La disparition

Voici peu, nous constations que le maire-président ne votait plus, et laissait voter sa famille politique – qui, jusqu’à présent, ne s’est pas fait prier. Eh bien, il se peut que les citoyens intéressés à la chose publique ne le voient plus ne pas voter : plus un seul Conseil municipal ou communautaire n’est visible sur les sites de la Ville et de Chartres Métropole. Bien sûr, il se peut que ce soit une interruption provisoire, un simple grain de sable – le numérique, allez savoir. Dans ce cas, on aura cherché des causes pour rien à cette disparition impromptue et inexpliquée, dans ce domaine si sensible de la communication maniaque, hypersoignée autant que grossière, méprisante, boursouflée d’autosatisfaction, qui se pratique aux frais du contribuable. Cherchons, donc.

Naissance

Au dernier Conseil communautaire, une filiale de la SPL C’MIN (Chartres Métropole Innovation Numérique) a été créée ; c’est la première fois qu’une filiale à une SPL est instituée à Chartres. 100 000 euros d’argent public pour la capitalisation. Pas d’explication vraiment éclairante au moment du vote sur les raisons de la création de cette filiale. Les lecteurs ont souvent lu que les SPL, Sociétés Publiques Locales, régies selon le droit privé, par lesquelles sont gérés au niveau communautaire aménagement, déchets, tourisme, eau, etc. manquent de transparence : pas moins cette fois-ci. On verra si la non disponibilité actuelle des enregistrements des conseils, qui ne peut être que temporaire puisque ceux-ci sont inscrits au Règlement intérieur desdits conseils, est liée à cette transformation statutaire.

Un peu d’histoire

A l’arrivée de M. Gorges à la Mairie, cela n’a pas traîné : le CM est devenu spectacle, retransmis en vidéo par internet ; on était des pionniers. Vingt ans, donc, de péroraisons, d’invectives, de monologues, de lourdes mises en scène chargeant l’opposition, enfin ce que nous connaissons, encore et toujours. Jusqu’à présent, on se demandait juste à qui les retransmissions pouvaient bien profiter : l’ennui de ces séances, qui n’ont jamais pu devenir des débats civils, au service de l’intérêt général, était dissuasif. Du moins, il était possible de connaître les décisions et de prendre la mesure du vide politique, pour ne pas dire de l’ignorance sur des sujets prioritaires tels que les conséquences du libéralisme effréné, choisi comme axe de gouvernance, et les enjeux liés : la défaite du climat et de la biodiversité. Sur son écran, il fallait vouloir accompagner, autant que faire se peut, les élus de l’opposition, pour ne pas décrocher, par exemple à 22h45, à la fin de la deuxième délibération, quand le maître des micros annonçait qu’on avait toute la nuit, non sans une nuance de satisfaction face à tous ces lève-tôt dont le mandat se surajoute au travail…

Un revers

Il se trouve qu’au conseil du mois de mars dernier, la fin de la nuit (enfin, du conseil) s’est illuminée d’un phosphorique outing climato-sceptique, sans que personne n’ait rien demandé. La fatigue du parleur, la désertion de quelque adjoint parti sur la pointe des pieds en laissant son pouvoir, l’envie de river leur clou à ces conseillers tenaces et impossibles à endormir, comment savoir : le maire a livré ses vérités sur le climat. C’est long, répétitif et décousu : il a été facile de donner en une brève séquence une idée de la substance de cette « pensée » autant que du ton sur lequel elle est proférée. Ainsi, la gloriole municipale aurait reçu un miroir, envoyé par des usagers de la vidéo et esprits cultivés, au fait des dernières alertes alarmantes du GIEC, notamment, qui ont simplement mis en confrontation le verdict lié aux chiffres qui ne sont nulle part contestés et les contrevérités qui arrangent une petite mégalomanie. Trois mille vues – la célébrité, enfin. (https://cactus.press/2021/04/23/le-maire-de-chartres-devoile-son-climatoscepticisme/)

La tentation de punir ?

Les élus qui remplissent leur mission au Conseil, tout en étant traités comme des ennemis, et les citoyens observateurs qui passent les délibérations au peigne fin, tous deviennent encombrants, avec leurs analyses, les plaintes, et on ne va pas les laisser tranquilles. Ces retransmissions, il était sûrement possible d’en éviter la suppression. Très révélateur : les choses se passent comme si l’exécutif se sentait propriétaire des archives municipales et communautaires. Or, cette source d’information ne peut en aucun cas tomber sous le coup de la sanction sous prétexte que son usage excède les limites que ses promoteurs en avaient prévu.

Encore une hypothèse : au Conseil communautaire de janvier 2021, le président de Chartres Métropole a effectué une rentrée tapageuse aux côtés du président socialiste de Région Centre-Val-de-Loire, M. Bonneau. Le Pôle Gare, largement subventionné par le Conseil régional, au grand dam des élus écologistes, est le résultat de coups de main politiques dans les deux sens, entre droite et ce qui s’appelle la gauche . Mais, à l’heure des nouvelles élections régionales, l’élu chartrain soutient le candidat de droite, et cela fait tache, toutes ces palinodies. Encore une manie soviétique, comme la propagande : on efface les traces. Peut-être jusqu’à la fin des élections.

Chantal Vinet

21 Commentaires

  1. J’aime bien le slogan de campagne de Bonneau : « la région, c’est vous »…. cela me rappelle le slogan de campagne pour la mairie de JPG

  2. @Francois Xavier C
    « utiliser les services de… La mairie », vous avez le sens de l’humour…
    Ce qui se profile à l’horizon mérite bien plus que ça …

  3. Il n’est pas très difficile de comprendre en ayant assisté aux débats du 27 dernier qu’un vent de malaise souffle dans l’antre du tenancier.
    Entre la BJ financière et le Conseil d’état les nuits doivent paraître très longues et voir la chute se profiler à ce point à l’horizon de plus en plus asphixiante. Chartres et son aglo vont très bientôt pouvoir fêter leur délivrance de 20 ans d’un règne maudit. Les élections arrivent et les règlements de comptes aussi.

  4. Toujours rien dans la feuille de choux locale concernant les 30 plaintes et les disparitions des vidéos…
    Faudra t il encore attendre longtemps pour voir ces scandales étalés au grand jour sur la place publique au vu et au su de tout un chacun ???? A l’heure des élections qui arrivent à grands pas et du grand déballage Il serait plus qu’approprié de diffuser et de faire circuler ces informations et de les relayer activement. Il y a bien d’autres Presses et surtout moins dirigées que l’Echo Républicain !!!!
    Pour que les choses bougent il faut encore pour ça que les informations soient diffusées !!!!

  5. Trop pressé d’assister au grand spectacle de la chute.
    De beaux jours pour Chartres en perspective mais la deflagration liée à la prise de conscience de la dette qu’il va falloir rembourser va en assomer à n’en pas douter plus d’un.
    On aura économisé 5 ans. C’est déjà bon à prendre.

  6. @la rédaction, savez vous où en sont les plaintes aujourd’hui et quand cet état de fait sera ouvertement rendu public car à ce jour, l’existence de ces près de 30 plaintes ne semble pas suffisamment rendue publique et à un mois des élections cela serait justifié.

  7. Difficile d’imaginer les réactions du maire sans le garde fou de la diffusion publique… déjà qu’il est limité limite là ça va monter de niveau. Dommage le teasing de la vidéo qui est à + de 3200 vues donnait envie de regarder la séance … plaisir voyeur d’assister aux dérapages…courage aux élus Chartres-Écologie ils vont se sentir seuls avec tous ses conseillers (majorité comme opposition à la lèche) soumis.

  8. A ce stade et vu le silence inacceptable de la feuille de choux il devient plus qu’opportun d’organiser une conférence de presse en y invitant toute la presse, economique, politiqie, satirique etc.. Car si l’Echo fait le choix de se murer dans le silence, les autres feront à n’en pas douter un tout autre choix et surtout il feront leur métier.
    Sans compter, le gros couo de pub pour Cactus pour avoir été le lanceur d’alerte. Avec les élections qui approchent c’ est une très belle opportunité à saisir.

  9. Un autre « effaçage » de circonstance, sans rapport avec le propos principal de l’article ci-dessus : rappelez-vous lors du 1er conseil municipal de l’intéressé, en mai 2001 ( p…déjà 20 ans !), une des premières délibérations a été de débaptiser la « place des Halles /François Mitterrand », sous prétexte que « la place était davantage connue des chartrains par la dénomination « des halles », plutôt que de l’ancien Président de la république… » (sic). Certes, au nom « historique » des halles avait été ajouté « François Mitterrand », à la mort de celui-ci, en 1996. Mais ce président décédé avait aussi apporté des améliorations, des progrès sociaux, que ce libéral détestait sans doute. Donc, il n’aime pas alors, il supprime. Sa notion de représentation de la population était déjà là: je pense donc j’efface, je fais ce que je veux. Réécrire, effacer des traces, (détruire la mairie par exemple)creuser des trous dans la ville, est une constante de ce personnage. Espérons que son nom ne sera associé à rien de palpable quand il disparaitra… de la vie chartraine, bien entendu !

  10. À vous lire, on va enfin pouvoir acheter les bouteilles pour fêter l’événement. Quant à la feuille de choux locale, elle n’est pas à un ridicule près, la seule différence c’est que dorénavant son incompétence au même titre que sa complicité pour dissimuler des vérités contraires à celles validées par l’édile en place seront de notoriété publique.

  11. Si Frace 3 n’a pas daigné difguser le reportage de Chalotte d’Ornellas consacré à Jeanne d’Arc (une honte…), sortir cette info devrait opportunément être dans leurs cordes.
    Et hormis france 3 il y a bien d’autres supports médiatiques qui seraient ravis de s’y coller.

  12. Rien de mieux qu’une belle conférence de presse publique pour assoir et diffuser l’information.
    C’est le genre d’information qui justifie pleinement les coulées d’encres et les feux des projecteurs tous médias confondus. Journalistes, à vos plumes !!!

  13. Bonjour à tous,

    L’avenir semble radieux pour les Chartrains et la communauté Chartraine !! Il est grand temps.
    Je m’interroge sur les responsabilités pénales ou autres de l’Echo Républicain qui camoufle sciemment l’information du dépôt de plainte de près de 30 personnes contre les délibérations de gorges. Une fois que le système gorgien s’effondrera et ouvrira la route des règlements de comptes et autres dénonciations, chacun essayant de sauver sa peau, l’Écho dira qu’il n’était pas au courant et fera son « mea-culpa »

    Il est évident qu’une telle affaire relayée par le média local aurait pour conséquences de nouvelles plaintes, la raison de leur silence..

    Il est-il possible de leur envoyer un courrier en recommandé pour les informer de cette affaire, avec tout les détails, afin de les « inviter » à faire leur travail de journalistes ?
    De cette façon ils ne pourront dire, nous ne savions pas.

    Il est également peut-être temps de tenter d’intéresser des médias qui ne sont pas sous le joug de jp gorge

  14. Avez-vous le lien vidéo de l’officialisation des fiançailles entre Mr Bonneau et Mr Gorges au conseil communautaire? Comment à réagi l’élue du PC, et les élus PS ?
    Que penser des listes de « gauche » aux cantonales qui affichent leur rejet de l’autoroute DREUX-CHARTRES et qui se serrent les coudes derrière Mr Bonneau pour les Régionales ( manipulation ou purs mensonges électoralistes) ?
    La seule solution si on veut éviter cette autoroute c’est de voter et d’appeler à voter dès les cantonales pour les listes vertes.

  15. Il n’a pas bonne mine notre édile sur ses dernières vidéos Youtube au sujet des régionales. Traits creusés et amaigri… Aurait-il des soucis ?

  16. Le spectre de Levallois-Perret se rapproche apparemment inexorablement de Chartres. Bientôt les hordes des journalistes pour couvrir l’évènement.

  17. Les investigations de la BJ financière ont dû livrer leurs secrets.
    La fin de l’ère gorgienne. ENFIN.

  18. On dirait bien que la Roche Tarpeïenne se profile de plus en plus à l’horizon pour certains tristes sirs…
    Alléluia, 2021 semble vouloir offrir un nouveau souffle à Chartres et toute son agglomeration. Reste la surprise de la douloureuse qu’il va falloir supporter.

  19. Autre hypothèse : l’origine de la disparition de ces vidéos est à chercher ailleurs… Peut-être bien à aller chercher une corrélation avec la perquisition de la brigade judiciaire financière d’Orléans du 29 juin dernier…
    Un prochain conseil municipal à Chartres, sûrement, mais avec qui en tant que chef d’orchestre, voilà qui reste à voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*