Le mort de trop

Cactus reproduit ci-après l’intégralité de la lettre qu’a adressée Soline Girard, présidente de l’association « Epargnez-nous ! » à messieurs Gorges, Guéret et Bonnet au sujet de la sécurisation des chantiers du secteur Pôle gare à Chartres.

« Messieurs les Elus,

Il y a un mois, l’Association « Epargnez nous ! » faisait l’envoi d’un courrier alertant vos services quant aux différents manquements constatés par les riverains en termes de sécurité et de signalétique au niveau de la rue de l’Epargne.

Aujourd’hui, nous recevons un courrier de M. Bonnet, affirmant qu’il avait bien pris en considération notre courrier, et qu’en accord avec la SPLA de Chartres, un renforcement de la signalisation serait effectué. Et dans ce courrier, il est stipulé qu’il ne sert à rien de nous inquiéter, qu’un retour à la normale devrait bientôt s’effectuer. Ce retour n’était-il pas prévu pour fin décembre 2020, théoriquement ? Nous savons hélas que « théorie » et « travaux » ne riment pas ensemble, alors un retour rapide à la normale, nous n’y croyons guère…

M. Bonnet oublierait-il que les travaux durent depuis quelques années et que le quartier va encore en pâtir pendant quelque temps ? Nous parler de retour à la normale alors que nous vivons fenêtres fermées en permanence en raison du bruit ? Que nous avons la hantise des camions de chantier bloqués dans l’impasse du Chemin de fer ? Que nous subissons les énervements et les vitesses excessives des automobilistes qui se trouvent déviés et errent dans nos rues ? Que les camions de chantiers roulent à des vitesses inadaptées et qu’ils nous klaxonnent parce que nous ne roulons pas suffisamment vite dans le quartier ? Mais il est vrai qu’il ne faut pas confondre intérêt privé et intérêt public : alors que quelques citoyens subissent ces nuisances, cela n’est que relatif !

Comme indiqué auparavant, « théorie » et « travaux » ne riment pas ensemble, mais que dire si nous y ajoutions la notion de « sécurité » ? Malgré notre alerte de fin décembre 2020 concernant des manquements de signalisation et donc de sécurité (à laquelle nous pourrions intégrer nos différentes alertes depuis la constitution de notre Association en lien avec le pôle gare), nous ne pouvons que constater une forme d’attentisme, d’immobilisme, jusqu’à ce qu’un drame ne survienne le jeudi 28 janvier à 16h45 dans le bas de la rue de l’Epargne.

Aujourd’hui, le quartier est abasourdi, une famille de l’agglomération est endeuillée, l’Association « Epargnez nous ! » est en colère …

Vous aviez pourtant garanti que vous assureriez la sécurité maximale durant ces périodes de travaux, mais, de notre côté, à vivre ou plutôt subir cette situation au quotidien, nous ne pouvons que constater que tel n’est pas le cas ! Un cycliste rue de l’Epargne percuté par un camion de chantier et M. Bonnet qui, dans son courrier, nous remercie de notre patience !!!!!

Comment se fait-il que des camions de chantier de 45 tonnes se retrouvent dans nos rues ? La rue de l’Epargne, située en plein cœur du quartier, est devenue un couloir de transit de tous les véhicules de chantier (chantiers pôle gare et résidences en construction rue Saint-Jean).

Que dire de la sécurité des piétons et des vélos sur le pont Casanova ? Ce problème s’est encore accentué aujourd’hui avec la suppression de la circulation piétonne sur le trottoir adjacent au futur EPCS. Vous osez faire traverser par deux fois le pont aux piétons venant de Mainvilliers ou du quartier de l’Epargne pour se rendre ou sortir de la gare durant des heures de pointe où camions, bus interurbains, bus scolaires et véhicules particuliers se pressent et se bousculent ? D’autant que la masse des piétons se retrouve coincée sur un trottoir trop étroit ?

Que dire aussi de ce passage à une voie sur le pont, sens Chartres/Mainvilliers, un goulet d’engorgement aux heures de pointe ? Là encore, tentent de cohabiter ces différents moyens de transports, mais force est de constater comme en témoigne l’accident mortel du 28 janvier et les témoignages de nos habitants du quartier adeptes de la bicyclette, qu’il est très dangereux, voire suicidaire de vouloir utiliser les modes de déplacements doux dans le secteur Casanova/Epargne. Les résidents du quartier, mais aussi ceux de Mainvilliers peuvent en attester, le pont Casanova, aujourd’hui, est une zone accidentogène et anxiogène !

Que dire enfin du secteur Saint-Jean ? Ce quartier n’est ni une zone dortoir, ni un « no man’s land ». Des Chartrains y demeurent, une école accueille des enfants, mais la quiétude n’est pas au rendez-vous, car là encore, le ballet incessant des engins de chantier met en danger les familles. N’était-il pas possible d’étaler les chantiers afin que moins d’engins ne soient mobilisés et que, comme promis, ils ne circulent pas dans le quartier ? Il a été demandé que soit établie une certaine viabilité du quartier et un étalement des différents chantiers : force est de constater qu’en ce moment trois gros chantiers se cumulent dans le même espace : le chantier bas de la rue du faubourg Saint-Jean, le chantier gare et le chantier Aviron (sans nommer les besoins techniques associés, tels Enedis, les eaux, la fibre…). Le cumul des chantiers ajoute du danger.

Alors, « intérêt personnel » ou « intérêt public » ? Les voiries du quartier de l’Epargne, sont-elles réellement aptes à accueillir TOUTE la circulation générée par le pôle gare, après et durant les travaux, pour la sécurité des habitants mais aussi des utilisateurs ?

Nos voitures heurtées par les camions lors de leurs manœuvres malheureuses, nos chats écrasés, c’est de l’intérêt privé, mais la vie des individus, c’est de l’intérêt général : nous attendons donc de votre part que vous mettiez réellement tout en œuvre pour garantir des conditions de vie normales et sécurisées durant ces longues années de travaux avant ce retour à la normale tant attendu, si tant est qu’il existera un jour pour les riverains du pôle gare.

Veuillez croire, Messieurs, en l’assurance de ma considération distinguée.

Soline Girard, Présidente de l’Association. »

17 Commentaires

  1. Le problème de Chartres, c’est l’équipe de pieds nickelés en poste depuis maintenant 20 ans. Une ville saccagée, défigurée, endettée, désertée, C’Chartres aujourd’hui !

  2. Une connaissance revenant à pied du centre ville vers Mainvilliers s’est fait interpeller sèchement par M. Bonnet en personne car elle emprunter le pont côté gare et coincée par le nouvel aménagement de travaux à du couper sur le pont pour rejoindre l’autre côté
    Mon ami n’a pas vu de signalisation indiquant aux piétons de traverser en amont du pont.
    M. Bonnet s’est montrée très menaçant allant jusqu’à alerter sur une verbalisation. Il a même usé de l’argument qu’il y avait eu un mort récemment près du chantier.
    Par contre le chantier lui ne semble pas lui poser de problème
    Il me semble qu’on se trompe de problème !

  3. @ Lecteur impatient :

    Ils ont tout prévu je pense : Si le TGI annule le PC, y’en a déjà un autre dans les carton prêt a sortir avec 2 ou 3 modifications mineures.

    Le but étant de gagner du temps pour permettre la construction le plus rapidement possible car dans ce cas : même en cas d’annulation du nouveau PC, aucun juge ordonnera la destruction de l’ouvrage.

    La seule solution c’est le rejet du PC avec suspension des travaux. Mais je ne sais pas si c’est ce qui a été demandé..

  4. A Patrick Chenevrel
    Si comme vous l’espérez, et vous êtes loin d’être le seul, le TGI administrtif décide d’annuler le permis de construire en question, c’est pire qu’un tremblement de terre qui s’en suivra aux très lourdes consequences pour l’édile en place mais cette fois ce sera pour la bonne cause et nous pourrons tous nous en féliciter cr il mettra un terme à beaucoup d’abus et entraînera une ère bien plus sereine.

  5. Si cet évènement dramatique pouvais servir à démontrer l’irresponsabilité d’un tel chantier et le non respect des mesures de sécurité…

    Chartres c’est l’enfer de la circulation, l’enfer des constructions anarchiques, l’enfer du bruit et de la pollution atmosphérique. Et le gardien de cet enfer à tous les pouvoirs et tous les intérêts à perpétrer ces actes qui pourrissent nos vies et NOTRE FUTUR !!! Lui bien au chaud dans son logement à l’abri des conséquences de toutes ses décisions !

    Ou en serons nous dans 5 ans ?
    Je suis désolé de dire ça mais, le pire est devant nous…

    La seule chose positive, c’est Chartres Ecologie, que je vais m’empresser de rejoindre en tant qu’adhérant, et l’obstination de M. Guillemain à faire éclater au grand jour (et dans les tribunaux) la réalité et les nombreux abus de gorges. Obstination et SURTOUT le courage de Cactus à faire paraitre les vraies infos !

  6. Il a été dit et redit que ce terrain en contrebas du charmant quartier de l’Epargne n’était pas du tout adapté pour recevoir de gros volumes de construction et que les accès étaient et resteront insuffisants. La preuve est malheureusement faite… Nous ne sommes donc pas étonnés que les problèmes surgissent et qu’ils persisteront. Seuls les élus de la majorité prétendent qu’ils ont fait le bon choix. Leur responsabilité est engagée.
    Imaginons que le Tribunal Administratif d’Orléans annule le permis de construire du complexe : ce ne serait que justice !

  7. Quelle tristesse, j’ai envie de pleurer… l’entêtement d’un homme, la complaisance de suiveurs intéressés et un homme en meurt, heurté par un camion de chantier qui n’avait rien à faire là : incongruité d’une politique passéiste bureaucratiques et insensée…Rendons la ville à ses habitants !!!

  8. @Citoyen engagé : Il se pourrait bien que le maire ait pris soin de protéger sa responsabilité par le jeu d’une délégation de ses pouvoirs en matière de sécurité des chantiers de la ville ! A lui les fleurs et les honneurs, à ses brebis bêlantes, les emmerdes !

  9. La responsabilité de la mairie, donc du maire , est plus qu’avérée… pourquoi attendre qu’il y ai une victime ??! Pourquoi le maire de Chartres ne semble pas concerné ??? Pourquoi se croit il au dessus des autres ??? Il est imbu de sa personne et n’écoute pas les voix d’alertes et de sagesse…
    Il a un mort sur la conscience… j’espère qu’il s’en rend compte !

  10. Ne pourrait-on pas demander que la rue Félibien soit remise à double sens pendant les travaux, permettant ainsi de détourner une partie du flux vers Mainvilliers qui passe actuellement par les (petites) rues St-Jean et de l’Epargne ???

  11. Attendons avec forte impatience le verdict du TGI d’Orleans qui est attendu pour ce mois de février. Il se pourrait bien qu’il mette un terme à bien plus de chose qu’un chantier aussi inapproprié et dangereux fut il.

  12. Un simple entrefilet dans l’Echo de vendredi mentionnait le décés
    du cycliste en question sans établir le moindre lien avec le
    chantier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*