Roland-Garros : le regard perdu de Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga est sorti dès son entrée à Roland-Garros. Une triste fin, presque pathétique, pour celui qui fut l’un des meilleurs joueurs du monde…

Il fut un temps où IL remplissait le Central, à défaut le Suzanne-Lenglen. Où la Porte d’Auteuil n’avait d’yeux que pour LUI. Où les people se pressaient dans les loges pour LE voir. Où Lionel Chamoulaud avait du Djo plein le micro… Ce lundi soir, pour les deux commentateurs de France 4 ce n’était plus du Djo mais du Jo-Wilfried, voire du Jo-Wilfried Tsonga. Comme s’il n’était désormais plus un intime de la tennissphère hexagonale.

Ce lundi soir sera peut-être sa dernière apparition sur les courts de Roland-Garros. Oublié le temps du Central et de la programmation au cœur des après-midi des terrains d’ocre. En ce 31 mai, c’est à 21 heures que celui qui fut le leader du tennis français et l’un des meilleurs mondiaux, vainqueur de la Coupe Davis, a sorti ses raquettes. A l’heure du couvre-feu, les tribunes étaient désespérément désertées et l’écho des frappes, des revers et coups droits résonnait dans le vide.

Face à cet anonyme Nishioka, inlassable et impassible renvoyeur de balles, il y avait comme du pathétique dans le match de Tsonga. Mené deux sets à rien, il trouva, malgré un dos qu’on pressentait encore fragile, les ressources pour remporter le troisième et retrouver un peu d’espoir de passer ce tour et peut-être de retrouver l’euphorie d’un deuxième tour avec un public tout pour LUI. Ce public qu’il cherchait en vain d’un regard perdu après quelques sursauts, ceux d’un vieux briscard capable de se jouer d’un inconnu japonais d’un sournois amorti, d’un passing long-de-ligne ou d’aces fulgurants. Mais avec près de 75 fautes directes, Tsonga ne pouvait pas s’en sortir face à ce gringalet, métronome sans génie mais diablement efficace. Il mena bien 4-1 au jeu décisif réveillant la fureur enfouie jusque là de son adversaire. Mais deux doubles fautes allaient mettre en terme à l’espoir…

Jo-Wilfried Tsonga ne reviendra probablement pas sur les courts de Roland-Garros. Il en est sorti par la petite porte. On aurait préféré une autre fin que celle de cette anonyme soirée. Lui aussi sûrement…

JHD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*