C’pas Versailles, ici !

De gauche à droite, les gares de Chartres et de Versailles.

Avant la gare de Chartres, celle de Versailles-Chantiers avait connu d’importants travaux afin de connecter la gare SNCF et la nouvelle gare routière. Exactement comme à Chartres, donc.

À l’issue de ces travaux, la gare de Versailles-Chantiers dispose d’une passerelle où les usagers peuvent circuler à l’abri des intempéries, et, pour chaque plateforme, d’un ascenseur, d’un escalier et d’un escalator. Comme le démontre le cliché de droite.

Depuis lundi , la passerelle de la gare de Chartres est ouverte au public et force est de constater, en reprenant le slogan d’un spot publicitaire d’un fournisseur d’énergie, que c’est pas Versailles, ici…

La vue aérienne (cliché de gauche) montre le dessin alambiqué de la passerelle voulue par le maire Gorges, et on comprend que l’argent est plutôt passé dans le dessin de l’architecte que dans les équipements utiles aux usagers. C’est ainsi :

– que la passerelle n’est pas complètement couverte,
– qu’elle est ouverte à tous les vents,
– que les escaliers ne sont pas couverts,
– que les quais 8 et 12 ne disposent ni d’escalier, ni d’ascenseur.

Les Chartrains désirant se rendre à la future gare routière devront, faute d’escalator, gravir entre quarante et quarante-cinq marches selon qu’ils viennent de la ville ou sont en correspondance.

Quant aux matériaux choisis, le revêtement de la partie non couverte de la passerelle semble assez glissant et, par endroit, des plaques de rouille sont – déjà – visibles.

Quand on vous dit que C’pas Versailles, ici !!!

9 Commentaires

  1. @Françoise : Un seul ascenseur et aucune autre alternative que celle de « gravir entre quarante et quarante-cinq marches selon qu’ils viennent de la ville ou sont en correspondance » ! L’équipement n’aura donc pas manqué de faire rapidement la démonstration de son inadéquation aux besoins. L’évaluation du besoin est pourtant un fondamental incontournable de la commande publique mais à l’évidence, ce n’est pas une préoccupation au royaume gorgien, où l’on dépense sans compter au dépens du contribuable en privilégiant d’abord et surtout le « melon » du monarque ! Se souvenir de la complaisante photo de la pose de la passerelle, prise nuitamment et publiée dès le lendemain par l’agence de communication gorgienne ! L’inadéquation aux besoins, c’est au demeurant la caractéristique majeure de tout chantier gorgien ! Un sérieux audit serait utile et même nécessaire à ce sujet !

  2. L’unique ascenseur qui permet d’accéder à cette fabuleuse passerelle n’a pas manqué de tomber en panne aussitôt mis en service. Et il n’y en a pas d’autre !
    Ce n’était pourtant pas difficile à prévoir. ça arrive souvent avec les ascenseurs. Mais quelle imprévoyance !

  3. Nul besoin d’aller à Versailles ! Restons en Eure Loir (la rénovation des gares françaises est un programme national de la SNCF !) et comparons tout simplement avec la rénovation de la gare la 2ème grande ville du département, celle de Dreux : respect du site et de son cadre que l’on pas broyé à la pelleteuse, réalisation sans tapage médiatique d’un équipement urbain à la fois esthétique et rationnel, d’accès réfléchi et facilité, qu’il s’agisse des trains ou de l’interconnexion bus. A Dreux, manifestement, on a pensé aux « usagers » et pas au « melon » du maire. A propos, on aimerait bien connaître les critères de la (prétendue!?) distinction par la SNCF de la rénovation de la gare de Chartres ?

  4. L' »Echo » du 29 Mars: « Un accord a été trouvé pour le prolongement du souterrain ». Alors pourquoi cette passerelle?

  5. Chaque nouvel article de Cactus me déprime.
    Je n’en peux plus de cette mairie, du mégalo méprisant qui en est à la tête et de la gazette locale qui lui sert de piédestal.
    Que va t-il encore inventer de nouveau dans les prochaines années de sa mandature que sa horde de courtisans serviles va encore valider sans réfléchir ni broncher ?
    Si je n’étais pas si attaché à cette ville j’en partirais.
    On donne le permis de construire à des promoteurs pour construire des résidences neuves qui défigurent la ville, (cf le 5 rue des Bouchers, abomination qui prive dorénavant les habitants d’en face de toute lumière naturelle au point qu’ils rêvent tous de partir !) mais on laisse la chaussée de la rue du Bois Merrain ou de la Tonnellerie dans un état lamentable !
    Encore 5 ans ? Ça va être très très long…

  6. A Chartres, la seule partie couverte est celle qui est destinée à recevoir ultérieurement les barrières ou tourniquets empêchant l’accès aux voies sans billet et contre-marque. Je suis témoin du fait qu’à Versailles, la passerelle a été construite bien plus rapidement, sans grand tapage médiatique et surtout effectivement avec un bien plus grand confort pour les utilisateurs. Avant les travaux, j’avais envie de dire aux élus « il n’y a rien à inventer, prenez modèle sur Versailles » (même si la configuration des lieux n’est pas tout à fait la même).
    En dehors de cette histoire de passerelle, Versailles offre aussi un bel exemple de Pôle gare réussi avec même un bel espace vert en liaison avec la ville. Dans la cité royale, les habitants ont réussi à dissuader la municipalité de prévoir un complexe cinématographique à proximité de la gare, pour cause de trafic urbain, il est vrai, beaucoup plus intense à Versailles qu’à Chartres.

  7. Et pour couronner le tout il n’y a même pas de rampe pour faire rouler sa valise, son vélo ou sa poussette !!! Lamentable. Bonjour les embouteillages devant les ascenseurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*