La motivation de la condamnation du maire de Chartres pour injure publique

« (…). La vidéo du conseil municipal démontre qu’à l’occasion du vote sur l’attribution du nom d’un nouvel espace vert de Chartres lors d’une session plénière, publique, du conseil municipal de Chartres, M. Guillemain, sur la liste Chartres écologie, élu d’opposition au maire de Chartres, M. Gorges, a discuté le choix du nom de Jacques Grand, comme il en avait le droit dans cette enceinte. En réponse, M. Gorges lui a répondu : « Monsieur Guillemain, vous qui n’êtes pas grand, vous n’êtes pas grandi ce soir », puis « Je vous le dis comme je le pense, vous méritez deux claques ».

Ces termes n’ont rien à voir avec le débat politique. Ce sont des termes clairement péjoratifs et dégradants qui n’ont été tenus que dans le but d’humilier M. Guillemain, en l’attaquant sur son physique.

Il ne peut de bonne foi être soutenu que le maire de Chartres a voulu comparer M. Guillemain à M. Grand et le faire démontre la conscience d’avoir fait un usage abusif de la liberté d’expression. (…).

Dès lors, il résulte des éléments du dossier que les faits reprochés à M. Gorges sont établis ; il convient de l’en déclarer coupable et d’entrer en voie de condamnation.

Par ces motifs, déclare Gorges Jean-Pierre coupable des faits qui lui sont reprochés : injure publique envers un corps constitué, un fonctionnaire, un dépositaire de l’autorité ou un citoyen chargé d’une service public par parole, écrit, image ou moyen de communication par voie électronique, commis le 17 septembre 2020 à Chartres. »

 

5 Commentaires

  1. JPG : « Je vous le dis comme je le pense, vous méritez deux claques ». Réponse de Dame Justice saisie par le citoyen-élu QG : une seule mais MAGISTRALE claque ! Enfin un vent nouveau et salvateur sur Chartres et son agglo ?

  2. L’essentiel est de souligner que ce qui est pharaonique c’est le fait que JPG ait été condamné et de surcroît par le TGI de Chartres, ce qui prouve que le vent a définitivement tourné pour l’édile en place. Reconnu COUPABLE et CONDAMNÉ. C’est vraiment les 2 termes qui prouvent que le vent a tourné.

  3. Par contre, selon ce jugement on aurait le droit de tenir des propos révisionnistes autour de la question khmère (1 million de morts)…

  4. C’est tout de même normal cette condamnation. Le respect doit toujours rester de mise et personne ne doit se sentir avoir le droit de rabaisser ou d’insulter qui que ce soit. Un très juste et opportun rappel à la loi.

  5. « COUPABLE » et « CONDAMNÉ », 2 termes forts qui changent tout.
    Une grande première mais peut-être pas une dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*