Q-Park solidaire des commerçants ?

Q-Park fera-t-il preuve de solidarité ? On peut en douter… Pour les lecteurs qui ne le savent toujours pas, il est bon de rappeler que tous les parkings souterrains de la ville de Chartres sont gérés par une seule société privée : Q-Park, suite à un contrat de délégation de service public signé en octobre 2003 avec le maire, pour une durée de 32 ans (jusqu’en 2035). Objectif : gagner de l’argent et se le partager !

En effet, le contrat est à l’avantage de cette société. Ainsi les tarifs pratiqués ne peuvent qu’augmenter dans la mesure où la Ville est intéressée aux bénéfices. Si la recette annuelle passe au dessous d’un certain seuil, c’est la Ville qui doit compenser le déficit. Monsieur Gorges, signataire du contrat, est le premier responsable de cette situation. D’ailleurs a-t-il jamais eu l’intention d’essayer de modifier ces tarifs à la baisse ?

De toute façon, il n’a cure de la survie des commerces du centre-ville – il préfère voir les enseignes partir en périphérie – ce qui n’a pas empêché certains membres de l’association « les vitrines de Chartres » à appeler à voter pour lui ! Un comble…

Ces tarifs de stationnement souterrain sont très élevés en comparaison d’autres villes. C’est d’ailleurs une des causes qui décourage la venue des consommateurs au centre-ville et rend de plus en plus difficile la rentabilité des commerces, faute de bonne recette.

Beaucoup de commerçants et leurs salariés sont abonnés à un parking Q-Park. Cette dépense représente une charge non négligeable pour les petits commerces indépendants.

En cette période de confinement pendant laquelle les commerçants ont dû fermer boutique, on peut très bien comprendre que certains d’entre eux veuillent demander au gestionnaire Q-Park une suspension de paiement ou un désabonnement. En effet, ils ne viennent plus garer leur voiture dans ces parkings.

Mais le désabonnement à Q-Park n’est pas rapide : la demande de résiliation doit être faite avant le 10 du mois pour prendre effet à la fin du mois suivant ! Donc deux mensualités de perdues. La seule « faveur » que Q-Park consent serait de décaler les prélèvements, autrement dit « débrouillez-vous, on veut notre fric ».

Alors, une véritable question va se poser : si malheureusement certains commerçes ne se relèvent pas après la crise, il risque d’y avoir un « manque à gagner » pour Q-Park (moins de voitures de commerçant et de clients) autrement dit les bénéfices (réels ?) peuvent se transformer en déficit, lequel devra alors être payé à Q-Park par la Ville, donc par nous tous, clauses du contrat obligent !

Patrick Chenevrel

3 Commentaires

  1. @ancien observateur : l’emplacement du « pôle administratif », la suppression des parkings dédiés dans le cadre d’une modification du permis initial (il aurait été illégal sans parking prévus) n’avaient qu’un unique objectif, servir les intérêts de Q-Park ! Dans le même sens, le parking « préfecture » et le futur parking « pôle gare » ! De quoi se poser quelques bonnes et sérieuses questions sur la réelle finalité des « choix » gorgiens !

  2. Votre article est nécessaire, pédagogique, car il est primordial, pour les néo-habitants de notre agglomération, voire pour les plus anciens mais qui ont oublié ces faits, que ce système de délégation de service public est une partie du dogme en vigueur depuis ces 20 ans. Car en théorie, le stationnement fait partie des services publics. Le libéralisme à tout va, pour externaliser les dépenses, et favoriser les gains privés, sous « emballage public ».
    Rappelons que la doctrine des débuts de l’ère gorgienne était « les utilisateurs du parking paieront les aménagements de la ville pour pouvoir venir en ville en voiture ». D’autre part, même si vous notez une probable baisse du chiffre d’affaires de ces parkings liés au confinement, l’ouverture, un jour (???) du futur pôle administratif, verra une croissance de la fréquentation de ces lieux de stationnement. En effet, initialement étaient programmés des parking sous ce lieu, notamment pour les employés mais aussi pour les utilisateurs. Mais après de multiples modifications, sans explications, ceux-ci ont été réduits à la portion congrue.
    Et donc on peut s’attendre à de bons chiffres et des bénéfices confortables, toujours au profit du privé, et d’un peu au public.
    Imaginez-vous, habitant de Maintenon ou d’ailleurs dans cette agglomération qui n’est pas une métropole, comme aime à l’appeler l’inventeur de ce concept de communicant que Chartes serait une métropole – regardez le dictionnaire pour en avoir l’exacte définition – venir faire des démarches administratives à Chartres : entre le coût du carburant, le temps passé pour y accéder, le coût du parking, qu’aura t-il gagné en terme d’efficacité, d’argent ? Rien.
    Mais la ville de Chartes aura réalisé un joli coup de poker, faisant payer à d’autres que les chartrains l’équipement qui servira majoritairement à la cause d’une équipe et d’un type de population de centre ville.C.Q.F.D

  3. La moindre des choses serait que l’association des commerçants « les vitrines de Chartres » se saisisse du problème.
    Ne pourrait-elle pas fédérer les réclamations de tous les commerçants abonnés à Q-Park pour que le maire les soutienne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*