Vous avez dit « BUS GRATUITS ? »

Olivier Maupu, candidat sur la liste municipale Chartres Écologie, a transmis à Cactus une note de synthèse en faveur de la gratuité du réseau de transport en commun Filibus pour tous les utilisateurs, assortie d’une amélioration de l’offre.

Pourquoi ? Le réseau de bus chartrain est sous-utilisé en raison de sa lenteur liée aux embouteillages interminables, son coût élevé et sa faible fréquence. Beaucoup de bus circulent vides ou presque. En 19 ans, quasiment aucune amélioration et des hausses successives de tarifs. Toujours pas de bus à haut niveau de service.

Comment ? Plus rien à payer. Pas de carte, pas de ticket. En rendant le bus gratuit et plus fréquent, des automobilistes vont laisser leur voiture au garage et utiliser le bus. Fini le stationnement à payer. Cela réduira la circulation, améliorera la fluidité et la tranquillité des déplacements.

Combien ça coûte ? En moyenne en France, le prix du billet représente seulement 17 % du financement du service de transport collectif. La compensation par la collectivité de cette gratuité est donc très limitée par rapport aux nombreux avantages. Elle se fera sans augmentation du versement transport des entreprises. Des économies seront générées par la suppression du coût de la billetterie et des contrôles. La sûreté sera assurée par le personnel reconverti.

Quels avantages ?

– Forte réduction du trafic automobile et des embouteillages, facilitation du stationnement

– Amélioration de la qualité de l’air, et réduction des nuisances sonores : gain sur la santé publique

– Baisse des dépenses pour les usagers

– Simplicité d’utilisation

– Gain de temps, rapidité du service : réduction du temps d’embarquement et d’arrêt aux stations

– Amélioration de l’accessibilité du centre-ville depuis les quartiers, et des équipements de la ville et de l’agglomération. Redynamisation des commerces

– Diminution des actes d’incivilités

– Amélioration du lien social

– Moins de voitures = plus de place et de sécurité sur les routes pour les vélos.

Quels retours d’expérience ? Une trentaine des réseaux urbains gratuits en France. La gratuité séduit de plus en plus d’agglomérations : Dunkerque (201 000 hab.) depuis 2018, + 85 % de fréquentation (dont 50 % ont abandonné la voiture) ; Aubagne (106 000 hab.) depuis 2009, + 170% de fréquentation (dont 63 % n’utilisent plus leur voiture) ; Châteauroux (76 000 hab.) depuis 2007, +100 % de fréquentation des usagers, -3 000 déplacements de voitures/jour ; Calais, Castres, Compiègne, Libourne, Muret, Niort, Vitré et des dizaines d’autres en Europe.

Olivier Maupu

11 Commentaires

  1. « Comme quoi, là encore, la volonté politique est prépondérante, de vouloir agir en faveur des administrés ou de préférer privilégier des sociétés réalisant des bénéfices colossaux. » Mais Castres n’est pas Chartres où bénéfices colossaux riment avec « ruissellement » ! Profiter du dernier conseil municipal pour permettre à Q’park de rafler le futur stationnement du Pôle gare et renforcer son monopole, c’est prouver que Chartres, c’est pas vous, c’est lui !

  2. Concernant Q Park, on sait bien que ce ne sont pas des philanthropes, pas davantage que Vinci et consorts. Cependant, si l’on regarde par exemple la gestion du stationnement à Castres, ville de taille équivalente à Chartres, où les parkings sont aussi gérés par Q Park, il existe des différences notables.
    1) Le tarif horaire est de 1.60€, cher mais moins qu’à Chartres.
    2)La ville a repris en 2019 la gestion de deux parkings auparavant gérés par Q park, créant une concurrence. A Chartres, Q Park rafle la mise avec le futur parking du pôle gare, renforçant sa position de monopole et ses conséquences tarifaires.
    3)A Castres, les habitants bénéficient de 2 heures gratuites le samedi après-midi (Q park ou non) pour revitaliser le commerce. Chartres fait le cadeau royal de 30′ deux fois par jour, matin et après-midi.
    Comme quoi, là encore, la volonté politique est prépondérante, de vouloir agir en faveur des administrés ou de préférer privilégier des sociétés réalisant des bénéfices colossaux.
    La situation chartraine parait encore plus désolante quand vous visitez certaines villes, touristiques, capables de vous proposer des demi-journées de stationnement en plein centre ou très proche à 1€ et des journées à 2 ou 3€ maximum.

  3. C’est Q’Park le grand pote de Gorges qui va pas être content ! Y aura moins de voiture dans ses parkings ! A près de 20 € à payer pour une demi journée de balade à Chartres, y aura forcément du manque à gagner !

  4. Des transports en commun gratuits accompagnés de quelques parkings relai en périphérie. Cela permet de réduire la place des voitures en ville tout en maintenant le dynamisme commercial.
    Une belle idée.

  5. Idée excellente et qui fonctionne très bien sur de nombreuses villes. On peut y opposer le manque de civilité de certains mail il existe des lois pour ça, Il suffit de les appliquer ; ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Quiz des contrats conclus avec Q-Park ? N’y avait-il pas une clause concernant un minimum de chiffre d’affaire, histoire de rentabiliser la mise des travaux ? A vérifier.

  6. La gratuité des transports est la mesure la plus concrète et la meilleure proposée par la liste Ecologie. Les conséquences positives prévisibles sont infiniment plus importantes que les recettes procurées par une billetterie qui est d’ailleurs absorbée pour une part importante par les frais de gestion. C’est une mesure d’avenir propre à contribuer à revitaliser le centre-ville sur le plan économique. Amélioration de la qualité de l’air, limitation des nuisances sonores, amélioration de la sécurité, diminution des bouchons et meilleurs fluidité de la circulation… Il n’y a que des avantages. Le transport relève de la compétence de l’agglo. Pensons aussi à l’amélioration que la gratuité apportera aux habitants des villages obligés de venir en centre-ville pour effectuer des démarches. Ces habitants se sentent pris en otages puisqu’ils sont bien obligés de venir en voiture. Maltraiter les habitants en leur imposant des tarifs de parking prohibitifs sans leur offrir une vraie alternative est une mesure punitive mal ressentie. Proposer le transport collectif gratuit est une mesure incitative douce bien plus intelligente que les coups de règle sur les doigts du prix du ticket de parking.
    Je rejoins cependant « Contribuable » sur un point : Il y a nécessité de mettre en place un système permettant d’analyser les déplacements des usagers de façon fine, données indispensables pour adapter avec efficacité l’offre de transport aux besoins de la population. Mais je ne vois vraiment pas pourquoi la billetterie payante serait la seule réponse possible pour répondre à cette exigence.

  7. (…) »L’Agglomération Châteauroux Métropole, en la matière, a été précurseur. Les 14 communes qui la composent – 78 000 habitants – ont mis fin aux tickets de bus et aux contrôles dès 2001. En décembre 2017, la ville a atteint un record en totalisant cinq millions de voyages au cours de l’année.
    C’est à Jean-François Mayet, maire UMP de Châteauroux entre 2001 et 2014, que l’agglo doit cette politique révolutionnaire. « Avec 14% de recettes de billetterie, il a estimé que le rapport entre l’impôt et le service rendu était mauvais », a expliqué Gilles Avérous, élu Les Républicains (LR) lui a succédé à la mairie. L’objectif premier était d’accroître la fréquentation du réseau de transports. Pari gagné : en 16 ans, elle a été multipliée par 3,5. Une gageure pour cette ville très rurale et dont la population décline. Les effets sont, à en croire l’édile, « incroyables », notamment sur la redynamisation du centre-ville. Et de citer l’exemple d’une maroquinerie haut de gamme qui a saisi l’occasion pour s’installer en centre-ville, facilitant ainsi l’accès des ateliers à une main d’œuvre souvent dépourvue de permis de conduire.
    La gratuité séduit de plus en plus de villes
    En France, le nombre de collectivités qui se sont converties à la gratuité ne cesse d’augmenter depuis le début des années 2000. Châteauroux, Dunkerque, mais aussi Gap, Niort, Figeac, Castres… Elles sont désormais entre 20 et 30 à proposer des réseaux gratuits (le chiffre diverge en fonction des critères retenus), bien que les grands groupes du transport collectif freinent des quatre fers.
    Maxime Huré, maître de conférence à l’université de Perpignan, fustige des oppositions purement « idéologiques ». « C’est un changement de cap, de modèle dans l’appréhension de la mobilité », estime-t-il. « C’est une politique publique globale qui répond à différents objectifs très importants d’un point de vue économique, social, et environnemental ».
    « C’est une politique peut-être exceptionnelle, mais qui existe bel et bien (…).Il y a une volonté d’en faire un modèle », analyse Wojciech Keblowski, chercheur à l’Université Libre de Bruxelles, spécialiste des mobilités. Elle fait en tout cas des émules : Paris et Grenoble, notamment, planchent sur le sujet. Et les chiffres avancés par le chercheur sont éloquents : en 2017, les transports en commun étaient totalement gratuits pour tous, tout le temps dans 98 villes dans le monde – 27 aux États-Unis, 11 en Amérique du Sud, une en Australie, trois en Asie, 56 en Europe. Contre une seule en 1970. »
    Je me permets de faire suivre cet article de France 3-Centre publié en 2018. Et je comprends d’autant moins vos réticences, votre frilosité vis à vis des ces initiatives qui, contrairement à ce que vous avancez, fonctionnent. Ce sont évidemment des projets ambitieux, mais réalisables. Alors, pourquoi pas à Chartres ? Les habitants seraient-ils condamnés à choisir entre un programme « pépère » et la démesure gorgienne ?

  8. Pourquoi clientélisme ??? Ce mode de gestion des transports publics existe et fonctionne. C’est le résultat d’une volonté politique en faveur des habitants. Mais peut-être préférez-vous payer encore et toujours, sans que le quotidien s’en trouve amélioré ? Dans ce cas, votez Gorges et vous serez servi au delà de vos espérances !

  9. Je me permets suite à cet article, et pour une fois, d’exprimer quelque non assentiment. J’avais laissé sur le site « cactus » le 11 décembre 2019 le commentaire suivant, qui reste il me semble tout à fait d’actualité :
    « Attention à rester crédible. Je ne pense pas que la gratuité des transports publics soit une bonne chose. Un service « gratuit » est un service qui n’a pas de prix. Regardez ce qui se fait ailleurs, sur d’autres réseaux, en la matière, avec un recul de quelques années : vous vous retrouvez généralement avec un service déconsidéré par les usagers.
    Par ailleurs, il convient d’avoir à l’esprit qu’en l’état actuel du réseau, les recettes sont de l’ordre de 2 millions d’euros par an, ce qui n’est pas négligeable.La billettique récemment mise en place permet une validation systématique à l’entrée dans les véhicules, ce qui permet une connaissance fine des usages… et permet de « responsabiliser » les usagers. Avec la gratuité, la philosophie n’est plus la même et franchement, je préfère la solution actuelle (même si les plages horaires doivent effectivement être étendues) »

  10. Il faudrait aussi s’intéresser au prix du billet SNCF sur l’axe Nogent-le-Rotrou – Chartres – Epernon. (a priori bien supérieur au tarif pratiqué en IDF).

  11. Bus gratuits? Clientélisme?. Mais, que certains médecins, ne pas prennent pas la carte vitale, cela ne vous interroge-t-il pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*