Sénatoriales : Les candidats écolos euréliens

De gauche à droite : Sandra Renda, Jean-Bernard Gramunt, Estelle Cochard (tête de liste), Vincent Villette et Pascale Bigard.

La liste Eure-et-Loir Écologie a été déposée ce matin en préfecture. Elle comprend cinq noms, trois titulaires et deux suppléants. Les voici dans l’ordre décroissant :

Tête de liste : Estelle Cochard, 55 ans, fille d’agriculteurs dans le Dunois, cadre à Pôle emploi, conseillère régionale EELV, présidente du lycée agricole de la Saussaye.

N°2 : Jean-Bernard Gramunt, 66 ans, ingénieur en télécommunications, conseiller municipal à Droue-sur-Drouette.

N°3 : Pascale Bigard, 60 ans, Chartraine, consultante en études marketing, permacultrice amatrice.

N°4 : Vincent Villette, 37 ans, Courvillois, fils d’agriculteurs, chercheur en neuroscience.

N°5 : Sandra Renda, 51 ans, Chartraine, avocate spécialisée en droit du travail, ex-conseillère municipale, intercommunale et régionale.

12 Commentaires

  1. Dans le cas des sénatoriales, si un grand électeur ne vient pas voter (vote physique uniquement) sans motif valable type santé, c’est amende automatiquement.
    Le taux de participation frise toujours les 100%…La motivation par le porte monnaie, en Beauce, y a rien de tel !

  2. En clair et en résumé : les têtes d’affiche politiques euréliennes vont là où elle peuvent trouver à se caser royalement au frais des contribuables et au gré des vents ! Les convictions, les idées, au service de l’intérêt général des citoyens ? On les cherchent en vain ! A cet égard, la cas de la famille Huwart, en particulier celui de son patriarche aujourd’hui en quête d’une planque (généreusement rétribuée) dans l’un des plus cossus palais de la République, en est l’illustration on ne peut plus emblématique ! Une diminution du taux d’abstention aux multiples scrutin électoraux qui se profilent n’est pas encore pour demain ! Et une gréve totale du vote, c’est pour quand ?

  3. A Dralibe : espérons que les grands électeurs socialisants réagiront en refusant ce virage à droite de la liste Huwart.

  4. J’ai cru en un premier temps à la candidature d’Harold Huwart mais non point…Re-belote c’est l’ancêtre François 1er Huwart de Nogent, cumulard professionnel qui :
    – avait juré en Janvier dernier qu’il quittait définivement la politique ,
    – s’allie avec le PS aux sénatoriales alors que fiston II s’était allié avec le centre droit aux municipales. Oui vraiment, que va faire le PS dans cette galère sachant que les Huwart ne sont plus aux Radicaux de Gauche (PRG) mais au Parti Radical valoisien ( aujourd’hui MRSL : Mouvement Radical Social Libéral, tout est dit !) ancienne composante de l’UDI, aujourd’hui macroniste bon teint. N’étaient-ils pas vigilants les candidats dissidents PS de 2014 ?

  5. Pour répondre à Chartrain de coeur… Un indice pour expliquer l’impossible union entre écologistes et « gauche » à Chartres les pages 44 et 45 dans votre ville… Eh oui la « tête pensante » du PC, André Bonjour se voit offrir deux pages par lequipe de JPG, l’homme n’est pas ingrat…

  6. La « gauche » à Chartres, ça n’est guère mieux ! Son impossible (?) union et l’inexplicable (?) effacement du RN aux municipales de 2020, ont été les clés de la « victoire » de JPG au 1er tour !

  7. La droite en Eure-et-loir est divisée comme jamais. En apparence, tellement elle est enracinée, elle paraît invincible. En réalité, son électorat se lasse. Profitez-en !

  8. Deux listes LR fratricides (De Montgolfier et Guéret), une liste de « Gauche », en réalité compatible avec le macronisme (Huwart – dans quelle galère le PS s’est-il encore fourré ?) qui promettent aux grands électeurs qu’ils vont travailler pour mériter leurs indemnités à plus de 6 OOO euros nets.
    Une liste ci-dessus qui n’a pas d’ambition personnelle, qui porte des objectifs concrets d’évolutions législatives sur des thématiques identifiées (transition agricole…) adaptés pour l’avenir de notre département, un esprit d’équipe, un projet partagé et incarné, qui est à l’écoute de toutes les communes sans logique partisane, en accompagnement de leurs projets écologiques et porteur d’avenir.
    Aucune hésitation à avoir.

  9. Au vu des dernières déclarations du Secrétaire Général de l’ONU, ces candidatures ne peuvent plus être qualifiées « de témoignage » mais d’alerte et, en cas d’élection, de dépôt de projets de loi et d’actions de sensibilisation à travers tout le département.
    Je souhaite le meilleur à Estelle avec qui j’ai toujours entretenu d’excellentes relations en politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*