Critiques du Tour de France : Jadot sort le carton jaune

Après la Rennaise Nathalie Appéré et le Lyonnais Grégory Doucet, ça a été au tour de l’adjoint écologiste de Paris de s’en prendre au Tour de France sur la chaîne Cnews. Mais au contraire de ses deux acolytes qui, malgré des arguments pouvant manquer d’objectivité, y avaient mis les formes, Jacques Boutault a déglingué carrément l’épreuve et le cyclisme. Avant que Yannick Jadot ne sorte le carton jaune… Jaune comme le maillot du Tour !

« Dans leur canapé à rêver.. »

Qu’il la considère polluante, soit, et on ne reviendra pas sur les efforts d’ASO pour réduire les effets de pollution (notre chronique du 16 septembre). Mais là où l’adjoint dépasse les bornes, c’est qu’il s’en prend directement au patron du Tour de France. « Christian Prudhomme (NDLR : directeur du Tour de France) est là pour faire rêver les Français, il fait son job. Il leur file des gadgets inutiles, il leur vend un spectacle. N’empêche qu’on ne leur donne pas de boulot en attendant. Ils restent dans leur canapé à rêver à des exploits de types hyper dopés qui ne gagnent que parce qu’ils se font changer leur sang dans des cliniques ». Et de lui reprocher encore de ne « pas s’intéresser à d’autres formes de dopage mécanique » comme les micro-moteurs dans les cadres des vélos.

Histoire de le remettre à sa place, on lui dira d’abord que le risque « Zéro dopage » n’existe hélàs pas et pas que dans le cyclisme et qu’après ses années noires (80-90) où le dopage était loi, le cyclisme est le sport qui a le plus combattu la triche. On lui dira aussi que Christian Prudhomme n’est pour rien dans le chômage que connaît le pays, qu’Amaury Sport Organisation crée des emplois (certes en CDD, mais quand même), pendant la durée du Tour, qu’il permet à des étudiants de financer un peu de leurs études, que les techniques de détection sont de plus en plus poussées et qu’il est difficile de passer au travers des mailles, que le matériel de plus en plus sophistiqué et la diététique permet aux coureurs d’être plus performants et résistants et que des dizaines de vélos (dont ceux des leaders) sont passés au scanner chaque jour sous la responsabilité de l’Union cycliste internationale.

Le fait de critiquer le Tour « va servir à l’améliorer et à le rendre meilleur » s’est enfin justifié l’élu. Les organisateurs d’Amaury Sport organisation (ASO) ne l’ont pas attendu…

Jadot : « un mépris de classe »

Enfin, et c’est peut-être la plus grande maladresse de cet élu parisien, c’est d’avoir fait preuve de peu de considération pour les fans du Tour de France, qu’ils soient sur le bord des routes ou devant leur écran. D’autant plus maladroit que ce sont aussi des électeurs. Et c’est ce qui a fait réagir Yannick Jadot,. Comme il est écrit dans L’Equipe (22 septembre), le député européen EELV s’est dit « fatigué » de ces déclarations des membres de son parti. « Je ne supporte pas cette façon d’insulter les Français, d’insulter les classes populaires. Il y a un mépris de classe qui est absolument insupportable », est-il rapporté dans le quotidien sportif. Fermez le ban !

JHD

1 Commentaire

  1. ¨Les écologistes ont probablement meilleur à faire que de proclamer ce genre d’ânerie. Avec le gag du sapin de Noël, ils ont fait très fort en un rien de temps. Maintenant qu’ils obtiennent un groupe au Sénat grâce à une politique d’union de la gauche, au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*