Hebdosports : le mal français

Des mots et des chiffres, c’est le reflet de l’actualité sportive.

Des mots…

Circulez, rien à voir « Personne n’a enfreint le protocole, mais il faudra aller plus loin. » En clair, circulez y’a rien à voir mais quand même faudra faire gaffe. On en conviendra, Bernard Laporte a le sens de la formule et de la mise en scène comme il l’a montré sur le perron du ministère de l’Education nationale. Une affaire d’Etat ? Pfff… avons-nous commenté la semaine dernière. Oui, bien sûr puisque les grands décideurs du rugby bleu ont dû aller plaider leur cause en haut-lieu. Mais ce qui nous étonne dans cette affaire de bulle percée, c’est pourquoi tant d’interrogations et d’exclamations de vierges effarouchées comme s’il s’agissait du scandale de l’année, voire de l’affaire du siècle. Certes, il y a eu l’escapade de Fabien Galthié, les gaufres en terrasse à Rome, une petite bamboula façon rugby à Marcoussis (appréciée en d’autres temps parce que ce sont les valeurs du rugby…), des explications pas très habiles pour désigner le « cas zéro » (qu’on n’a d’ailleurs pas trouvé). Mais bon, en fait-on autant lorsqu’on apprend que des clubs de l’élite du foot et du rugby voient eux aussi leur bulle éclater ? On l’a dit, le monde sportif a beau prendre toutes les précautions, il reste sous la menace de ce sournois virus. Mais dans le cas des Bleus de Galthié, on est retombé dans le « mal français » qui consiste à, immanquablement, se faire plaisir et affirmer son indépendance d’esprit et son objectivité, pour trouver un coupable, le montrer du doigt et, pourquoi pas, baisser le pouce comme aux temps anciens. « Cette affaire désigne la manière dont avance notre pays. On s’y sent mieux une fois qu’on sait qui a commis la faute… » a commenté Pierre Adrian dans l’Equipe Magazine (6 mars). Sauf que pour ce que concerne nos Bleus retrouvés, après les sermons de première intention du ministère, on s’est rendu compte que ce n’était peut-être pas le moment de casser la dynamique actuelle d’un rugby français enfin retrouvé et en plein « boum » à deux ans de « notre » Mondial hexagonal. Alors là, oui, on a conclu l’affaire comme une affaire d’Etat. «  Au moins sait-on (…) que les Bleus du rugby relèvent désormais de la raison d’Etat », a éditorialisé Jean-Philippe Leclaire (L’Equipe, 6 mars). Allez, circulez, y a rien à voir…

Consommation. « Tu te demandes quelle est la part des chaussures. C’est chiant parce que tu n’es pas sûr de tes progrès, tu ne sais pas comme les quantifier. » Même s’il a « explosé » son record du 3000, Hugo Hay s’interroge sur ses progrès attribués aux nouvelles chaussures qu’il utilise. Ben, y’a qu’a remettre les vieilles pour savoir… (Lire également ci-dessous, dans les chiffres) Bastien Perraut, entraîneur, aura peut-être le dernier mot : « C’est la victoire de la société de consommation. La chaussure prend plus d’importance que l’entraînement. »

Ambiance. « Monsieur Le Graët fait honte au football français. » Frédéric Thiriez, ex-président de la ligue du foot pro et candidat au fauteuil de la 3F ne mâche pas ses mots. Il a répondu à Noël Le Graët qui avait considéré que les Bleues, n’ayant perdu aucun match depuis leur Mondial 2019, « elles pouvaient bien se tirer les cheveux », faisant allusion aux tensions entre Corinne Diacre et les internationales. Un peu sexiste et sûrement pas très adroit. En tout cas, chaude ambiance pour cette campagne…

Nostalgie. « Guimard, Poulidor, Zoetemelk, ils faisaient partie de la famille. C’était un monsieur extraordinaire (…) il véhiculait des valeurs humaines incroyables. Cette mémoire, je veux continuer à la faire exister. » Emile Mercier est le neveu de l’autre Emile Mercier et le fils de Marcel, fondateurs de l’historique marque de vélo utilisée par les plus grands champions et réputée dans le monde entier. Un fond luxembourgeois va relancer la production à Revin (Ardennes) et créer 140 emploi puis 270. Le Emile d’aujourd’hui lui, a décidé de relancer à sa manière l’histoire familiale en créant une marque de vêtements. Voilà qui ravira les nostalgique des vélos roses…

Faute professionnelle. Et pour terminer, un « C’est la honte, on a fait que de la merde » de Boubacar Kamara, le milieu de terrain de l’OM, après la ridicule élimination face au Canet, équipe de N2. On le sait, la Coupe de France réserve toujours son lot de surprise. Mais là, Marseille a été promené et ridiculisé. Honteux pour des joueurs pro. Faute professionnelle de Marseillais qui deviennent la risée du foot français.

… et des chiffres

1. Selon Hugo Hay, champion de France du 3000 m en salle, le gain en temps offert par les nouvelle chaussures « à rebond » de chez Nike serait d’une seconde à une seconde et demi. Le coureur s’interroge quand même pour savoir quelle est la part de ses progrès dûs à l’entraînement. (Lire précédemment ci-dessus). En attendant, on peut se demander si, comme les combinaisons des nageurs ou avant les guidons des cyclistes, il va falloir réglementer ces nouveaux équipements…

7. C’est un mauvais coup double. Après ses cinq fautes au tir de la mass-start des Mondiaux, le biathlète Emilien Jacquelin a récidivé dans le dernier relais de Coupe du monde : sept cibles manquées et quatre tours de pénalité qui ont coûté une potentielle victoire aux Français, quand même 5ème. Désemparé, le double champion du monde de poursuite a lâché un bizarre : « A chaud, cela reste étrange et inexplicable. » On veut bien le croire…

8,5. Après avoir vertement critiqué l’organisation de l’Open d’Australie (comme il l’avait fait à celui des Etats-Unis l’automne dernier), Benoît Paire a encore pété les plombs à Buenos Aires. Pour un point littigieux, il s’est énervé contre l’arbitre (classique…), a craché par terre là où il jugeait que la balle était tombée et a enfin balancé les points et le match . Hué sur les réseaux sociaux, il a répliqué en invoquant ses 8,5 millions de gains sur le circuit par un « Finalement ça vaut le coup d’être nul », tweet accompagné d’un émoticone bisous et d’un autre… doigt d’honneur. Le tennis mérite-t-il un tel joueur ?…

116. Le Vendée Globe vient de s’achever. Le dernier concurrent est rentré dans le chenal des Sables d’Olonne la semaine dernière. Ari Huusela et son Stark avait franchi la ligne après 116 jours de mer et 36 jours après le Maître Coq de Yannick Bestaven. Pilote de ligne, le Norvégien va-t-il maintenant préférer la mer à l’air…

2027. Le rugby français est rassuré : Canal+ paiera 113,6 millions par an pour les droits télé du Top 14. Et cela jusqu’en 2027. De quoi assurer un confortable avenir pour l’Ovalie professionnelle. Certes, la Ligue 1 de foot touchera beaucoup plus. Mais seulement pour la fin de saison. Car après, il faudra renégocier…

(sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui, sites internet)

JHD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*