Chartres, le déclassement…

13 Commentaires

  1. @Eustache Lafrize : il s’agit d’une enseigne de hard-discount.
    « Chez NORMAL, nous vendons des produits de marque de la vie quotidienne comme des articles d’hygiène personnelle, des produits cosmétiques, d’entretien, de papeterie ainsi que des confiseries et des boissons. Leur point commun ? Des prix bas et constants ! ».
    Va comprendre, Charles …

  2. @Charles : Merci pour le scoop, mais on se doutait un peu que le repreneur ne serait pas un libraire . Comme vous avez l’air bien informé, quelle sera la nouvelle enseigne ?
    Un opticien ? On en trouve à chaque coin de rue, intra muros ou dans l’agglomération.
    Une société de crédit ? permettant aux consommateurs de s’ endetter et d’aller dépenser, non pas en centre ville, mais dans les zones commerciales environnantes.
    Que sais-je encore ? Ce sera la surprise …
    Personnellement, j’aimerais bien un quincaillier, un droguiste, une boutique de fournitures pour les beaux-arts, un vélociste, un magasin de jouets, … etc … etc. Bref, des commerces essentiels et qui n’obligent pas à recourir à la grande distribution.
    Mais je rêve et je dois retomber en enfance … sûrement l’approche de Noël 🙂

  3. @Charles : Vous avez raison, le déclassement pour Chartres, ce n’est pas la perte d’une belle enseigne centenaire, de ces enseignes spécialisées qui font justement le charme, la différence, en bref, la classe d’une ville de province, le déclassement de Chartres, c’est sa lente et continue destruction méthodiquement entreprise depuis 20 ans, la disparition de Rigal n’en est que l’une des manifestations parmi les plus visibles !

  4. Bonjour,
    Pourriez-vous éviter de raconter des bêtises sur la fermeture de Rigal?
    Ce magasin a fermé pour cause de départ en retraite. Le local est repris, simplement pas par une librairie.
    Merci de ne pas utiliser ce prétexte poru votre propagande.

  5. A tonton flingueur
    Nul doute que si, comme vous l’évoquez, la PJ financière chargée de l’epluchage des comptes du Montescot venait à se pencher par extension en même temps sur le financement du spot publicitaire que vous ciblez et en profite pour étendre son intérêt sur les acteurs de l’economie chartraine qui y figurent, elle aura grandement de quoi très lourdement être surprise et intéressée.
    « Petits arrangements entre amis » vous dites …

  6. L’epluchage des comptes depuis 2001 en passant par le passage à la loupe du financement du mag de la fi-fille, les liens avec le CD28 etc promettent de très interessantes et sérieuses révélations. Que la vérité sorte. C’est plus qu’urgent !

  7. A tonton flingueur. Ne vous inquietez pas. La chambre des comptes doit avoir largement de quoi se mettre sous la dents avec l’epluchage des comptes depuis 2001…
    Et ceux que vous mentionnez doivent avoir de quoi avoir un sommeil plus que perturbé.
    Tout finit par ressortir. C’est juste une question de temps.

  8. A JP Gorge enroué:
    L’Esperluette semble bien marcher quand même.
    Et puis en plus son patron fait d’la pub dans l’organe trimestriel de la fille du chef, « Elle pique ? ou rien ? ». Vous vous rappelez quand les cinés fonctionnaient, le spot qui passe régulièrement, avec des « acteurs locaux de l’économie chartraine » comme on aime à les présenter: patrons de café, de magasin de photos, …

  9. En attendant la fermeture de l’Esperluète. Mais JP Gorge s’en fout, il ne lit pas (hormis les pages saumon du figaro) et sa clientèle électorale non plus!

  10. La librairie Rigal, Le traiteur La Strasbourgeoise, quand les références chartraines cesseront-elles de cesser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*