8 avril 2021 : mon neuvième conseil municipal

Parking et ornement. La séance commence par la présentation par le cabinet Intencité du diagnostic de l’offre commerciale chartraine. Présenté à l’issue d’une enquête d’opinion en ligne sur démarche volontaire auprès des consommateurs et complété d’entretiens avec les commerçants, le bilan, oh surprise, est des plus flatteurs. Mme Mokhtar, commerçante élue de la majorité, est lapidaire à l’issue du docte exposé : « Soyons humbles, satisfaisons-nous de ces résultats », ce qui permet au maire de rétorquer : « Je suis content que ma commerçante préférée soit contente ! ». Le dossier avait bien avancé !

Olivier Maupu est ensuite moqué lorsqu’il regrette de ne pas disposer de l’évolution des données sur ces dernières années pour évaluer les dynamiques en œuvre avant que je ne mette en lumière la seule nuance apportée ce soir au monde merveilleux du commerce chartrain : le stationnement. En effet, la ville met à disposition des consommateurs une place de stationnement pour 11m² de surface commerciale, au lieu du ratio d’une place pour 25 m² constatée en moyenne dans les villes de taille équivalente. Pourtant, les difficultés de stationnement sont identifiées par l’étude comme le principal frein à la fréquentation du centre-ville ! Au représentant du bureau d’études qui évoque le possible défaut de visibilité des parkings souterrains (ne riez pas !), j’oppose l’argument du prix prohibitif de celui-ci, ce qui lance J-P Gorges dans son premier monologue fondé sur la saturation des parkings en question et sur la nécessité d’en créer plus encore :

  • « Nous ne sommes pas des méchants écolos qui veulent tuer les voitures et je crois plus à l’atome qu’aux bio-carburants. »
  • « Le commerçant doit payer le stationnement de son client. Quand vous allez au restaurant à Paris, quelqu’un prend vos clés pour aller garer votre voiture dieu sait où, et vous ne payez rien ! »

Cette première heure consacrée au bilan de l’offre commerciale chartraine est conclue par le maire qui commente ainsi l’enchaînement vers l’étape prospective de l’étude dont il semble douter de l’utilité : « Je ne sais pas si nous pourrons faire mieux que cela ! »

Le vote du budget, plat de résistance de la soirée, s’offre ensuite à nous après le sérieux exposé de Franck Masselus. Sous les rires à peine étouffés d’une partie des conseillers de la majorité, Brigitte Cottereau explique calmement la position de Chartres Ecologie qui souhaiterait voir prioriser la rénovation et le développement des équipements et services de proximité plutôt que l’accélération à marche forcée d’investissements inutiles mais de prestige, ou remplacer les 500 000 euros annuels de maintenance du système de vidéosurveillance par dix agents de proximité. Un sobre mais dorénavant habituel « Merci pour votre intervention » lui est adressé en retour par J-P Gorges.

Aux questions que je pose ensuite à M. Masselus pour obtenir du détail au sujet de certains investissements, le maire dit à son adjoint aux finances : « c’est moi qui réponds ». J’obtiens alors les éléments suivants :

• Malgré le plan de la ZAC du plateau Nord-Est qui la condamne (comme Chartrexpo, le CRJS et la gendarmerie), – puisque cette ZAC d’un autre temps prévoit le déplacement d’ici 2030 de ces équipements pour permettre de légèrement dévoyer l’avenue Jean-Mermoz -,  on continue à investir dans la halle Jean-Cochet qui survivra quelques années à la livraison du pôle sportif et culturel de la gare.
• Les 175 000 euros affectés à la butte des Charbonniers sont destinés à sa mise en lumière.
• Le remplacement du système de chauffage de serres des services d’espaces verts pour 300 000 euros n’a pas été l’occasion de s’interroger sur la pertinence environnementale et économique de conserver ces méthodes culturales. Là où nous voyons s’exprimer un choix politique (ou plutôt un non-choix), le maire ne répond que par la compétence des horticulteurs et des techniciens en génie climatique…
• Le bouquet final répond au souhait que j’exprime de ne pas précipiter démolitions et abattage d’arbres sur le site du parvis de la cathédrale pour un projet méconnu et sans autorisations à ce jour, 200 000 euros étant déjà budgétés pour cette politique de la terre brûlée. J’ai à nouveau appuyé sur le bouton « haine des arbres ».

Et M. Gorges de se lancer : « Les arbres sur le parvis, on se demande bien ce qu’ils font-là, posés n’importe comment… Et après, ça donne à certains l’idée d’en faire en forêt face à la cathédrale ! » (…) « S’il faut des arbres pour refroidir la planète, plantez-les dans les champs en pleine Beauce » « Notre politique ça n’est pas de mettre des arbres dans la ville, mais de mettre les habitants dans la ville » « Au lieu de demander aux autres de planter des arbres, faites-le chez-vous ! » « Le projet de l’aménagement de l’esplanade de la cathédrale a déjà été présenté à la commission nationale du patrimoine, il existe ce projet, à vous de le chercher et de vous instruire. Il y a déjà eu de projets de présentés, des maquettes des films… Maintenant, sur ce projet, je ne vous répondrai plus. » Et le plus beau pour la fin : « les arbres dans la ville c’est comme les plantes vertes en appartement : de l’ornement ».

Je confesse n’avoir pas trouvé l’énergie de redemander la parole pour lui rappeler que l’arbre en ville, climatiseur naturel, est la seule arme connue contre les îlots de chaleur et pour le confort urbain.

Quentin Guillemain achève nos interventions relatives au budget par la proposition d’un amendement visant à réduire de moitié les frais de réception municipaux et de représentation du maire, vraisemblablement inutiles en ces moments de couvre-feu et de mesures sanitaires renforcées (visioconférences, distanciation) pour réaffecter les sommes en question au CCAS qui devra faire face à de nombreux cas de détresse sociale engendrés par les conséquence à venir de la crise sanitaire. D’abord saluée comme un noble acte d’animation du débat démocratique, cette initiative est ensuite tournée en dérision par le maire et Ladislas Vergne, président du CCAS, qui la qualifient de populiste (« l’action sociale, ça n’est pas distribuer des billets de banque ») et qui l’interprètent comme une attaque contre le dévouement et la compétence des personnels de l’action sociale !

Face à cette nouvelle manipulation, je demande à l’exécutif, toujours sur la défensive, de cesser d’interpréter nos critiques de son action politique comme une mise en cause du travail des services municipaux. F. Masselus avait déjà répondu à mes remarques relatives au budget en s’indignant que je mettre en cause le travail considérable mené d’arrache-pied depuis septembre 2020 pour bâtir ce projet. Je lui rappelle utilement que ce travail n’est au service que de la politique décidée par la majorité, que je suis en droit, si ce n’est au devoir, de critiquer.

J-P Gorges clos le débat en indiquant que le contexte épidémique ne génère aucune économie en matière de réception et de représentation, les coûts tendraient même à être plus élevés (le prix des traiteurs à domicile… !).

De façon très classique lorsqu’il s’agit d’aide sociale, ceux qui n’en manquent pas déclament que « l’argent ne fait pas le bonheur ». Jacqueline Marre rappelle alors utilement à l’exécutif que la plupart des gens ne vivent pas que de l’air du temps !

Une fois n’est pas coutume, cet amendement recueille tous les suffrages des conseillers « d’opposition ».

La délibération relative à l’octroi d’une subvention de 60 000 euros pour l’organisation du TOP 16 des clubs d’échecs étant retirée en raison de l’annulation de l’évènement pour cause sanitaire, je n’ai pas le loisir de mettre en cause les 80% de financement public de cet évènement qui, en 2019, n’avait pourtant coûté que 1 000 euros à la ville de Brest, tout en dégageant un bénéfice de 16 000 euros à la fédération française d’échecs.

Nous finissons par la présentation d’une douzaine d’ORI (opérations de restauration immobilière) en centre-ville dont nous voterons, avec la majorité, le lancement des procédures. Olivier Maupu prend la parole pour regretter que cet indispensable travail n’ait pas été entrepris plus tôt et demander quelques précisions sur les modalités d’identification de certains immeubles ciblés. Plutôt que laisser M. Plaze, rapporteur du dossier, répondre à notre collègue, le maire lui indique que ce type de question est à poser en commission plutôt qu’à tenter d’y répondre rapidement, il se lance dans dix minutes de digressions mêlant l’immigration, la rénovation de son ancienne maison et finissant par la nécessité de créer des « poches » de stationnement dans le centre-ville : « les parkings souterrains vont consolider les immeubles anciens ».

Il est minuit 45, le maire termine comme il a commencé par un hommage au parking tout-puissant : la boucle est bouclée !

Ce soir, j’ai été moqué par le maire pour avoir cité « Gouverner c’est choisir », phrase de Pierre Mendes-France gravé à proximité du lycée Marceau. La suivante aura-t-elle la même postérité ?

« Les arbres dans la ville, c’est comme les plantes vertes en appartement : de l’ornement » (Jean-Pierre Gorges, le 8 avril 2021).

Jean-François Bridet

Mon premier conseil municipal
Mon second conseil municipal
Mon troisième conseil municipal
Mon quatrième conseil municipal
Mon cinquième conseil municipal
Mon sixième conseil municipal
Mon septième conseil municipal
Mon huitième conseil municipal

26 Commentaires

  1. Gorges ou l’art et la manière de récupérer à son profit n’importe quelle situation (pas par longtemps, j’espère!)
    https://www.youtube.com/watch?v=_pSMxh7NA-8
    Dans cette vidéo d’avril 2016, il nous raconte que c’est lui qui a souhaité que des arbres soient replantés Place du Cygne. Les habitants, les commerçants n’en voulaient plus!! Pitoyable logorrhée mégalomane, comme d’habitude!
    Les tilleuls, eux, ont peut-être fini dans sa cheminée ??

  2. On dirait que l’on est passé dans une autre phase de la jouissance du pouvoir… j’appellerais cette phase la phase « du lever du roi »… maintenant notre Maire prend plaisir à énoncer et mettre en place les pires idioties pour le plaisir de voir sa meute adhérer et l’addouber, et de jouir de la soumission « des opposants à la lèche »… Quel immense plaisir devait connaître ce petit frustré de Louis 14 à voir tous ces abrutis se lever, se poudrer pour assister à ses premiers pets du réveil, se gratter largement l’entrejambe devant tant de spectateur. On dirait que notre maire a décidé de jouir de façon maladive lui aussi de ces pleins pouvoirs sur sa cour (les fans qui ne comprennent pas le côté délirant des paroles et mesures, les gênés qui baissent la tête en espérant un retour à la réalité, les grincheux qui espèrent que leur soumission silencieuse ne fera pas de vague). Bravo aux conseillers Chartres Écologie de garder leur calme, et de souffrir devant tant d’ineptie…

  3. @ exilé d’Eure et Loir
    Il serait plus juste de dire que l’incohérence se justifie dans la conscience du taulier d’avoir de très grandes chances de se prendre un revers électoral des plus magistraux voir de se retrouver devant la magistrature aux vu des conclusions issues de la perquisition effectuée le 29 juin dernier dans son antre. …
    2021 pourrait peut-être bientôt se résumer pour Chartres par « Terminator terminé ».

  4. Curieusement en mars 2020 après les propos du président de la République aucune déclaration pour le report des élections municipales
    …. et encore moins du maître des lieux ( président de l’agglomération de 66 communes )

    Élections avec des taux d’abstentions jamais connu à des élections municipales et bien sûr le maître des lieux à déclaré son élection très démocratique….

    Maintenant pour les régionales et les départementales il demande leurs reports……incohérences.

  5. On a les chocottes ???
    « À la lumière des résultats des municipales 2020, nous savons que l’abstention sera encore renforcée par la crainte de la contamination. […] Les seuls qui se déplacent sont les plus militants, voire les plus extrêmes. C’est ainsi que nous avons pu observer une formidable poussée du vote écologiste partout en France […] ». C’est JPG qui le dit ! Et pourquoi pas carrément supprimer les élections ! En voilà une idée qu’elle serait bonne !

    https://www.lechorepublicain.fr/chartres-28000/actualites/le-maire-de-chartres-jean-pierre-gorges-se-prononce-pour-un-report-des-elections-regionales-et-departementales_13939898/

  6. Entre tous les chantiers qui n’en finissent pas et voient leurs budgets initaux plus que doubler, l’incohérence effarente dans la gestion, le gaspillage de somme astronomiques de l’argent public constat d’un règne qui n’a que trop duré, il est à espérer au vu des indicateurs que le règne de Machiavel & Co touche très vite a sa fin. Il en va du salut de Chartres, de son agglomeration entière (66 communes !!!!!) et de tous leurs administrés.

  7. « S’il faut des arbres pour refroidir la planète, plantez-les dans les champs en pleine Beauce »…
    Alors que Gargantua parcourait une région boisée, au nord d’Orléans, sa jument, importunée par mouches et frelons, agita violemment sa queue pour les chasser. Elle fit tant et si bien que les arbres subirent le même sort et disparurent. Face à cette campagne, Gargantua s’écria alors « je trouve beau ce ». Et ainsi naquit la Beauce.
    Si elle revenait aujourd’hui dans les parages, cette brave jument pourrait à nouveau vouloir se débarrasser des insectes gênants d’un revers de queue (même si les pesticides ont eu raison de nombre d’entre eux).
    Et si ce geste salutaire pouvait du même coup et à tout jamais éradiquer, non plus les arbres, mais l’engeance qui préside depuis trop longtemps aux destinées de notre contrée !

  8. @ ancien observateur,
    Il est plus qu’évident ici que le triste sir en place et sa garde ne dupent plus personne. Les menaces, les représailles, sont hélas de notoriété publique, sauf que, ce n’est pas pour autant qu’il va pouvoir s’en sortir encore très longtemps… En france comme ailleurs, il est bien plus risqué pour prétendre perdurer de se retrouver avec la brigade financière sur le dos que toutes autres brigades. Après, il se peut aussi de cumuler…
    L’avenir proche à n’en pas douter nous le confirmera en levant le voile de ce feu qui semble couver depuis plusieurs mois…

  9. Salut Crieur,
    je vois que mon commentaire t’a/vous a perturbé.
    Non, je ne donnerai pas mon nom, car je pourrais alors recevoir quelques représailles – pas les tiennes/vôtres – celles du pouvoir en place.
    D’ailleurs marrant de réclamer le nom de quelqu’un alors qu’on signe soi-même par un pseudo. Je constate par ailleurs que les arguments sont « du haut niveau » : service « 3 pièces » massacré; sous-fifre ( pas de correcteur orthographique sur ton/votre ordi?)du maître … Le propos tenu dans ces 3 lignes, pourrait bien desservir la noble cause que l’on a en commun : mettre en lumière, pour le plus grand nombre d’habitants de l’agglomération, toutes les casseroles qui s’accumulent, toutes les erreurs de directions prises par le bonhomme, toutes les menaces qu’il profère pour faire taire ses opposants, bref, toutes ses bassesses. Tu/vous vois/voyez, pas la peine de s’énerver contre mon commentaire et de menacer, on est d’accord sur l’essentiel. Sinon, c’est utiliser les mêmes moyens que lui.
    Pour Ohlaquivala : oui, je sais aussi que pousser dans ses retranchements, une personne contre qui on lutte peut être une solution, mais jusqu’à maintenant, il s’en contrefiche, a des appuis, soutiens certainement placés aux bons endroits. Alors, 20 ans de pouvoir le grisent; on parle de lui, il aime cela. Mais gardons confiance et continuons le combat, légitime et salutaire

  10. Merci de ne rien lâcher. Continuez à dénoncer toutes ces manœuvres. Dépenser l’argent des autres sans compter, c’est irrespectueux. C’est irresponsable. Un jour viendra…

  11. @ ancien observateur.
    Bien au contraire, c’est en mettant les points sur les « i » et les barres aux « t », en les mettant face à leurs erreurs de manière appuyées et sans relache que les coupables finissent par se trahir. C’est dans l’énervement que les faux pas arrivent. Tous les enquêteurs pourraient vous l’expliquer et vous le démontrer…

  12. Réponse à ancien observateur…
    Fan de gorges ??? Donne ton vrai nom et pas un pseudo si t’es un vrai homme!!! Ou ton service 3 pièces a peut-être peut des représailles ???? Ne joue pas dans la cour des adversaires, et ne joue pas avec le feu… tu pourrais te brûler ! Tu as l’air d’être un soufifre du roi actuel ! Quand il tombera … tomberas tu avec ???

  13. Eh les camarades exaspéré(e)s, qui laissent ces commentaires, auxquels sur le fonds j’adhère, peut-être qu’il faudrait un peu moins de hargne. Cela donne forcément à notre adversaire, en fragilité psychologique que parait subir ce personnage, des arguments pour continuer dans ce sens. Je sais cela, pour l’avoir vécu, quand on baisse à tout propos le niveau des échanges dans une assemblée d’élus, cela ne fait qu’attirer le reste des débats, vers le bas imparablement. Alors, tentons de rester dignes,offusqués,voire révoltés, mais sereins dans l’avenir, avec un peu d’humour. Il finira bien par partir, voire être poussé vers la sortie d’urgence. Cela désarçonnera peut-être les entreprises toujours plus périlleuses du bonhomme, à tout points de vue. Sa provocation devient légendaire; il ose tout on l’a déjà dit; plus c’est gros, plus y’a de gogos…
    Certes, je comprends toutes ces réactions, comme des plaies à vif. Cependant, ce média qu’est Cactus – merci à tous ses contributeurs – est utilisé bien entendu par les « motivés » locaux mais aussi par le camp adverse, les « spécialistes du fait politique locale », payés pour, occultes conseillers ou chargés de mission. Nos paroles, échanges, doivent aller aussi vers les autres, nos voisins, nos collègues de travail, nos amis, pour dire ce que nous savons, connaissons. Et là, ces informations, que nous sentons dramatiques pour notre avenir de chartrain, d’eurélien, d’être humain, trouvera une résonance plus forte et remplie d’espoir. Enfin, j’espère…

  14. Il existe une volumineuse littérature sur les bienfaits de l’arbre en ville, en France comme partout, y compris dans les pays qui ne manquent pas d’arbres comme le Canada. Pour Arboquebec.com « une rue bordée d’arbres matures contient jusqu’à 4 fois moins de poussière atmosphérique qu’une rue sans arbres ».
    On ne regrettera jamais assez ceux qui manquent cruellement sur la Place du Cygne.

  15. A tous ceux qui se demandent ce qu’attend l’etat, on pourrait répondre que la justice est peut-être longue mais qu’elle n’enclenche pas de perquisitions sans motifs prouvés et surtout pas à ce niveau là.

  16. On ne le dira jamzis assez :
    Tout vient à point à qui sait attendre et quand l’attente perdure depuis autant d’annees, la chute risque d’être plutôt très vertigineuse sans compter que l’état a besoin d’argent…

  17. Rassurez nous, devant autant d’inaptitudes et autant de fourberies, la chute de l’edile et ses acolytes se compte bien en jours ou au pire en semaines ???? car là, très sérieusement il y a urgence absolue de stoper le carnage quand on voit jusqu’où va le niveau et la vitesse où l’argent des contribuables s’envole on ne peut plus qu’espérer bientôt la chute finale. A ce stade ce serait même à l’état d’intervenir.

  18. La réalité n’existe pas à Chartres.
    la méthode Coué semble être la stratégie de la majorité municipale. Le réchauffement climatique n’existe pas, l’arbre dans la ville n’a pas sa place, l’opposition n’apporte rien à la vie démocratique, le couvre-feu n’existe pas…
    Les bases étant posées les actes pourront suivre.
    Si cette méthode se révèle efficace dans certaines situations, elle ne peut pas adapter la réalité aux désirs de ceux qui l’emploient.
    N’est pas tout puissant qui veut!

  19. A quand l’Etat de dire stop à toutes ces mascarades plus affligeantes les unes que les autres ????!!!!!!!
    ON N’EN PEUT PLUS !!!!!
    Dans le « stop ou encore » on a atteint et plus que trop largement dépassé le 🛑

  20. QUI et QUAND POUR STOPER LA CVALERIE GORGIENNE ????? !!!!!!
    Et la perquisition du Montescot par la brigade judiciaire financière ca en est OÙ ???? Les chiffres ont bien du livrer leurs secreys depuis le temps !!!!
    Pendant ce temps, la descente continue…
    Chartres ne serait plus qu’un vague souvenir si la plaisanterie devait durer encore 5 ans.
    Il y va de son salut de cesser le massacre.

  21. « La logorrhée gorgienne n’est plus audible », ni crédible ! Ces exercices obligés de tenue périodique des réunions publiques des conseils municipaux, sont un révélateur de l’insondable suffisance et pathétique bêtise de cette majorité municipale chartraine et de son « Lider Maximo » ! Exercices « on live » du mépris assumé de la démocratie ! Quand les Chartrain.e.s auront enfin compris, il sera hélas trop tard ! A moins d’un miracle avant terme pour limiter le saccage et en finir avant la fin du désastre annoncé ! Prions donc Notre Dame de Chartres, seul salut restant de la Ville !

  22. Chartres en lumière quand même lancé en plein couvre feu,il faut cramer les budgets coûte que coûte ou plutôt selon le présidentiel « quoi qu’il en coûte » ,toujours aussi facile de cramer l’argent des autres!

  23. La logorrhée gorgienne n’est plus audible : s’y ajoute des affirmations inexactes à propos de l’avancement du projet d’aménagement de l’esplanade de la cathédrale et des décisions saugrenues comme démarrer l’opération Chartres en lumières pendant le couvre-feu.
    En effet, dire que le projet d’aménagement de l’esplanade (la dernière et quatrième « mouture » ?) est arrêté et qu’il a été validé par la commission nationale du patrimoine est faux. D’ailleurs un « comité scientifique » est encore en pleine réflexion au sujet de l’espace muséographique censé être réalisé en sous-sol devant la cathédrale. En réalité Monsieur Gorges ne sait pas quoi dire (de sérieux) à ce sujet… si ce n’est qu’il ne faut pas planter une forêt… Bref rien n’est décidé. Son idée se réduit à vouloir dégager les vestiges et à construire une dalle par dessus : génial, non ? Ridicule, oui.
    Autre idée folle : lancer sans tarder les éclairages de Chartres en lumière alors que nous sommes interdits de sortir après 19 heures à cause du couvre-feu ! Bonjour la gabegie !
    Qu’en pensent les élus de la majorité ? Silence assourdissant. Qui ne dit mot consent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*