Massacre à la tronçonneuse, le retour

Dernier avatar du Plan Vert largement vanté par Chartres Métropole et son président Gorges, les travaux de réaménagement du cheminement qui longe l’Eure entre les Grands-Prés et Lèves ont récemment débuté.

Le familier des lieux que je suis à pieds comme à vélo a failli tomber de sa selle à la découverte du spectacle désolant de l’abattage intégral de tous les arbres et arbustes qui séparaient depuis des lustres le chemin du cours de l’Eure !

Ce patrimoine végétal, appelé ripisylve par les spécialistes, est l’un des milieux les plus riches en diversité. Cynisme absolu : c’est au nom de sa politique environnementale que la collectivité a encore une fois saccagé la richesse naturelle des lieux…..

Après la suppression de l’alignement de tilleuls de l’avenue de la gare à Saint-Prest, ce nouvel exemple confirme la vision brutale et colonisatrice des élus en charge du Plan Vert chartrain. Espérons que Jean-François Plaze, nouveau vice-président chargé du dossier, abandonne cette politique de la « table rase » chère à Le Corbusier, son illustre prédécesseur en architecture.

Par ailleurs, le Plan local d’urbanisme (PLU) de Lèves protégeait les arbres qui ont été abattus, si l’on se réfère au plan de zonage légendé « alignement d’arbres à protéger ». Pour ces éléments paysagers repérés, le règlement du PLU indique : « Tous les travaux sur les éléments végétaux repérés au titre de l’article L.151-23 du Code de l’Urbanisme  doivent être réalisés dans le souci de leur préservation (qualité et époque de la coupe) et de leur croissance optimale en fonction du site (gêne vis-à-vis de la sécurité des déplacements). Leur arrachage partiel ou total pourra être interdit ou subordonné à leur remplacement partiel ou total par des plantations nouvelles de même nature. Seuls les travaux liés à l’entretien et à la gestion de ces espaces sont autorisés, s’ils ne portent pas atteinte à leur qualité ou leur intégrité et contribuent à leur mise en valeur. »

Une autorisation préalable auprès de la mairie de Lèves a-t-elle été signée permettant l’abattage de ces arbres protégés par le PLU ?

Jean-François Bridet

20 Commentaires

  1. @Jean-Marie

    C’est proprement incroyable ce racisme anti-automobilistes dont vous faites montre, Jean-Marie !

    Au nom de quoi prétendez-vous bannir la circulation automobile du GRPVE ?

    Tout de qu’il faut, aux véhicules à moteur, c’est une deux fois deux voies au revêtement « lisse » et une séparation centrale, tout en préservant de chaque côté une bande de revêtement souple et enherbé ! Cela me paraît être de bon sens et techniquement très faisable pour le plaisir de chacun.e …

  2. @François-Xavier C.
    Je suis un fervent du GRPVE (le plus bel itinéraire pédestre traversant l’Eure-et-loir selon mon goût), que je conseille, d’abord à tout Eurélien, d’accomplir depuis son domicile (par étape et à chacun selon ses possibilités). Surprises dépaysantes garanties même si près de chez nous.
    Ceci étant dit, je ne suis pas pour limiter son usage aux seuls randonneurs à pied. D’autres formes d’itinérance éclosent : à vélo, VTT, en attelage, en âne bâté, gyropode, roller, et bien sûr en termes d’accessibilité car autant faire ce peu tout du mois en agglomération, aux PMR qui ont droit aussi à parcourir.
    En Eure-et-Loir, nous n’avons pas franchement de problèmes de cohabitation entre les usagers de nos derniers chemins. Ce seraient plutôt le contraire : à force d’être sous-fréquentés, leur intérêt d’usage se perd et ils sont quotidiennement menacés.
    Maintenant, enrober une bande pour les cyclistes, les rollers, les skaters… qui demandent des revêtement « lisses » tout en préservant de chaque côté une bande de revêtement souple et enherbé, cela me paraît être de bon sens et techniquement très faisable pour le plaisir de chacun.

  3. @jean-marie
    « Les adeptes du roller en ligne » ? C’est cela, oui !
    Avec ce genre de considérations, pourquoi ne pas exiger le goudronnage intégral du GR de Pays Vallée de l’Eure, entre Chartres et Maintenon pour le confort des pratiquants de la trottinette ?
    On se le demande …

  4. @François-Xavier C.
    je ne parlais que du plan vert et prenant en considération les fauteuils de PMR comme j’aurais pu citer les adeptes du roller en ligne.
    Ce qui a été fait rue des Grenets ou place St-Aignan, je ne connais pas donc je ne peux me prononcer.
    Assurément, les pavés (souvent importés de Chine) ça fait bien et c’est de bon ton pour l’obtention du label « Les plus beaux villages de France » en adéquation avec l’image pittoresque des alentours que l’on souhaite entretenir (encore mieux si les pavés ne sont pas jointés).
    Autrement, les pavés en matière de mobilité quotidienne, ce n’est vraiment pas une surface adaptée à moins de se dire je fais Paris-Roubaix tous les jours.

  5. @Jean-Marie.

    C’est curieux que vous fassiez mention des « fauteuils PMR ». Le maire de Chartres, en son temps, avait, lui aussi, convoqué des personnes à mobilité réduite pour défendre l’opération qui allait défigurer la Place du Cygne.
    J’aimerais savoir ce que ces mêmes personnes pensent de l’aménagement récent de la rue des Grenets et de la place Saint-Aignan avec leurs bons gros pavés tellement confortables pour leurs fauteuils …

  6. @observateur (ou citoyen) eurelien : aucune aigreur.

    D’abord, je ne suis plus chartrain depuis lurette ce qui confère une certaine objectivité à mon regard ne poursuivant aucun intérêt local.
    J’avoue être natif de Chartres (je connaissais pas mal de ses vieux souterrains non valorisés et donc au demeurant non entretenus ce qui me semble être un véritable souci), et j’entretiens encore qq relations familiales ce qui me donne l’occasion d’y revenir deux à trois fois l’année.
    J’avoue que chaque fois que je séjourne à Chartres, j’ai de moins en moins l’envie d’y revenir au vu de ses attraits.
    Cette ville est belle certes mais c’est décidément devenue la banlieue pantoufladarde de Malakoff ! De + en +, formatée pour accueillir des cohortes de familles navetteuses jobbant en Francilie. Ce n’est pas un projet de développement local durable; au mieux une opportunité contextuelle qui durera son temps.
    De ce j’ai que compris des conséquences de la Covid-19, cette tendance au desserrement devrait encore s’affirmer pour le bien-être de l’immobilier local. Reste encore à organiser la desserte ferroviaire plutôt tendue si j’en crois les témoignages d’usagers.
    Chartres est historiquement une belle auréolée de sa cathédrale. Hier comme aujourd’hui, elle est très minérale comme son édifice en proue et aussi à l’image de son bas pays qui n’aime pas trop les arbres. Cela semble son destin de privilégier la pierre voire s’apparente à une forme de fatalité. Mais où est donc passée la mythique forêt des Carnutes païenne ? Assurément, elle n’existe pas/plus par ici.
    Grand ami des arbres et de leurs substrats sous-jacents, je me permets accessoirement de témoigner :
    J’ai vu (à distance),l’évolution de la place du Cygne. Abattre des tilleuls plantés il ya 30 ans maxi, ne m’a pas choqué tant leurs racines traçantes allaient bousiller les revêtements de surface et les réseaux souterrains. Quel imbécile a d’ailleurs décidé de les planter en cet endroit sans plus de précautions ?
    Cela me fait penser : attendrez-vous que les sophora du Japon plantés il ya 15 ans sur 2×2 km de l’avenue de Luisant soient devenus d’ampleur et que leurs racines s’attaquent aux réseaux à la recherche d’humidité et de matières nutritives carbonées pour commencer à vous soucier de leur avenir arguant alors que leur protection vaut plus que autre considération en les érigeant élément patrimonial, quand il faudrait surtout et dès aujourd’hui, les remplacer par une essence à racine pivotante plus adaptée à toute autre chose que du gravât ?! Luisant matraiterait ses arbres comme d’autres leurs chiens ou pire ? Non, pas plus qu’ailleurs. Comme (presque) partout, c’est seulement de la déconsidération et de la négligence face à ce que nos élus prennent pour du décor quand il s’agit de végétal.
    Comme Luisant aime ses arbres comme quiconque, il est fort à parier que la commune n’aura le courage de les abattre ou alors en dernière extrémité.

    Revenons à Chartres. J’ai fait récemment mon Bois Merrain comme on disait d’mon temps. Je remarque la gentrification des rues piétonnes et paradoxe, ses nombreuses vitrines vides et closes. Dans cette ville moyenne et comme partout, la vieille loi Royer n’aura pu endigué l’expansion et les ravages des grandes surfaces périphériques avant l’avènement du e.commerce.
    Tête ailleurs que faire du lèche-vitrine, je regarde les étages des immeubles du centre-ville. En façade, Malraux a bien jobbé mais vieux truc d’urbaniste quand tu veux jauger, je prête attention l’état des rideaux aux étages qui sont censés voiler. Verdict de ma promenade : Tout le bâti du « vieux » Chartres derrière ses apparences bourgeoises et ses ravalements qui commencent à dater, se délite indéniablement en dehors de quelques immeubles particuliers. Sans nul doute, la classe locale aisée préfère délaisser vers un domaine de vie moins étroit et si commode quand on en a les moyens de s’affranchir des distances (tant qu’à faire, dans des campagnes plus avenantes).
    En attendant, quid des mises aux normes énergétiques et tant d’autres pour le devenir de ce bâti vénérable qui se paupérise voire se ghéttoïse façon centre-ville américain des années 1970 ?

    Pour revenir au plan vert, demain (dans 20 ans), j’espère honnêtement qu’il aura dépassé le stade de l’affichage et qu’il sera devenu un véritable axe structurant courant de St-Georges à Maintenon voire au delà tant en amont qu’en aval. Car ce n’est « que » l’arête dorsale et à ce titre, d’autres coulées vertes secondaires sont identifiées (bois de la Cavée à Luisant, vallée du Couesnon à Lèves/Mainvilliers, chemin Banlieue 89 car faut bien recycler les vieilles réalisations socialistes, vallées de la Roguenette, de la Voise…)

    Nos vallées sont nos montagnes avait-on l’habitude de se dire entre Chartrains quand on imaginait et préparait l’avenir..!

    @François-Xavier C. : la plan vert chartrain n’abuse vraiment pas de l’enrobé. Mais puisque vous posez ce détail technique, je me permets de vous répondre :
    – l’enrobé pour les vélos offre une surface de roulement indéniablement plus confortable et moins salissante (à considérer en usage quotidien) ;
    – ce revêtement permet l’ouverture de la voie à d’autres usagers : skates, trottinettes, gyropodes, fauteuils PMR…
    – son coût financier à l’investissement et largement compensé au bout de 5 ans d’entretien ;
    – enfin surprise de taille : malgré son aspect routier, l’enrobé goudronné présenterait un écobilan bien moins impactant que la mise en oeuvre de matériaux plus « naturels » type graves non traités. Ce n’est pas moi qui l’affirme mais une association compétente et ayant pignon sur rue : https://www.velo-territoires.org/actualite/2019/12/16/enjeux-environnementaux-revetements-amenagements-cyclables/

  7. La « coulée verte » à la sauce Gorges est traversée par un large ruban goudronné.

    https://imgur.com/Wy6iW52

    Alors, oui, rendez-vous dans trois ans pour voir si le bitume aura été remplacé par quelque chose de plus naturel, par l’opération du Saint-Esprit …

  8. @Bouh, merci pour ce retour à mon commentaire (au fait, pourquoi vous êtes vous senti personnellement visé.e ?). Juste à relever dans votre propos, un petit oubli de votre part, la taille du « melon » qui coiffe aujourd’hui la tête du JPG après 19 ans d’un règne absolu et tyrannique. Les « bonnes » idées de départ, nécessaires et même indispensables lorsqu’on nourrit l’ambition de s’installer durablement, s’émoussent hélas avec le temps et l’exercice du pouvoir, Chartres en est aujourd’hui une emblématique démonstration ! Voilà pourquoi la limite dans le temps des mandats électifs et l’élection au suffrage universel direct des représentants communautaires sont devenus aujourd’hui des impératifs de salubrité publique !

  9. à Observateur eurélien : je ne suis pas particulièrement une groupie de JPG et à vrai dire, ça me fait sourire comment vous percevez et interprétez mes propos. Peu importe. J’apprécie seulement (et surtout) l’objectivité ! En matière de plan vert de Chartres (le sujet que je commente), je n’ai juste rien à redire sur ce qui a été réalisé durant 20 ans et sur ce qui sera réalisé ces prochaines années.
    Dans les années 2010, ce plan vert a été salué comme référence de la part d’une asso nationale militante (AF3V) qu’on ne peut surtout pas soupçonnée d’être partisane à l’égard de JPG. Je vous donne leur site mais malchance, il est en cours de reconstruction et de nombreux liens sont actuellement inactifs https://www.af3v.org/les-voies-vertes/voies/339-voies-du-plan-vert-de-chartres/ Dommage, leur avis est précieux et influence au national… En résumé, Chartres fut il y a 20 ans, une des premières villes à initier une « coulée verte » et son expérience fut ensuite citée par le Moniteur de travaux publics par exemple, ce qui inspira bien d’autres agglos qui ont sans doute depuis imité et dépassé le pionnier chartrain. C’est le lot de toute bonne idée d’être dans un premier temps disqualifiée puis d’être récupérée quand elle fait son oeuvre… Certes, la mise en oeuvre du plan vert a connu des moments de ralentissement voire d’assec budgétaire (c’est le lot de tout projet de longue haleine parce qu’œuvrant dans la durée…) Alors, ce n’est pas au moment où ce plan vert redémarre avec de vraies ambitions qu’il faut aujourd’hui, le dézinguer au titre de quelques arbres rivulaires ou surtout au nom d’une gestion globale critiquable par ailleurs sinon, il deviendra vite une victime collatérale. Bref, ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain est mon seul et humble conseil. En ce qui concerne le point 2 concernant mes références perso, je voyage !… bien au delà du bas plafond eurélien.

  10. Il est de bon ton pour les groupies gorgiennes de (auto)proclamer que réalisations du « maître » font « référence au plan national », le « pôle gare » (c’est heureux que la bâtiment de la gare ait pu résister aux bulldozers !), le « plan vert », etc … Il serait souhaitable 1/ qu’elles en citent les sources (extérieures), 2/ qu’elles voyagent hors de Chartres et de l’Eure et Loir pour aller voir ce qui se fait ailleurs sans tambours ni trompettes, et pour moins cher !!!

  11. @Bouh
    Vous avez raison, ce « plan vert » est un agréable lieu de promenade, que je fréquente d’ailleurs assidûment. Sorti de cet axe, on arrive rapidement dans la plaine, nettement moins bucolique. Cependant, une politique environnementale ne se limite pas à définir et aménager une zone qui serait la « carte de visite verte » de la ville. Combien reste-t-il d’avenues, de places arborées où il fait bon flâner dans Chartres ? Exit la Place du Cygne, le Boulevard Chasles… Combien d’espaces non goudronnés, non dallés, permettant de maintenir une température acceptable lors de fortes chaleurs ? Pourquoi ces potiches, toutes semblables, régulièrement renouvelées à grands frais, plutôt que des parterres vivant au fil des saisons ?Certains quartiers , comme La Madeleine, profitent encore d’une végétation variée, bien entretenue, moins soumise au dictat de la « coupe radicale ». En la matière, tailler des arbres trop courts, trop souvent, voire à des périodes inadaptées, relève du non sens. Facile après cela d’abattre les plus malingres, comme vous dites, qui n’auront pas survécu à ce traitement.
    Vous parlez de « référence sur le plan national ». Restons modestes ! Si Chartres voulait vraiment se démarquer et sortir du camp des villes, trop nombreuses, qui ont choisi de minéraliser plus que de végétaliser, il y aurait une belle carte à jouer. En descendant aussi du piédestal procuré par le label « Villes et villages fleuris ». Les « 4 fleurs » chartraines me paraissent bien pâles, comparées à celles d’autres villes. Mais JP Gorges a de l’ambition, n’est ce pas ! Il aime que l’on parle de lui, n’est ce pas ? Alors qu’il développe à Chartres des projets novateurs en matière d’environnement, de transports, plutôt que de s’accrocher à un Zénith, un centre commercial …

  12. Désolé, je ne comprends pas la teneur des derniers commentaires qui semblent en vouloir pour d’autres considérations qu’en rapport avec le sujet abordé. Abattre des arbres malingres ou dessouchés par le sapement de la berge afin de notoirement mener une véritable opération de réhabilitation écologique peut effectivement paraître brutale quand on ne profite plus de leur ombrage cet été. Cependant, comme l’a écrit « un ami du plan vert » le 20/07, rdv dans 3 ans pour juger si ce chantier avait sa pertinence ou non ! En attendant, reconnaissons que JP Gorges est un amoureux de la rivière qui n’a pas hésité dès son premier mandat à porter la réalisation de ce plan vert exemplaire. Rappelons au passage qu’il y a 20 ans, son prédécesseur louvoyait vis à vis de ce fameux plan vert en gestation. Qui aujourd’hui contesterait sa mise en oeuvre ?! 20 ans de travaux décidés sous la houlette de JPG ont prouvé son utilité environnementale et sociale remarquable (il fait référence sur le plan national). Rendre à César ce qu’il a fait et éviter de l’attaquer sur ce qu’il a fait peut-être fait de mieux ; Sinon, se discréditer..

  13. La mafia…. en 2020 !!!
    Quand il y aura une justice ???
    La fin du régime c’est pour quand ???
    Bientôt j’espère 🤞 !!!

  14. JPG ne fait jamais ni dans le détail ni dans la dentelle ! Entre les « beaux » projets sur le papier truffé de « belles » intentions et déclarations de principe, en réalité des leurres visant à pêcher « le feu vert », il y a un gouffre ! Et une fois le projet réalisé, c’est trop tard, le bon tour gorgien est joué « as usual » ! Tout raser d’emblée, c’est un réflexe gorgien récurrent, et c’est tellement plus simple ! JPG écolo ? LOL !

  15. Il y a un dicton qui dit « il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Il se pourrait bien que la date butoir repoussée de 15 jours concernant la decision du TGI d’Orleans sur le reccours se référant à l’élection du 15 mars et déposé a l’extrême limite le 23 mai dernier laisse entrevoir d’autres présages…

  16. Ce sont eux, les Khmers verts !!!! Des assassins, de serviles exécutants du « génocide » de la nature. Je me promène beaucoup dans la nature et en particulier autour de Chartres. Il n’est pas nécessaire d’être scientifique pour repérer les arbres déjà morts ou en souffrance à cause des températures régulièrement élevées, à cause du manque de précipitations, et ceci même dans zones habituellement humides. Pourquoi alors éradiquer encore et toujours plus de végétaux ? Quels principes, quelle morale guident ces gens ? Quand M. Gorges parle en conseil municipal de ses huit petits enfants, quel avenir leur prépare-t-il ? Quel avenir prépare-t-il aux 130000 habitants de l’agglomération en agissant ainsi ? Que signifie d’être élu avec 91% des suffrages pour faire de telles erreurs ? Peut-être faire partie du top 10 des dirigeants les mieux élus de la planète, tous dictateurs ?!
    « Bougres de charognes !!! » tonnerait aujourd’hui mon Grand Père, lui qui dénonçait, dans les années 70, les aberrations du remembrement à outrance, dont certaines régions subissent encore les conséquences aujourd’hui.

  17. L’opération globale a fait l’objet d’une déclaration préalable avec avis de l’ABF et d’un dossier loi sur l’eau avec enquête publique. Le projet inclut la réhabilitation de l’ancienne station d’épuration en parc naturel avec une remise à niveau des prairies pour retrouver de la zone d’expansion de crue, ce qui représente 15 000 m² de désimperméabilisation. Il est également prévu la reprise complète de la berge en pente douce avec la suppression des anciens rejets, des parties bétonnées et anciennes clôtures, la création de banquette, la végétalisation et la plantation. Sans oublier l’enfouissement des réseaux, la réfection de l’éclairage, une nouvelle liaison piétonne vers la rue de la Paix. Certes la phase chantier peut paraître brutale mais revenons dans 3 ans pour voir tous les bienfaits d’un tel projet, une zone naturelle en plein cœur urbain en lieu et place d’une station d’épuration.

  18. Pas de commentaire sur le compte épikourien facebook de fi-fille à propos de la « short » ré-élection de papa à la tête de la mairie de Chartres le 15 mars dernier au suffrage universel direct !!! On répare le malencontreux oubli et on commente : « La veste … »

  19. Ré-élu à la quasi totalité du Conseil communautaire (91%, « La classe … » selon le compte épikourien facebook du mag prétendu « art de vivre » de fi-fille qui fait la com de papa avec l’argent des amis de papa !), JPG (après son grand numéro « émotion », on a failli sortir les mouchoirs !) se croira à nouveau tout permis pendant six ans sur toute l’agglo ! A moins que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*