Le coq ne chantera plus…

Qui ne connait pas l’aire sportive à l’entrée des Grands-Prés, le long du viaduc ? Pas un dimanche après-midi sans que de jeunes chartrains s’y retrouvent pour jouer au basket, au volley ou pour se défier lors de matchs de foot sur le city stade. C’est vraiment LE lieu de rassemblement des jeunes sportifs, et cela fait une génération au moins que ça dure, dans cet environnement arboré particulièrement agréable.

Oui, mais ça, c’était avant ! Depuis quelques jours, absolument toutes les installations ont été démontées. Il ne reste plus qu’une vaste dalle de bitume sans vie. Mais pourquoi ? Sans doute pour remplacer ces équipements, pensez-vous ? Non ! Vous n’y êtes pas du tout.

D’après les informations dont nous avons connaissance, tout a été démonté dans le but d’y aménager un… parking ! Le stade des Grands-Prés (aujourd’hui stade Jacques-Couvret) existe depuis plus d’un siècle, il a accueilli des compétitions internationales, notamment de cross, et des matchs de football de haut rang, sans avoir besoin spécifiquement de parking… Mais voilà qu’aujourd’hui, alors que le club de foot est stabilisé en National 2, on n’a rien trouvé de mieux à faire à la place d’installations sportives en libre accès, appréciées des ados.

Un parking…

Mais alors pourquoi en est-on arrivé là ? Des jeunes qui pratiquent un sport en extérieur, en équipe, dans l’action, ça fait du « bruit » ! Et ce bruit-là était devenu insupportable pour quelques riverains qui n’ont pas manqué de le faire savoir. Le site est pourtant quasi dépourvu de voisins. Seuls deux pavillons récents, construits il y a environ cinq ans, sont situés à proximité du city stade. Comment la Mairie a-t-elle pu permettre la construction de deux maisons aussi proches de cet espace de loisirs, fréquenté, donc nécessairement « bruyant » ?

Les « règles du jeu » du document d’urbanisme de la Ville de Chartres l’y autorisait. Le Plan local d’urbanisme (PLU) chartrain permet en effet la division de terrain comme bon vous semble ! Rédigé par M. Gorges et son équipe, le règlement du PLU est à l’image de leur politique : libéral ! Quasiment pas de règle. Aucune protection adaptée des espaces verts. La parcelle initiale qui comportait encore, dans les années 2010, une seule maison du côté du Bourgneuf et un beau jardin arboré le long des Grands-Prés a alors été divisé en trois parcelles pour accueillir deux nouveaux pavillons sur des parcelles d’à peine 400 m². Les arbres ont disparu, les maisons ont poussé, les habitants s’y sont installés, et la querelle a commencé ! Ça ne vous rappelle par l’histoire des citadins qui s’installent à la campagne, à côté d’une ferme, et font tout pour faire taire le coq qui les réveille ?

La double responsabilité de Monsieur Gorges et ses élus

La responsabilité revient alors directement aux élus de la majorité qui ont autorisé la construction de ces deux maisons à cet endroit-là, si proche de ces équipements de loisirs, en toute connaissance de cause. Mais alors, entre un espace de loisirs existant depuis des décennies, pratiqué par des centaines de jeunes à l’année, et une poignée de riverains qui, à peine installés, sont déjà excédés par les bruits de balle, pourquoi ces mêmes élus n’ont-ils pas tenté une médiation, des horaires limités, ou un aménagement limitant les nuisances ? Est-ce répondre à l’intérêt général que de démonter ces équipements si utilisés, et sans perspective de remplacement ? Tout cela s’est fait a priori sans aucune discussion ni décision en Conseil municipal.

Ces mêmes élus de la majorité de Monsieur Gorges n’ont pas hésité à débloquer des millions d’euros dans des aménagements flambants neufs d’un aérodrome, sans régler le problème des avions qui continuent de survoler la ville dans un vacarme assourdissant. Pourquoi ces nuisances là ne sont-elles pas traitées avec autant d’efficacité ? Ce ne sont sans doute pas les mêmes jeunes gens aux commandes des aéronefs !

Ce type de politique du tout ou rien, ce type de décisions, inexpliquées et injustes, ont des répercussions directes. Pas étonnant alors que les jeunes quittent la ville. Les chiffres sont édifiants : en 2007, Chartres comptait 9 140 jeunes de 15 à 29 ans, ils ne sont plus que 7 377 lors des derniers chiffres officiels établis par l’INSEE en 2017. Une baisse de 20 % de cette tranche d’âge en 10 ans. Une hémorragie démographique dramatique pour l’avenir de notre ville, mais pas d’inquiétude, le Maire n’hésite pas à nous rabâcher que les chiffres de l’INSEE sont faux, et que Chartres est attractif… Ouf, me voilà rassuré !

Revenons à notre espace de jeu disparu. Sans ce dernier, où vont se retrouver les jeunes, qui aimaient s’y fédérer pour jouer, pour échanger librement autour d’une balle, quelle qu’elle soit, pour écrire leur histoire commune, depuis tant d’années ? Figés devant leur série Netflix, ou l’écran de leur portable… Qui plus est, dans la période actuelle particulièrement morose, ce site sportif était l’un des seuls espaces de liberté encore accessible, de plein air, où nos ados pouvaient oublier, le temps de quelques dribles, la crise sanitaire toujours plus enfermant, devenue leur quotidien. Y avait-il une telle urgence à la démonter maintenant ?

Une pétition est en ligne, à l’initiative des jeunes, recueillant déjà plus de 200 signatures en quelques jours : http://chng.it/QjQMLkCD

Avec les élus de Chartres Écologie, nous défendrons l’intérêt d’installer un nouveau plateau sportif, accessible librement, dans l’environnement du site des Grands-Prés, et sans nuisance pour les riverains.

Olivier Maupu

9 Commentaires

  1. Des manquements récurrents aux règles de sécurité, la nuit, en phase descendante, à 50 mètres de vos toitures, avant confinement. Moteurs au ralenti, vous ne les entendez pas…

  2. On voit par cet enlèvement d’un équipement public, que la ville de Chartres poursuit une politique anti-jeunes mais aussi que toute activité gratuite n’est pas dans l’esprit des projets gorgiens. Lamentable !!!

  3. Pourquoi ne règle t-on pas le problème des avions qui survolent Chartres ?
    Bonne question ! Pouvez-vous interpeller à haute et intelligible voix le maire sur ce sujet ?
    Même pb pour l’A11 dont le bruit s’entend au Sud de Chartres et au Coudray, qui mettra un jour sur la table l’idée du 90km/h le long de la zone urbaine ?
    Merci Chartres-écologie.

  4. A Chartres n’est plus Chartres
    Triste réalité. Reste à espérer que la cavalerie va être très vite stopée.
    En 20 ans, c’est un carnage.

  5. Mon fils de vingt ans allait jouer régulièrement sur ce terrain. Comme ses études ne lui permettent plus de jouer en club, c’était un bon moyen de retrouver des copains pour faire quelques paniers. Il y rencontrait aussi des joueurs plus âgés, heureux de montrer aux gamins qu’ils n’avaient pas perdu la main. Bref, un lieu convivial, sans frime. Un lieu de rencontres et d’échanges respectueux, « apaisés », si l’on veut donner du sens à ce mot dont la majorité municipale « tartine » ses discours et ses magazines propagandistes.
    Le pire dans cette affaire est qu’aucune solution de remplacement ne soit prévue. Gorges met plus facilement la main au portefeuille (des contribuables !) quand il s’agit des budgets des clubs sportifs C’Chartres.

  6. La question est : Qui habite dans ces maisons. Quelle poids à cette personne qui à elle seul arrive à ses fins ?
    Des milliers de personnes se plaignent et le bon roi gorges s’en contre fou, mais 1 personne n’est pas contente du bruit de ballon et on rase tout pour la contenter ???

    Moi les avions me rendent la vie impossible, on rase ce fichu équipement qui ne sert à rien sinon polluer ?

  7. J’apprécie particulièrement cet article d’un jeune conseiller municipal, engagé, qui donne un peur d’air à certains « ronrons » de plus âgés.
    Oh, pas de « jeunisme » dans ma remarque mais simplement remarquer que le fait de s’interroger, réfléchir, synthétiser une situation, et bien l’expliquer, est un atout pour un élu, quelque soit son âge.
    Merci et Bravo M. Maupu pour cette information partagée.
    Nul doute que le chef du lieu dénigrera à souhait ce jeune élu, pour lui montrer qui décide ici, que les p’tits jeunes, c’est bien pour inscrire sur une liste pour les élections, plutôt vers la fin d’ailleurs, et ensuite, hop là…
    Bienvenue dans un monde de vieux ou de jeunes aux idées de vieux, en Gorgie occidentale.

  8. Ce que la ville de Chartres est devenue sous l’ère gorgienne est épouvantable, bétonisation à outrance et défiguration subséquente, lieux emblématiques délaissés ou saccagés, en seront les marqueurs durables, la fuite en nombre des habitants, dûment et indiscutablement enregistrée par l’Insee, signe le désastre ! Un nouveau nom plus approprié s’impose désormais, celui de « Levallois sur Eure » ?

  9. Espérons que cette ville soit au moins assez attractive pour pouvoir liquider nos bicotes et partir un peu plus loin !
    C’est tout ce qu’il reste à espérer aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*