Après le pâté, la rustine de Chartres

À l'entrée des rues piétonnes, versant place des Épars.

Cela fait des mois que le revêtement minéral du centre-ville de Chartres se délite, même pas vingt ans après la construction du parking souterrain et des équipements de surface. Les caisses municipales sont-elles vides à ce point qu’on est obligé de remplacer la pierre par du goudron ?

3 Commentaires

  1. Entre grands travaux et petit entretien, la différence, c’est le « ruissellement » !

  2. Cet endroit a été longtemps équipé de barrières de chantier sans que des travaux soient entrepris : à croire qu’une commande de pavés neufs se faisait attendre (rupture de stock ?)? Quand la commande est arrivée, on avait sans doute vu trop juste sur la quantité, car il manquait visiblement quelques pavés pour faire le raccordement avec la partie en bon état. En désespoir de cause, restait plus qu’à colmater avec un peu de bitume, comme on sait bien faire partout dans Chartres.
    Bon, un émissaire de la majorité municipale, lisant ce blog, aura sans doute une meilleure explication que la mienne …

  3. Alors qu’il parle de l’état de vétusté de la piscine des Vauroux « ils ont besoin de 3 millions, j’en mettrai 10…. », il derait se rendre également à l’Odyssée qui commence à tomber en ruine (vestiaire cassé, fosse de plongée hors d’état, jeux d’enfant hors d’état, mur végétal mort…). C’est beau de construire mais il faut également entretenir. Mêmes les joints du pôle gare verdissent… et le pôle administratif, n’en parlons pas… Déjà ouvert et déjà obsolète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*