« Ils » sont en train de tuer le Compa, lettre ouverte au Gouvernement

Association des Amis du Compa
1 rue de la République
28300 Mainvilliers – Chartres
amisducompa@gmail.com

Chartres, le 2 avril 2021

Lettre ouverte à Madame la Ministre de la Culture et à Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le Compa – conservatoire de l’agriculture, dernier musée d’envergure sur le monde agricole et rural, se meurt. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir, propriétaire du Compa, a fermé ce musée situé à Chartres il y a un an, en invoquant la crise sanitaire. Il envisage à présent le déménagement des collections vers la base aérienne de Châteaudun. Le Département propose ainsi de réunir l’ensemble des collections du musée actuellement réparties sur trois sites. Mais il souhaite également déménager le contenu de la rotonde SNCF de 1905, fleuron du patrimoine industriel, qui accueille le Compa depuis 1990 et ainsi remplacer le musée situé à quelques pas du centre-ville de Chartres par des réserves visitables dans d’anciens hangars en périphérie de Châteaudun.

Pourquoi déménager dans le sud du département alors qu’en 2018, le rapport de Daniel Guéret, alors Conseiller départemental, préconisait un maintien du musée dans l’agglomération chartraine, pour une meilleure accessibilité de visite ?

Tandis que la majorité de la population vit dans les aires d’influence des villes, est-il besoin de rappeler la nécessaire compréhension entre ruraux et urbains, entre producteurs et consommateurs ? Le Compa est un point de rencontre entre ces deux mondes. C’est pourquoi les Amis du Compa persistent à affirmer que ce musée a sa place à quelques pas de la cathédrale de Chartres, édifiée grâce au travail de milliers de paysans du Moyen âge !

Malgré l’ouverture au public annoncée de ces futures réserves, peut-on considérer qu’une accumulation de machines dans un hangar remplace un parcours muséal organisé autour d’un discours illustré par une grande diversité de pièces de collections (machines, affiches, outils, œuvres d’art…) ?

Aujourd’hui, l’agriculture intéresse, interpelle, rassemble autant qu’elle fait débat. Le projet scientifique et culturel du Compa associait d’ailleurs depuis plusieurs années l’agriculture à deux grands thèmes connexes : l’environnement et l’alimentation. Récemment, les nombreuses missions d’un musée ont été réaffirmées dans le rapport du ministère de la culture « Musée du 21e siècle ». Pourtant, 31 ans après avoir été inauguré par deux ministres, le Compa a-t-il définitivement fermé ses portes ? Comment le Président du Département d’Eure-et-Loir peut-il décider de faire disparaître un musée unique en France, voire en Europe ? De ne pas considérer les investissements publics réalisés lors de la réhabilitation de 1985, ceux réalisés sur le bâtiment du musée en 2015, mais aussi le coût de l’acquisition, la conservation et la restauration de cette collection d’envergure (8 000 pièces) ?

Propriétaire de cette collection et des bâtiments (musée et réserves) qui l’abritent, le Département détient avant tout une collection publique, qui doit, de ce fait, être conservée et exposée dans un souci d’intérêt général. Peut-être faut-il envisager un nouveau mode de gestion ou un transfert de propriété vers une autre collectivité territoriale ?

L’association des Amis du Compa réunit des personnes soucieuses de l’offre culturelle locale, des passionnés de machinisme agricole, des enseignants attachés aux questions scientifiques, au développement durable, aux arts, des agriculteurs d’hier et d’aujourd’hui, des parents et des grands-parents…

Avec nos singularités, nous sommes rassemblés autour de quelques certitudes : le musée est un lieu de vie culturelle et citoyenne où chacun a sa place, l’agriculture est au cœur de la société et elle doit continuer à faire débat, le patrimoine agricole nous lie et nous rassemble. Certitudes qui n’ont rien à voir avec la création d’un hangar-musée.

Nous comptons sur votre soutien pour sauver ce musée et ce patrimoine agricole qui appartient à tous.

William Belhomme, président des Amis du Compa

Le Compa, un musée renommé lâchement sacrifié

6 Commentaires

  1. Ce n’est plus urgent mais bien VITAL de stopper la cavalerie !!!!
    QUE FAIT LA JUSTICE ????
    QUI ET QUAND pour arrêter le MASSACRE ????!!!!!!!
    A ce stade, même L’ÉTAT devrait intervenir.
    SOS d’une d’une ville et des 66 communes de son agglomeration en péril.

  2. Je tiens à féliciter le rédacteur de ce billet « pour l’association des amis du conservatoire agricole «  mais féliciter encore plus son signataire ,

    Comme j’aurais aimé rencontré cette « même «  personne lors de ses précédentes qualités à nos côtés dans le combat juste contre l’autoroute 154 et la destruction en parallèle de 600 hectares de bonne terre agricole .

  3. Votre message M. Bohomme est émouvant, profondément engagé, argumenté et juste, tellement juste.
    Je vous soutiens, comme tant de chartrains, d’euréliens, seraient tentés de le faire si cette information était plus relayée : actuellement, le journal local en a fait un article, Cactu’s aussi, certainement que certains réseaux sociaux en ont parlé mais il y a tellement de nouvelles qui se rencontrent sur cette sphère mondialisée des infos de nos réseaux. Ce barnum mondial permet ainsi de diluer, de mettre tout au même niveau, malheureusement. Tellement d’occasions, notamment ici C-Chartres, de se révolter d’absurdités décidées toujours par le même personnage nuisible.
    Que vous dire pour vous soutenir ?
    Organiser des actions du type manifestations : silencieuse/ festive / « performance »… ou pétition ou « intervention sauvage » lors de débats publics???
    De tout coeur avec vous.

  4. A Bernard C : si la ridicule contre-argumentation était généralisée, cela pourrait donné ceci : les oeuvres de Gauguin seront désormais visitables aux Marquises…

  5. Un musée exceptionnel, visité par les écoles et les touristes hors département, bien desservi : route et voie ferrée. Dans la capitale de la Beauce eurélienne, les bus d’agglomération le drainent régulièrement. Si la future salle polyvalente située en face du musée avait été consacrée aux congrès, quelle belle visite pour les congressistes sans même emprunter de transport collectif.

  6. J’adhère totalement au contenu de cette lettre, la contre-argumentation développée il y a quelques temps par le Président du Conseil Départemental (du style : un musée de l’agriculture n’a pas sa place en ville) me paraissant tout à fait inappropriée.
    J’ajoute que l’on pourrait rappeler aussi les travaux lourds effectués il y a peu d’années pour moderniser ce musée (avec peut-être des subventions extérieures au CD28 : c’est donc aussi un gâchis d’argent public).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*