Chartres, c’est le désert

Photo : Olivier Maupu (31 juillet 2020)

Un jour de canicule sur le parvis de la gare. Les Chartrains et touristes fuient cet espace inhospitalier, fournaise sans vie… Une conception répulsive, froide en hiver, brûlante en été, minéralisée à l’extrême !

Un coût monstre pour ce parvis standardisé. Une honte pour les habitants qui se pressent de le traverser comme l’on traverse un désert.

8 Commentaires

  1. Tout à fait @Doune !
    Une bonne douche orageuse (> à 30mm/heure) et ça va ruisseler en toutes parts. Je ne sais quel sera le sens principal du ruissellement prévu pour cette place mais c’est sûr que le Parc Gagnon n’absorbera pas et que ça coulera immanquablement dans ce qu’on nommait historiquement le thalweg du Couesnon (rivière canalisée et devenue souterraine au XIXème).
    Un fort déluge et le réseau pluvial (complexe en ce point bas) éclatera dans ses nœuds face à une trop forte pression d’eau. Comme à Nîmes qui n’y croyait pas, cela pourra inonder les passages souterrains de la gare voire les voies ferrées qui seront HS plusieurs jours durant car c’est évidemment plus difficile d’évacuer ensuite à coup de pompes de relevage.
    Du jamais vu pour l’instant et on ne peut avancer que le principe de précaution. A ce titre, on a déjà oublié le sort des riverains mainvillois de cette vallée quand ils ont subitement vu leur habitation (sises quelques centaines de mètres en aval) inondées par une couche d’eau de 150 cm déferlant le 11 juin 2018. L’épisode aurait pu servir d’avertissement ou d’enseignement mais on a visiblement considéré que ce ne fut qu’un épiphénomène ne générant que quelques dégâts matériels à des particuliers. Donc on a vite oublié pour ne pas contrarier la création d’un parvis.
    Quid à propos, de l’indemnisation des sinistrés de 2018 ?
    Quelle sera la facture du prochain phénomène à compter que cela ait été pris en compte ?

  2. sans compter que ce bétonnage fait craindre des inondations de la gare en cas de de très fort orage ! en effet, cette esplanade est en pente douce vers la gare…. et la rue Jehan de Beauce dans la continuité de cette esplanade. Est-ce que le petit caniveau empêchera l’eau de se déverser directement dans la gare, voir dans l’escalier qui descend aux passages souterrains ? à suivre…

  3. Les élus au pouvoir à Chartres n’ont aucune conscience. Ils brillent par leur absence en cette période où la plupart des maires sont sur le front « coronavirus » ! Le monarque pêche en Ardêche et le représentant de l’État gère la situation …

  4. Quelle horreur ! Tout l’inverse de ce qui se passe dans de nombreuses villes où les élus ont une conscience.

  5. « Compte tenu du fait qu’à Olsztyn, le mot « revitalisation » sonnait comme une menace, ils allaient certainement arracher toute vie par la racine et recouvrir la parcelle d’une immense mosaïque de pavés roses avant de se vanter d’avoir contruit la seule place bétonnée visible depuis le cosmos. » Zygmunt Miloszewski, La rage, Pocket, page 48.

  6. Et les skatteurs qui veulent utiliser l’esplanade sont délogés par la PM au motif qu’ils gênent les voyageurs…

  7. On dirait une place d’une ex republique soviétique, ne manque que la statue de la gloire locale trônant en plein milieu …en tout cas elle en a la même froideur malgré le thermomètre .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*