 minutes lors du précédent conseil municipal, est le premier à traverser le hall du théâtre pour venir me saluer, puis me féliciter avec emphase !

Le conseil de mercredi dernier commence par les félicitations du maire à tous les conseillers ayant acquis ou renouvelé un mandat le dimanche précédent : la même assemblée qui m’a conspué 5 semaines avant n’a pas hésité cette fois à m’applaudir ! Maigre assemblée d’ailleurs puisque 8 conseillers de la majorité manquent à l’appel, un neuvième nous quittant même au bout de 2 heures de séance…

Nous sont ensuite soumis des « accords transactionnels », quelques millions versés aux entreprises et maîtres d’œuvre du pôle administratif en compensation du retard de livraison (eh oui !), le délai étant passé de 21 mois (qui peut y croire ?) à 70 mois ! Olivier Maupu en remet une couche sur l’incompétence qu’illustre cette dérive financière et calendaire. Le général Lizurey (le seul semble-t-il autorisé par le chef à prendre la parole librement) taxe alors son intervention de « doctrine trotskyste » et lui demande « d’arrêter de nous faire perdre notre temps ». A la vision du tableau des votes (les contres sont rouges), il commente « votre vote a bien la bonne couleur ». Le pauvre n’est toujours pas sorti de la guerre froide et nous identifie au bloc communiste ! M. Cuzin partage le même prisme du passé : quand nous votons contre la création de 3 postes supplémentaires pour Chartres en Lumière, il se scandalise hors micro que « la gauche vote contre des emplois publics » !

Ma seule intervention du soir, expliquant notre vote contre l’acquisition municipale du café de la Porte-Guillaume, me vaut une réponse détaillée et polie, très respectueuse même : j’en suis presque vexé ! Oui, décidément, mon statut a changé…

Olivier Maupu reprend la parole pour dire tout le mal que notre groupe Chartres Écologie pense de la modification annoncée du Plan local d’urbanisme (PLU). Il regrette la non prise en compte des nombreuses remarques émises lors de l’enquête publique, qui pointaient les dérives de densification désormais permises par le texte. On lui répond par le mépris tandis qu’une remarque plus précise et localisée de Boris Provost vaut à ce dernier de très longues minutes d’attaque en règle contre les écologistes, sans jamais nous regarder. Tout s’explique au détour d’une phrase où je suis enfin interpellé par Jean-Pierre Gorges : « la Région nous a bien aidés pour la gare et le plan vert ; j’espère que cela va continuer, n’est-ce-pas M. Bridet ? ». Il ne sait pas encore qu’il s’adresse au futur vice-président régional chargé notamment de la biodiversité et de la qualité de l’air et de l’eau ! FORT AVEC LES FAIBLES, FAIBLE AVEC LES FORTS, un caractère que Louis de Funès incarnait parfaitement à l’écran…

A l’occasion de cette diatribe par procuration (il n’a rien demandé, M. Provost !), le maire nous apprend qu’il est écologiste depuis 1953, année de sa naissance, puisqu’il habitait à la campagne (CQFD) et que Chartres est trop végétale pour une ville : « A la Madeleine, il y a des endroits où c’est trop vert, on a trop planté, il doit y avoir du gibier là-dedans. »

Pour finir, trois dernières informations délivrées par M. Gorges au détour des débats :
• La suppression des vidéos des conseils municipaux et communautaires jadis accessibles depuis les sites de la ville et de l’agglo est due à une problématique de stockage et de flux, comme on les garde depuis le début, cela devient trop lourd. Supprimons-les donc toutes !
• Les fresques de Bel-Air sont connues dans le monde entier et attirent des visiteurs qui viennent spécialement à Chartres pour les voir.
• M. Masselus, qui a des scrupules à mentir, semble-t-il, nous indique que si le public n’est toujours pas admis dans l’enceinte du conseil, c’est parce que l’utilisation de la salle bénéficie d’une dérogation de la commission de sécurité, à condition que la fréquentation soit limitée aux membres du conseil. J-P Gorges vient d’expliquer cela par la crise du COVID19…

Jean-François Bridet

Mon premier conseil municipal
Mon second conseil municipal
Mon troisième conseil municipal
Mon quatrième conseil municipal
Mon cinquième conseil municipal
Mon sixième conseil municipal
Mon septième conseil municipal
Mon huitième conseil municipal

14 Commentaires

  1. Merci à Patrick Chenevrel pour cette remise en mémoire du poids financier de l’opération « Pôle administratif » ; l’information est d’ailleurs relayée dans les tribunes libres des magazines de juillet-août de la ville de Chartres et de l’agglo (disponibles sur les sites institutionnels de ces collectivités).
    Les montants sont exprimés HT, mais bien entendu, les factures des collectivités, comme celles de l’Etat, sont, à ma connaissance, payées TTC.
    En poussant un peu, au coût de démolition, on pourrait ajouter, comme pour une opération menée par un promoteur privé, la valeur résiduelle des bâtiments détruits ( aile Maunoury, mais aussi la villa de fonction et l’ancienne bibliothèque citée comme l’une des plus belles de France lors de son inauguration en 1962).
    En bref, en comptant tous les frais annexes, on s’achemine donc vers un montant final qui viendra flirter avec les 100 millions d’euros TTC.
    Mais déjà vers 2014, lorsque les membres de l’opposition municipale expliquaient que l’opération était plus proche des 50 millions que des 35 inscrits dans les programmes électoraux, on les traitait de menteurs …

  2. Comptons sur messieurs Jean François Bridet et Christophe le Dorven, ainsi que sur Maître Sandra Renda avec L’ADDICEL pour faire jaillir au grand jour tous les abus en tous genres du règne gorgien. L’addition indigeste autant que colossale risque fort d’en assomer et d’en étouffer plus d’un.

  3. Matière à nous réjouir est de mise depuis jeudi. C’est indéniable. Que la financière fasse la lumière aussi au passage sur certains programmes neufs dévolués toujours au même poulain. Il y a des trains de vies qui semblent étrangement très difficiles à expliquer et très certainement à justifier honnêtement… La place du Compa est à Chartres et nulle part ailleurs. C’est juste du bon sens.
    Après, si les caisses sont vides, une question s’impose : où est passé l’argent du contribuable ???
    On attend avec impatience des réponses officielles.

  4. Il devient évident qu’il est urgent de réouvrir le Compa devant l’inculture du Président de Chartres Métropole et de tous ses sbires. Ils viennent de lancer la marque « Terres de Chartres » pour attirer les touristes avec une affiche montrant le château de Maintenon avec un slogan « Plaisir Cathédrale ». Au lieu de dépenser des fortunes en com, la marque « la Beauce »existe déjà et est connu du monde entier et définit très bien notre histoire. Son seul défaut, comme le Compa, n’a pas été créé par Sieur Gorges

  5. A l’intention de monsieur Lizurey et à ses amis :
    • Dans le programme initial (2011) le coût du bâtiment et du parking était estimé à 31 750 000 € HT (23 750 000 € HT + 8 000 000 € HT). Les honoraires de maîtrise d’œuvre à 4 895 000 € HT.
    • Le lauréat, Wilmotte et associés, a estimé le projet à 36 818 000 € HT et ses honoraires à 5 884 391 € HT (avant les appels d’offre)
    • Ensuite il s’est passé beaucoup de choses que Monsieur Lizurey ne connait pas, dont l’abandon du parking.
    • Nous en étions à environ 55 millions HT en juin 2020, sans compter les démolitions, les fouilles archéologiques, les parutions d’avis dans les journaux, etc.
    • Aujourd’hui la « note » dépasse largement les 65 millions d’euros HT, le chantier n’est pas clos, les comptes non définitifs…
    Alors qui est menteur ?

  6. L’heure du Capitolz n’est plus qu’un lointain souvenir. Place à la Roche Tarpéienne dont l’amarage se profile à grandes enjambées.

  7. Le plus ridicule ce soir là est certainement Monsieur Lizurey : il est conseiller municipal depuis seulement 15 mois et se permet de traiter Monsieur Maupu de menteur quand celui-ci a dit que le coût du pôle administratif s’élève au double du coût prévisionnel !!
    Quel toupet ! quelle arrogance ! quel prétention !
    Quand les comptes seront clos et que tous les avenants et surcoûts auront été intégrés à l’ardoise, Monsieur Lizurey devra se rendre à l’évidence : c’est lui qui a menti ! Qu’il demande alors pardon…

  8. Pour tout observateur de la vie politique Eurélienne, un fait incontestable s’est opéré jeudi dernier entrainant pertes et fracas à venir pour le clan gorgien. Le pouvoir à changé de camp et Dieu sait que l’attente fut longue, mais depuis jeudi, l’ampleur de la chute s’annonce à la hauteur de l’attente. Mettez le champagne au frais. Le final n’est plus loin.

  9. Quand dans son article « VOTEZ VERTS », Cactus epinglait dans son paragraphe « Ville en solde », Paul Baudinet, autre poulain privilégié et déjà descendu en ses heures politiques dans un post satirique ( cf :https://lafontanelle.info/sujets/paul-baudinet/), le maire de Chartres ne devait très certainement pas s’attendre au rejet absolu de ses pions à tous les échelons du Conseil Départemental par un Montgolferiste qui ne peut le souffrir et ce à commencer par le Martial dont les dents rayent plus que le parquet. Martial qui comme si cela ne suffisait pas a tenu à s’enfoncer lui même avec un spitch sur ce spectaculaire putsch entraînant les autres à sa suite. Se permettre d’outrager à ce point le nouveau président n’était certes pas malin mais pris sur le fait, les réactions à chaud mettent à jour la véritable nature des personnages et en ce point nous pouvons dire en tant que spectateur avoir été servis d’autant plus quand on connaît et le parcours professionnel et politique du nouveau président dont le petit rictus en réponse à la tirade indigeste du Martial trahi un plaisir non dissimulé d’avoir réussi son entrée fracassante pour tous ceux qui ne s’y attendaient pas. Que de bons présages tout cela. Évidemment tout dépend du point de vue où l’on se place…

  10. Nous avions bien dit au soir du 27 mai, en suite aux virulentes attaques en CM, que celui qui était le plus à terre n’était peut-être pas celui que l’on croyait. La conseillère de l’opposition Jacqueline Marre avait eu le (bon) mot de la fin en déclarant que d’aussi violentes attaques donnaient envie de voter pour celui qui en était la victime.
    Aujourd’hui, derrière les chaleureuses félicitations au vainqueur, on imagine le désarroi de celui que certains imaginaient déjà comme le vice-président à la sécurité de la Région Centre-VdL.
    En ce jour d’après, le maire de Chartres ne savait pas qu’il avait en face de lui un vice-président de la Région, mais il ne savait pas non plus que ses « poulains » avaient perdu la majorité au Département, et qu’avec l’éviction de l’ancien Président Térouinard, certains projets côté Pôle Gare prenaient l’eau, ce qui met plein d’espoir pour l’association des amis du COMPA et pour tous ceux qui s’opposent à la fermeture de ce musée.

  11. Qu’il est amusant d’avoir pu voir la déconfiture se lire sur les visages et dans les actes des partisans gorgien, Martial en tête. Au vu de la prise surprise de la tête du Conseil Départemental par Christophe le Dorven, Montgolferiste, et sa liste, la panique fait plaisir à constater. Et quand un juriste, rompu à la gestion et au droit qui caractérisent le domaine immobilier, prend les rennes, nul doute que la prise de porte par les gorgiens, Terouinard en tête, n’ayant pas été prévue par l’édile en place, certains dossiers laissés traîner ne manqueront pas de susciter le vif intérêt du nouveau président du conseil départemental et de ses troupes…Les semaines à venir s’annoncent musclées.

  12. Il va sans dire que tous ceux qui ont vu l’ambiance délétère lors des élections départementales en direct ou en replay n’ont pas pu passer à côté du malaise plus que palpable dans les afficionados gorgiens, le plus flagrant ayant été offert par l’un des poulains gorgien en la personne de Rémi Martial, maire de Lèves.
    Le premier coup ayant eu lieu avec l’expulsion de Terouinard de son siège de président, les coups suivants, perte de la vice présidence et plus de partisan gorgien puisque la liste UPE le Dorven est sortie victorieuse à tous les plans au niveau du Conseil Départemental, le coup de massue à du être plus que foudroyant à encaisser. S’en est suivi l’élection de Jean François Bridet à la vice présidence de la région pour completer le tableau déjà bien moribond qui mènera JPG et sa cour à leur perte. Réjouissons nous, Chartres va enfin pouvoir commencer à respirer, ôtée d’un règne qui n’aura que beaucoup trop duré.

  13. Voici une guerre enfin déclarée aux abus en tous genres.
    Hâte de découvrir ce que nous réserve l’avenir. Monsieur Christophe le Dorven et sa liste à la direction du Conseil Départemental et Monsieur Jean François Bridet à la vice présidence de la région, les heures du règne gorgien viennent enfin d’entendre sonner leur glas. Reste la charge finale. La phrase prononcée en 2012 « Moi je suis Terminator, rien ne me résiste. » n’est assurement plus d’actualité et l’avenir va se charger d’en procurer à lui et à ses partisans la preuve de manière tonitruante. Chutes et disgrâces façon dominos en perspectives.
    Avis à la population « :
    L’heure des comptes à enfin sonné et ça va faire mal. Réellement très mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*