Hebdosports : on n’en a pas fini…

Le covid perturbe le sport français et ce n’est pas fini. A part ça, le foot est toujours aussi fou et le maillot Arc-en-Ciel collectionne les ratés. L’actualité sportive vue commentée au-delà du simple résultat.

Le covid est là, encore bien là. Et s’il nous oblige à vivre avec lui dans notre quotidien, il prend aussi un malin plaisir à troubler le bel ordonnancement du monde sportif.
Sport majeur de l’actualité sportive, le football semble pour le moment passer à travers les gouttes (les postillons…) Bien sûr, de nombreuses équipes ont à déplorer des cas positifs. Mais compte tenu des effectifs, la Ligue 1 ne compte pas de match reporté. Ce qui n’a pas été le cas du rugby avec notamment le report du match du Racing 92 à La Rochelle. Il faut néanmoins préciser que ce décalage a été dicté pour mieux protéger le club francilien une semaine avant sa finale (perdue contre Exeter) de Coupe d’Europe à Bristol Mais sans annulation, le covid peut aussi fausser la compétition. Castres, en Top 14, en sait quelque chose qui, sérieusement affaibli par de nombreux cas positifs, a encaissé un cinglant 62-3 à La Rochelle.
Le hic dans les sports collectifs, c’est que chacun a ses propres protocoles sanitaires. Au plan national mais aussi européen. D’où quelques imbroglios comme en basket. Ainsi de Villeurbanne qui, avec huit joueurs touchés, a, dans un premier temps, vu ses matches contre le Panathinaikos et à l’Etoile Rouge de Belgrade, annulés (et donc perdus !) ; avant que l’organisateur de ces coupes d’Europe ne change la donne et permettent à ces rencontres d’être reprogrammées. Mais pas plus de trois fois ! Précisons encore que côté compétition nationale, des clubs de l’élite s’interrogent sur la possibilité d’interrompre le championnat en cas de trop nombreux soucis sanitaires.
Imbroglio également en hand avec un drôle de Chambéry-Nîmes. Jugez-en. Plusieurs cas positifs à Nîmes et donc avis défavorable de la commission médicale et demande de report du club gardois. Mais la commission d’organisation des compétitions n’a rien voulu savoir et le match a quand même eu lieu. Certes, le match nul a peut-être arrangé tout le monde mais avouez que ces décisions sont à double vitesse.
Finalement, deux sports s’en sont plutôt bien sortis. Le cyclisme, où seul, le monumental Paris-Roubaix a été annulé mais qui a vu le Giro se courir presque normalement si l’on exclut l’abandon collectif de deux équipes, après un Tour de France qui a su échapper à la menace de la nouvelle vague montante du coronavirus. Même bilan pour le tennis avec un Roland-Garros passé au travers des mailles du filet.
Qu’en sera-t-il dans les prochaines semaines ? Nul ne peut le prévoir. Et si, dans l’ensemble, le sport a su s’adapter à ces nouvelles « règles », il reste sous la menace de ces effets covid. On n’en a pas fini…

Fou foot…

Matches nuls. Une semaine avant le « Classico » espagnol au Camp Nou, le Barça et le Real se sont inclinés. Messi et les siens ont été battus (1-0) à Getafe. Quant au Real de Zidane, il a « fait mieux » en s’inclinant sur sa pelouse de Bernabeu face à Cadix (1-0 également). Selon L’Equipe, c’était « un des pires matches de Madrid », et ce n’était guère mieux en Catalogne. Il y aura des jours meilleurs…

Retenu. Il est l’un des footballeurs les plus convoités de la planète foot. Libre en fin de saison, il aurait été très convoité. Mais Manchester United a trouvé la parade pour ne pas le perdre: il a déniché une clause du contrat et l’a prolongé jusqu’en 2022. Pour avoir Paul Pogba, il faudra payer cher, très cher. A moins que d’ici là sa côte baisse…

Elles aussi. La non-sélection d’Amandine Henry, au prétexte qu’elle relevait de blessure, a déclenché une crise chez les Bleues. Ses coéquipières de Lyon, elles aussi internationales, prennent sa défense et n’hésitent pas à critiquer la gestion humaine et sportive de la sélectionneuse Corinne Diacre, voire à demander sa tête. En attendant, les Bleues vont se préparer à Clairefontaine et affronteront la Macédoine (vendredi) sans leur coache… testée positive et donc mise en retrait une semaine. Pour une fois, le covid va calmer le jeu…

A part ça…

Rayée. Le contrôle antidopage rocambolesque de Clémence Calvin lui aura finalement coûté très cher. Déjà suspendue quatre ans par l’Agence française de la lutte contre le dopage (AFLD), la marathonienne vient d’être rayée de la liste ministérielle des sportifs de haut-niveau. Du plus haut au plus bas..

Réédité. Décédé il y a un peu plus d’un an, Eugène Saccomano n’était pas seulement « LA » voix du foot à la radio. Il était aussi écrivain. Son premier livre, « Bandits à Marseille » avait inspiré le cinéaste Jacques Deray qui avait réuni Belmondo et Delon pour le mythique « Borsalino ». Mais le livre, qui avait quelque peu déplu au milieu marseillais n’avait jamais été réédité. C’est chose faite et c’est aux éditions Séguier.

Malédiction. Un Maillot Jaune perdu pour un mauvais ravito, une deuxième place à Liège pour des bras levés trop tôt et un déclassement dans la foulée pour un sprint pas droit et maintenant une grosse gamelle au « Ronde » (Tour des Flandres), c’est quand même un peu la malédiction du maillot Arc-en-Ciel. Julian Alaphilippe dit ne pas y croire. Oui, mais quand même…

Sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui,presse régionale, sites internet.

JHD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*