Réflexions d’un confiné

4 Commentaires

  1. Confine toi pour moi, ça m’arrange!
    Un coup de gueule!
    Le confinement n’est pas appréhendé de la même façon pour tous, il en cela révélateur du degré d’individualisme ou du civisme de chacun. Certains ont la conscience du collectif et se confinent pour eux-mêmes, pour éviter que la maladie n’atteigne les autres mais aussi par respect du personnel soignant durement mis à l’épreuve dans les hôpitaux, d’autres ne peuvent restreindre temporairement leurs libertés et continuent d’organiser apéritifs et autres rencontres avec les proches.
    A quoi bon s’imposer le confinement alors qu’autres le font si bien et qu’ils me protègent du virus?
    On retrouve dans l’attitude de nos voisins, amis , connaissances les mêmes comportements que ceux observés vis à vis des grands enjeux environnementaux: A quoi bon me restreindre dans mes désirs de consommation, dans mes voyages en avion à l’autre bout du monde puisque ce sont nos enfants qui payeront … plus tard.
    Sans changement des mentalités j’ai bien peur que l’après ne soit qu’une continuité de l’avant sans changement fondamental de notre société.

  2. Pouvoir penser les aspects positifs du confinement, j’ai bien conscience d’être parmi les privilégiés. Le MEDEF imagine déjà demander un coup de collier aux salariés dès la sortie du confinement pour relancer la machine productiviste,
    et assouplir encore le code du travail ! Je pense également aux SDF, précaires et chômeurs qui vivent dès maintenant les pires difficultés.Nous qui avons le privilège d’un cadre de vie et d’un revenu correct, nous devons faire un sérieux effort de solidarité.Nous devons aussi faire pression, par tous les moyens, sur nos gouvernants et l’oligarchie qui l’a mis au pouvoir pour réduire la course folle de la compétition, de la rentabilité à 2 chiffres et des délocalisations. Les listes alternatives de citoyens ont déjà pensé ce combat, elles sont peut-être l’expression d’un mouvement fort sur lequel on peut compter.
    amitiés

  3. OK Denys, j’adhère à 100 %. La question maintenant est dans la proportion de citoyens qui a cette prise de conscience et qui est prête à changer quelque chose à son mode de vie. Pour l’heure et à court terme beaucoup de familles se demandent comment on va payer les factures. Le défi est immense pour tous ceux qui travaillent à construire un monde différent.
    En attendant, portez-vous bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*