Le bilan de la saison sportive 2019-2020

Le sport est à l’arrêt depuis la semaine du 9 mars 2020 durant laquelle les fédérations et ligues sportives ont suspendu les compétitions amateurs et professionnelles. Celles-ci ont dû revoir et modifier leurs règlements afin de rendre leurs verdicts au cours des dernières semaines. Concernés, les clubs évoluant au niveau national de l’agglomération chartraine, ont connu des fortunes diverses.

Les « déçus » :

Le 16 avril, la fédération française de football arrête la saison de ses championnats amateurs dont la Nationale 2 en prenant en compte le classement au 13 mars après 22 matchs. Pour les montés à l’échelon supérieur, il n’ y a aucun changement. Ayant perdu la première place deux journées auparavant, C’Chartres bute à 2 points de Saint-Brieuc qui accède ainsi au National. C’CF évoluera encore en National 2 avec un nouvel entraîneur, le contrat de Jean-Guy Wallemme n’ayant pas été renouvelé.

La frustration est grande aussi du côté des pongistes chartrains. Relégué en fin de saison dernière, C’Chartres Tennis de Table avait pour objectif la remontée immédiate en Pro A. Avec une seule défaite en douze matchs, l’équipe dirigée par Emmanuel Rassouw caracolait en tête. Mais, le 10 avril, la fédération française de tennis de table a établi un gel des montées et des descentes tout niveau confondu. Villeneuve-sur-Lot et Istres décrochés avec neuf points de retard restent en Pro A. C’CTT tentera de rester sur la même dynamique la saison prochaine pour retrouver l’élite.

Encore dans l’incertitude mais avec guère d’illusions, les basketteurs du C’Chartres Basket M attendent. La fédération française de basket-ball a décidé, le 28 mars, de stopper définitivement la saison 2019/2020 en indiquant qu’il n’y aura ni accession et relégation. Aucun titre ne sera décerné. Toutefois, le championnat de National 1, où évolue C’CBM, est concerné par une possible accession en Pro B de ses deux premières équipes au « ranking » national, mais seulement en cas de reprise du secteur professionnel. La ligue nationale de basket gérant le basket pro espère poursuivre la saison en septembre. Une décision définitive sera prise en mai. L’équipe de Sébastien Lambert est classée « numéro un », notamment grâce à son excellente première phase (une seule défaite).

Les « soulagés » :

La ligue nationale de handball a annoncé le 14 avril la fin du championnat. Le classement définitif est celui acté après la quinzième journée. C’Chartres Métropole HandBall termine dixième. Avant la suspension ; le maintien était déjà en bonne voie, les bleus comptaient cinq points d’avance sur le premier non relégable. Mais au final, il n’y aura pas de relégation en LidlStarligue : la ligue a anticipé d’une saison le passage de quatorze à seize clubs dans l’élite, (initialement programmé pour la saison 2021/2022).
La fédération française de Handball avait dès le 24 mars pris la décision de clore la saison en cours des amateurs, réajustant cependant le règlement initial. Le nombre de relégation a été revu à la baisse. Mal en point, l’équipe « réserve » du C’CMHB onzième et avant dernier bénéficie de cette modification pour se maintenir en National 1.

La saison blanche décidée par la FFBB permet à l’équipe « 2 » du C’CBF et à Barjouville qui pouvaient craindre de descendre au niveau régional de renouveler leur bail en National 3.

Pour les autres équipes locales qui ne pouvaient, à ce stade de la saison, ni entrevoir de montées ou d’être reléguées à l’échelon inférieur, la saison se termine dans le « ventre mou » du championnat. C’est le cas des basketteuses du C’Chartres Basket F en Ligue Féminine 2 (septième), des rugbymen du C’Chartres Rugby (sixièmes en Fédérale 2). La « deux » du C’Chartres Football finit à la quatrième place du championnat National 3. Quant aux coéquipiers de l’entraîneur-joueur Marouane Chtioui, ils se classent troisièmes pour la première saison du C’Chartres Volley en National 2.

Pour la saison prochaine, certains clubs comme C’CMHB et C’CBF ont déjà finalisé leur recrutement, mais tous sont dans l’inconnue notamment concernant les dates de reprises.

Pierre Haurant

3 Commentaires

  1. Nous avons constamment 3 étrangers (actuellement hongrois, belge et brésilien) pour un français. Que Lorillard, principal sponsor privé, s’en gausse est son problème, la municipalité de Chartres n’a pas à financer ce type de club qui nécessite un budget entre 600 et 800 mille euros. « Rééquilibrer les dotations entre la pratique de haut niveau et les activités du plus grand nombre…Accompagner les clubs dans la réduction de leur empreinte environnementale » Programme Chartres Ecologie page 19 1er alinea.

  2. Le club de tennis de table chartrain n’a eu qu’un seul asiatique (Gao Ning) dans son effectif depuis qu’il évolue au haut niveau.
    On pourrait expliquer ainsi le fait que les joueurs ne résident pas à Chartres :
    Contrairement à celles des sports collectifs, les journées des championnats par équipes des sports individuels sont irrégulières dans le temps. Car elles sont intercalées entre des tournois internationaux auquels les 4 « pros » du C’CTT participent. Être sous contrat avec une équipe garantit aux joueurs un revenu complémentaire (et même parfois supérieur) aux gains acquis lors des tournois. Très rares sont les pongistes de Pro A et B qui résident dans la ville dont ils portent les couleurs.
    Ce système existe dans d’autres sports individuels comme, par exemple, le tennis, à l’occasion des interclubs élites. Certains joueurs disputant même ce type de compétition dans plusieurs pays durant la même saison. Ils n’ont pas non plus d’attache avec leur club. Pas sûr que Stefano Tsitsipas (N°5 à l’ATP) habite à Quimperlé pendant ces temps de repos…

  3. Définition d’un pongiste chartrain : mercenaire de second rang, coréen ou chinois de préférence – double nationalité est un plus – qui vient jouer ses rencontres en France vêtu d’un maillot « Chartres » et qui repart aussitôt le match fini, dans son pays.
    Résoudre l’équation suivante : éthique sportive + bilan carbone = 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*