Hebdosports : le roi du tacle…

Un arbitre contre la vidéo, des entraîneurs qui se souviennent, un duo en doublé et autres petites nouvelles. L’actualité sportive au travers des mots et des chiffres…

Des mots…

Tacle. « Le VAR est une escroquerie .» Ex-arbitre international devenu consultant, Tony Chapron y va fort contre l’arbitrage vidéo. Pour lui, champion des cartons rouge lorsqu’il officiait (il était surnommé « le petit Chapron rouge »…), il vaudrait mieux former de bons arbitres « plutôt que des arbitres corrigés par le VAR. » Mais souvenez-vous, il n’y a pas eu besoin de vidéo quand, croyant que le joueur l’avait bousculé, il a crocheté le Nantais Diego Carlos. Ce qui lui a valu huit mois de suspension et une fin de carrière anticipée. Chapron, le roi du tacle…

Souvenirs. « J’espère que Lille sera champion parce qu’il le mérite après une saison pleine, très régulière… » Claude Puel, le manager général de Saint-Etienne, n’a pas oublié ses six ans et ses « moments magnifiques » passés de 2002 à 2008 dans le club nordiste. Ce qui ne l’a pas empêché de jouer dimanche avec Saint-Etienne un mauvais tour aux Lillois en les freinant dans la course au titre (0-0). Quant à Christophe Galtier, s’il peut s’en vouloir de ces deux points perdus par rapport au PSG, il peut -à titre très personnel- se féliciter du travail accompli pendant huit ans (2009-2017)… à Saint-Etienne dont il a été l’artisan de la renaissance. Souvenirs, souvenirs…

Duo bleu. « Pourquoi pas un doublé », avait titré L’Equipe à la veille du Grand prix de France au Mans. C’était ce qu’avait évoqué le duo des Bleus de la Moto GP dans l’interview face à face du quotidien sportif (15 mai). Pari réussi pour Johan Zarco et Fabio Quatarraro, 2e et 3e du circuit Bugattti. Un « petit » doublé mais un beau doublé quand même qui en appelle d’autres…

Choix. « J’ai pris la décision de ne pas participer aux Jeux olympiques car je ne peux être partout et nulle part à la fois .» Du coup, Julian Alaphilippe, le leader du cyclisme français, mettra tout son dynamisme avec son maillot « arc-en-ciel » sur le Tour de France avant de se consacrer à son futur rôle de jeune père (Marion Rousse, sa compagne, doit accoucher en juin) qu’il veut vivre intensément. Il y a priorité et priorité…

Bleu en Rouge. « J’ai eu beaucoup de patience, c’est toujours une épine, quelque chose qui me manque… » Sans nouvelle de Didier Deschamps, Aymeric Laporte ne sera pas Bleu. Le défenseur français de Manchester United, qui avait intégré l’Athlétic Bilbao à quinze ans, est « espagnol » dans la tête. Il a donc choisi se se faire naturaliser espagnol et pourra donc jouer en rouge avec la Roja. Manquerait plus que Benzema en fasse autant…

… et des chiffres

2. Comme la deuxième place de Romain Grosjean au Grand prix d’Indianapolis. Quelques mois après son spectaculaire accident du GP de Barheïn et après seulement trois courses en Indycar, l’ex-pilote de Formule 1 a plutôt bien réussi sa reconversion. La dernière fois qu’il était monté sur un podium, c’était en août 2015 au GP de Belgique.

11. Comme dix ans entre la dernière victoire d’étape d’un coureur de Cofidis sur le Giro. En remportant la 8e étape du Giro et en même temps sa première victoire depuis qu’il est professionnel, Victor Lafay a succédé onze après à Damien Monier qui, en 2010 s’était imposé sur la 17e étape du Tour d’Italie.

57. Comme le 57e duel entre les rois de la terre battue, Novak Djokovic et Rafael Nadal. Et le 6e en finale du tournoi de Rome. Avant le tournoi romain, le Serbe menait 29-27. Dimanche, l’Espagnol a réduit l’écart. Rendez-vous Porte d’Auteuil pour l’égalisation…

130. Comme la somme (minimum) en millions d’euros qu’il faudra  »aligner » pour racheter le club des Girondins de Bordeaux abandonné par les Américains de King Street. L’homme d’affaire Bruno Fiévet.

320. Comme ce qu’a gagné en milliers d’euros – très précisément 320.159 euros – Benoît Paire depuis août 2020 en ne gagnant que… deux matches sur vingt-trois. Cela grâce au gel du classement ATP (pour cause de covid bien évidemment…) qui lui permet de rester 35e joueur mondial et donc de participer aux tournois les plus rémunérateurs dès le 1er tour. Même si ce n’est pas fair-play (de balancer des matches), l’incorrigible Français aurait tort de s’en priver. Un petit tour et puis j’empoche avant qu’on ne revienne à la « normale »…

(sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui, Ouest-France, sites internet)

JHD

1 Commentaire

  1. Au chapitre CHOIX : Julian Alaphilippe nous prend pour des jambons ; le Tour précède les J.O donc Madame accouchera pendant le Tour. Son choix est financier d’une part et puis, au Tour, sans doute est-on moins « tatillon » sur l’hygiène sportive…Au passage, avez-vous remarqué que les Français « en forme » courent toujours dans une équipe étrangère, encore un peu et nous verrons Bardet s’envoler dans les cols du Giro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*