Protéger la démocratie pour le monde de demain : peut-on encore attendre ?

Nous avons la chance de vivre dans une démocratie qui s’est construite au fil des années, mais dont on oublie peut-être un peu vite qu’elle s’est bâtie et consolidée au cours des deux derniers siècles. Elle nous paraît naturelle, nous y sommes habitués et peut-être ne réalisons-nous pas aisément, l’ayant toujours connue, qu’elle est fragile et qu’il faut la défendre.

Nous sommes confrontés à plusieurs dérives : une inflation législative, de petits arrangements avec le fonctionnement des institutions et, samedi 23 janvier, un leader politique demande que le gouvernement se retire de la Convention Européenne des Droits de l’Homme !

L’inflation législative, depuis quelques années, se traduit par une multiplication des textes de lois en réaction à l’actualité : un moyen de témoigner d’une réponse à des préoccupations des Français, quitte à faire fi des textes existants et à ignorer qu’ils permettent déjà, dans bien des cas, de répondre aux questions posées. Plus grave, cette inflation législative fait glisser des dispositions d’exception dans le droit commun.

Le fonctionnement des institutions est remis en cause, dévoyant les règles usuelles de gouvernance : les conseils de défense et de sécurité nationale se multiplient à la défaveur du Conseil des ministres. Il y a toujours une « bonne raison », le terrorisme ou la covid, mais force est de constater que cette instance, dont la composition est choisie par le seul Président, qui peut se réunir en formation restreinte et dont les réunions sont classées secret-défense, a désormais pris une place prépondérante.

Et ceci ne doit rien à la crise sanitaire : alors que le conseil de défense et de sécurité nationale ne se réunissait que deux ou trois fois par an avant 2015, il l’a été déjà dix fois en 2015, trente-deux fois en 2016, quarante-deux fois en 2017 ! Désormais le rythme est hebdomadaire. Sa compétence est pourtant très large puisqu’elle embrasse, selon la constitution, « les orientations en matière de programmation militaire, de dissuasion, de conduite des opérations extérieures, de planification des réponses aux crises majeures, de renseignement, de sécurité économique et énergétique, de programmation de sécurité intérieure concourant à la sécurité nationale et de lutte contre le terrorisme ».

Ce dévoiement s’est également manifesté par le recours aux dispositions de l’état d’urgence en 2015 utilisées contre les manifestants de la COP 21, par exemple. Heureusement, il existe encore des mécanismes de protection des droits des citoyens : le Défenseur des droits avait, par exemple, déclaré le 18 décembre 2015 « la nécessité de combiner les exigences de la sécurité avec le respect des libertés individuelles et publiques » et décidé d’accueillir toutes les réclamations liées à la mise en œuvre des mesures prises en vertu de la législation sur l’état d’urgence.

Pour avoir les mains libres afin de « rétablir la souveraineté nationale » , le numéro 2 du principal parti d’opposition (Guillaume Peltier, Les Républicains) a demandé samedi 23 janvier sur France Inter, que « le gouvernement français aie le courage de sortir du gouvernement des juges et de suspendre notre participation à la CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme) » !

Protéger la démocratie pour le monde de demain : peut-on encore attendre ?

Léo Stirn

3 Commentaires

  1. Pour se faire réélire, le père bonneau sera prêt à tout : vendre son âme au diable, bouffer son chapeau … il est de ces socialistes en perdition qui ne savent plus où aller crécher depuis le naufrage du paquebot « Solférino » !

  2. Mais G Pelletier a un passé proche du Front National me semble t-il ?
    Une formation politique initiale qui devrait lui permettre d’idéologiser la nouvelle ligne de la droite républicaine !
    Ne parle-t-on pas de lui pour mener la liste aux régionales ici, en Centre val de Loire ?
    La bataille sera intéressante à suivre, avec le conducator chartrain en chef, que l’on annonce aussi en tête d’une autre liste.
    Pour fragiliser la droite et tenter de faire réélire le président actuel?
    Ce dernier le suit sur les dossiers sensibles de l’A154, la salle multi-usages en construction en centre ville.
    Bref, l’alliage de la carpe et du lapin.
    Cela laissera,souhaitons-le, de l’espace à la seule liste qui aura le courage de proposer des projets du 21éme siècle, celle soutenue par les écologistes.
    Courage et détermination

  3. Avec un président complétement à côté de ses pompes, qui ose cette saillie de « 66 millions de procureurs », le peuple français a bien du souci à se faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*