Hebdosports : pas très sérieux le PSG…

Kylian MBappé n’a pas joué mardi soir au Stade de France avec les Bleus contre la Croatie pour le compte de la deuxième journée de la Ligue des nations. L’attaquant a été testé positif au covid-19. Un handicap pour l’équipe de France compte tenu de ce que le jeune attaquant parisien avait été l’auteur du but victorieux en Suède samedi (1-0) et l’un des meilleurs joueurs d’une équipe en recheche d’équilibre (La France s’est tout de même imposée 4 à 2 dans le remake de la finale de la dernière coup du monde). À part ça, Aulas fait du Aulas et le tennis français fait comme d’hab’…

Et de sept ! Mais au delà de ce forfait international, c’est la série noire que connait que PSG quant à l’épidémie du coronavirus. Le talentueux parisien est en effet le septième joueur de l’effectif du club de la capitale à être testé positif après Di Maria, Paredes, Navas, Marquinhos, Icardi et Neymar. Excusez du peu ! Rien que des cadres tous obligés de respecter une période de confinement forcé ; ce qui ne sera pas sans poser de problèmes de composition d’équipe à Thomas Tüchel pour les matches contre Lens jeudi et Marseille dimanche. S’ils ne sont pas reportés…
Cela dit, on ne pourra pas s’étonner de cette situation. Au lendemain de la finale perdue de la Ligue des champions face au Bayern de Munich, les Parisiens ont été autorisés à prendre des jours de vacances. Et se sont retrouvés à Ibiza, l’île des Baléares réputées pour ses fêtes branchées, avant de se réunir au retour à Paris pour l’anniversaire des neuf ans du fils de Neymar. Sans masque, sans geste barrière, tous réunis en vase clos et à grand renfort d’embrassafes et accolades en tous genres… La presse spécialisée a eu beau vanter l’esprit d’amitié qui liait les Parisiens, voilà un club amputé de ses cadres et, au-delà des soucis de l’entraîneur à présenter une équipe compétitive à Lens et contre Marseille en Ligue 1, c’est surtout l’image d’un club qui se veut structuré et exemplaire qui se retrouve écornée. En attendant probablement quelques réglements de compte internes. PSG, c’est « Pas Sérieux Globalement ».

Drôle de colère. Et mieux encore, avant d’en arriver là, c’est Leonardo qui a déversé sa colère. Pas sur les joueurs, mais sur la Fédération. Le manager brésilien reproche en effet à la 3F de ne pas avoir été prévenu de la posivité de MBappé et de l’avoir appris par la presse. On peut comprendre. Mais ne se tromperait-il pas de cible en s’en prenant aux instances fédérales sûrement pas responsables de cette situation du jeune attaquant. Une manière comme une autre de se voiler la face et de ne pas reconnaître une hasardeuse gestion d’après Ligue des champions en pleine crise sanitaire… Comme dirait l’autre, il y a la paille dans l’oeil du voisin et la poutre dans le sien…

À part ça…

Cocorico. Il venait de naître quand Olivier Panis a remporté le Grand prix de Monaco. C’était il y a 24 ans ! Depuis, aucun pilote français ne s’était imposé sur un circuit de F1. Une si longue attente… Certes, il y avait bien le  »francisé » Charles Leclerc deux fois victorieux la saison dernière. Mais le pilote de Ferrari est avant tout citoyen monégasque. Dimanche donc, Pierre Gasly a remporté le GP d’Italie, à Monza, le mythique circuit transaplin, celui où il faut gagner pour être reconnu par ses pairs. Le pilote d’Alpha Tauri (ex-Toro-Rosso) a certes bénéficié de circonstances favorables (Hamilton pénalisé), mais il a maîtrisé les éléments et su résister à l’Espagnol Sainz malgré des pneus complètement usés. Chapeau ! Avec les performances de Quatararo et Zarco en moto GP et celles d’Ogier en rallye, ça roule pour le sport mécanique français. Cococorico !

Tétu. On vous l’avait bien dit : Jean-Michel Aulas a la dent dure. Contestant toujours l’arrêt prématuré du championnat 2019-2020 au début du confinement du mois de mars, le président lyonnais persiste. Il vient de demander à la Ligue de football professionnel (LFP) une indemnité de 117 millions d’euros en réparation du préjudice subi par son club. Et par dessus le marché, il brigue une place au conseil d’administration de la dite Ligue…

Plouf ! Quand Messi se la joue Neymar. On se souvient du feuilleton de l’été dernier et de l’éventuel départ de Neymar du PSG pour un retour au Barça. Cette année, ca a été au tour de Lionel Messi d’avoir des désirs d’ailleurs. Oui mais la clause libératoire de 700 millions d’euros a refroidi les plus grands clubs, y compris Manchester City qui était le seul à pouvoir se l’offrir. En fait, aucun club n’a d’ailleurs bougé. Et le sextuple Ballon dOr restera un an de plus en Catalogne. C’est l’effet « plouf »…

Finis les nuls. Le handball ne veut plus de match nul. Si a la fin du temps réglementaire, les deux équipes sont à égalité, elles marqueront chacune un point, comme maintenant. Mais elles devront ensuite se départager avec une séance de cinq tirs au but avec mort subite éventuelle, la gagnante marquant alors un point de plus au classement. Vous imaginez ça en foot…

Candidats. Après Lamotte-Beuvron qui a fait acte de candidature pour l’organisation des épreuves équestres des Jeux 2024 en remplacement de Versailles qui pourrait coûter trop cher, c’est maintenant Chantilly mais aussi Fontainebleau et même Longchamp qui sont sur la liste…

Dernier tour. Le  »Dernier tour de piste » de Martin Fourcade commencera le 30 septembre. Ce jour là sortira le livre du multiple champion du monde et olympique de biathlon dans lequel il racontera, avec le concours de Jean Issartel, sa dernière saison de compétition. A lire assurément…

Comme d’hab’. Et pour finir le tennis. Benoît Paire, positif au covid, les autres français dans le collimateur de l’organisation  »nébuleuse » de l’US Open pour avoir joué aux cartes avec lui et tous hors-course. En fait, covid ou pas covid, rien ne change pour le tennis français : il n’y a plus personne au 3e tour.

(sources : L’Equipe, Le Parisien/aujourd’hui, sites internet).

JHD

1 Commentaire

  1. Que celui qui cet été n’a pas pris un apéro ou vu ses amis sans totalement respecter les gestes barrières me jette la première pierre.
    Les sportifs sont jeunes et soumis à de fortes pressions tout au long d’une saison, ce qui ne serait pas normal c’est qu’ils ne profitent pas un peu, d’autant plus que pour cette tranche d’âge le virus n’est pas si virulent que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*