Hebdosports : ah ! qu’c’est embêtant d’être toujours patraque…

Ils l’ont déclaré sur les terrains et dans les salles, ils l’ont lâché en zone mixte ou en conf’de presse, ils l’ont écrit dans la presse, ils l’ont dit sur les antennes, on l’a vu ou entendu à la télé : l’actualité sportive vue au travers des mots et d’un autre œil.

Morceaux choisis. « C’est dur de leur tomber dessus à chaque fois parce qu’on travaille tous, on essaie de faire le maximum. » Même s’il affirme que « dans un futur très proche, notre grande nation de tennis sera de nouveau au top », Gaël Monfils, dernier rescapé des Bleus (éliminé en 1/8e), après le deuxième tour de l’Open d’Australie a beau défendre ses compatriotes, on a du mal à croire au renouveau du tennis français dans les grands tournois, ceux du Grand Chelem ou les Masters 1000. Il y a Tsonga, Gasquet et Mahut en fin de carrière, Pouille, Paire et Simon aux parcours en dent de scie, Moutet, Humbert et autres espoirs encore trop tendres et déjà trop encensés ; idem chez les dames, où après une superbe campagne victorieuse en FedCup, les chefs de file, Garcia et Madlenovic, sont retombées dans leurs errances et dans l’anonymat des vaincues des premiers tours. Bilan : sur dix huit Bleus et Bleues, il n’en restait qu’un au 3e tour, Monfils… Alors, juste pour illustrer cette collection d’échecs, voici quelques morceaux choisis.
Corentin Moutet : « Il a été bien meilleur que moi. C’est dur à accepter » ; Hugo Humbert : « Je suis hyper déçu. Je m’attendais à faire mieux, je voulais faire mieux » ; Pierre-Hugues Herbert : « Je sens que je l’ai au bout de la raquette, que je suis plus frais que lui et au final (…) je me mets le doigt dans l’œil » ; Gilles Simon : « Il avait très bien préparé ce match. Le temps que je comprenne comme retourner ça, que je me mette à l’aise, ça faisait deux sets à zéro » ; Caroline Garcia : « J’étais devenue lente et molle ». Quant à Jo-Wilfried Tsonga, il nous a gratifié d’un refrain (connu) à la Ouvrard : « J’ai des ligaments qui ont calcifié dans le dos et ça a créé un pont entre mon sacro-illiaque et mon illiaque. J’ai le côté droit qui est fixé, mais le côté gauche ne l’est pas. Il bouge, ça frotte et ça crée une inflammation ». Ah ! bon Dieu qu’c’est embêtant d’être toujours patraque, ah ! bon Dieu, qu’c’est embêtant, je n’suis pas bien portant… Comme le tennis français !

Ça promet. « Les Blacks ont beau avoir pratiqué un des plus beaux rugby de l’histoire en 1995, on ne peut pas les classer parmi les très grands car ils n’ont pas gagné. » Sous-entendu, « nous » voulons être cette équipe (l’Angleterre) qui marquera les esprits. Eddie Jones, sélectionneur de l’équipe de la Rose est très clair : la défaite en finale au Japon lui est restée en travers de la gorge (« Je prends l’entière responsabilité de cette défaite ») et il mettra tout en œuvre pour que son équipe soit la meilleure que le monde verra jouer. Et ça commence maintenant après le premier rassemblement des Blancs qui « auront toute une journée pour se dire le fond de leur pensée, leur colère… » En attendant, le seul souci de Mister Eddie « c’est le match contre la France et je peux vous dire que, là, ils auront une bonne préparation. » Les Bleus sont prévenus pour dimanche prochain…

Vite dit, bien dit. « J’ai un pote qui va aux Philippines (…) Une semaine à me détendre à la plage ou au bord d’une piscine, boire des cocktails et poser ma raquette parce que je ne veux plus la voir. » Battu d’entrée mais non sans résistance par Cilic (jeu décisif du 5e set), Benoît Paire aime-t-il vraiment le tennis…
– « C’est horrible mais c’est le foot. On n’a pas eu un bon feeling avec le ballon. » Le nouvel entraîneur de Monaco n’a visiblement pas encore résolu les carences de son équipe battue 1-3 par Strasbourg en Principauté. Méfies-toi Moreno, d’ici à ce que Jardim revienne une troisième fois…
– « J’aimerais participer à un Roubaix humide. La pluie, la boue, les pavés. Un combat d’homme à homme sur les pavés. Ce serait magnifique. » Vainqueur en 2019 de l’Amstel et d’A travers la Flandre, meilleur cyclocrossman mondial, Mathieu Van der Poel rêve des pavés de la Reine des classiques à laquelle sa « petite » équipe (Alpenin-Fenix, 2e division) a été invitée. Vas-y Mathieu, papy Raymond sera toujours fier de toi…
– « Edi s’est entraîné avec nous, mais sa situation n’est pas claire. » Cavani, le chouchou du Parc, restera-t-il à Paris ? Même Thomas Tuchel n’en sait rien. En revanche, nous, ce dont on est sûr, c’est qu’après les affaires Ben Arfa, Rabiot, Neymar, le PSG aime bien les feuilletons…

LA PHRASE de la semaine. « A ceux qui critiquent sur les réseaux sociaux et qui sucent leurs pouces sur le canapé, venez mettre votre cul dans une voiture de course et vivez ce qu’on vient de vivre avec Tanak et sa grosse chaleur (ndlr : le pilote a été victime d’une spectaculaire sortie de route au Monte-Carlo). Je suis un bon vivant, je profite de la vie et j’emmerde ceux qui disent que je suis gros. » Tweet de Daniel Elena, le co-pilote de Sébastien Loeb, qui ne roulant plus toute l’année en rallye, s’est, depuis quelques mois, un peu enrobé…

(Sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui, internet).

JHD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*