Bruyamment

A Chartres, la fête de la musique déchaîne les comportements barbares avec la bénédiction de la mairie. Mépris des riverains qui, eux, vivent là, et transgression de toutes les précautions contre l’épidémie qui ne désarme pas. Récit d’un riverain.

« Est-ce pour punir les bons scores des écologistes aux récentes élections à Chartres 1 et ailleurs qu’on nous impose ce soir depuis l’après-midi un électrochoc sonore très violent Place Marceau ? On nous avait assuré que l’été dernier serait la der des der en termes de méga nuisances sonores dans le centre, mais force est de constater les mensonges et le mépris de la parole donnée : ce soir pleuvent les décibels agressifs ! La place est transformée en une sorte de dancing à la musique très agressive, on se croirait aussi en même temps dans une rencontre sportive avec un public qui hue et réagit compulsivement aux injonction du DJ de cette soirée. Bref, voila sonné le début de l’été qui risque d’être encore très intense en termes de nuisances sonores… La teuf ne fait que commencer, même si le bruit officiel vient de finir à 23h12 (il a commencé très tôt vers l’après-midi), maintenant ce seront les longues pétarades de motos, les vomissements (dus à l’alcool ou au bruit) que l’on retrouvera demain matin un peu partout, les cris des fêtards un peu partout dans le quartier, bref tout est pareil que l’été dernier, rien n’a changé ; la mairie a trahi sa parole et nous le montre bruyamment. »

6 Commentaires

  1. Et le bruit des coucous polluants, pour riches désoeuvrés qui décollent de l’aérodrome payé par les contribuables.. qd je pensée que la clique a fermé un city aux grands prés parce que deux voisins étaient gênés par le bruit des ballons !!!

  2. J’ajouterai encore pour le bruit, la balayeuse qui passe à 5h30 du matin dans un bruit d’enfer ! c’est pas beau ça ! A quand l’électrique ? et certains riverains qui en veulent plus. On brule les mauvaises herbes qui repoussent d’ailleurs encore ardentes ! le soufflage des feuilles à toutes saisons et le bricolage haute sonorité, la liste est interminable. Et le maire, en conquérant se félicite d’une ville apaisée, je doute…

  3. et c’est reparti pour un tour ce soir (8/7/2021 20 h environ) ! au moins 65 dB derrière les vitres double vitrage, avec des basses qui explosent les tympans de façon horrible, c’est cool la soirée (la nuit ?) s’annonce bien sonore !

  4. Ce sont ces mêmes élus qui ont incité la sortie des habitants, pourtant en contradiction totale avec le couvre-feu, en relançant « Chartres en lumière » au mépris des interdictions, dès le mois d’avril dernier.
    Personne n’a du profiter de cette débauche électrique, qui n’a servi à rien, si ce n’est que de montrer qu’ici CCartres, CCon et CNous qui décidons.
    C’est pas gagné pour les économies d’énergie ici.
    Eh oui, en Gorgie, on fait comme on a envie et puis on s’assoit sur les lois, d’où qu’elles viennent.
    Comme un parfum d’un Groland à l’envers, en beaucoup moins drôle.

  5. Le mépris de l’autre est un sport local. Trotinettes à toute vitesse, camions de livraison immobiles moteur tournant, idem pour certains véhicules de la ville, figures de skateboards, motos et vélomoteurs au son déraisonnable, les cris provenant des terrasses et les hurlements des enfants qui jouent sans surveillance pendant que les parents dinent, stationnement plus qu’abusif de certain commerçant, les crottes de chien devant la maison. Non, vivre dans le centre ville n’est pas toujours de tout repos et l’on se rend compte que tout celà n’est qu’incivilité. Mais personne ne dit rien donc tout va bien !

  6. Le vacarme a gravement porté préjudice aux habitants de l’hyper centre ces dernières années.Et cela recommence. Qui accepterait que ses enfants ne trouvent plus le sommeil?? Comment une municipalité peut-elle ne pas réguler de tels comportements nocturnes, l’alcoolisation, les dérives de toute sorte?
    S’ajoute maintenant, alors que demeurent interdits les rassemblements de plus de dix personnes, la mise en danger acceptée de la vie d’autrui. Que je sache, un variant delta du virus, réputé menaçant, circule. Les édiles devront répondre d’une possible reprise de l’épidémie. Qu’en pense-t-on à l’hôpital?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*