Lutte contre les pesticides : la préfecture d’Eure-et-Loir à la traîne

Le Tribunal administratif d’Orléans avait ordonné en avril 2020 aux six préfectures de la Région Centre-Val de Loire de faire machine arrière et d’inclure tout le réseau hydrographique du département dans les ZNT (Zones sans traitements pesticides).

Ô surprise ! Tous les départements ont pris en compte la décision du tribunal… sauf la préfecture d’Eure-et-Loir !

Nous vous incitons à contester le projet d’arrêté préfectoral sur le site des consultations publiques : https://www.eure-et-loir.gouv.fr/…/Arrete-prefectoral…

Vous pouvez vous inspirer de l’avis émis par Eure-et-Loir Nature accessible ici : https://www.eln28.org/contestation-de-la-definition-des…/

3 Commentaires

  1. En quoi demeurent encore viables les préfectures au XXIè siècle ? Si ce n’est qu’à inquiéter les migrants en situation irrégulière ?

  2. En Eure & Loir, tous les services de l’État sont pilotés par les lobbies et/ou par certains « grands » élus locaux ! Le savoir et le faire savoir !

  3. En consultant les cartes du réseau hydrographique d’Eure-et-Loir, on constate que la Préfecture ne préconise dans son arrêté les précautions ou la réduction d’emploi des pesticides que sur une partie réduite des cours d’eau. Cette limitation met en échec la protection même de l’ensemble des captages. Or, chacun sait que la qualité de l’eau en Eure-et-Loir est plus préoccupante qu’ailleurs, saturée de nitrates, de pesticides, de perchlorates et de sélénium, résidus de ce que le texte préfectoral appelle « produits pharmacosanitaires ». Demeure même la sinistre atrazine, dont plus personne n’ose discuter le caractère toxique. France Nature Environnement dresse un bilan accablant : peu de progrès de la qualité physico-chimique des nappes phréatiques et des cours d’eau entre 2013 et 2019, et même des reculs dans le bassin de la Conie et les affluents de la Voise. « Bonne santé! » -faisons en sorte que ce voeu qui circulera bientôt derrière tous les masques ne soit pas seulement pieux… Ecrivons. C’est jusqu’à demain 9 décembre : ddt-consultations-publiques@eure-et-loir.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*