Histoire d’O…xygène : « On n’est pas dans un pays communiste »

Voici l’histoire du projet Oxygène, cher à Dominique Redouté.

2007. Début d’une réflexion sur un projet de création d’une zone « éco-construction/développement durable » sur Chartres entre plusieurs entreprises artisanales de la région.

2008. Création avec le soutien de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat d’Eure-et-Loir, du Comité de développement économique de l’Eure-et-Loir (Codel) et de Chartres Métropole, de l’association « Bati-durable ».
Poursuite de la réflexion engagée sur le plan juridique (choix de la structure) et sur le plan opérationnel (recherche d’un terrain).
Proposition de Chartres Métropole d’un terrain sur le Pôle Ouest acceptée par Bati-durable sur la base d’un cahier des charges co-construit entre Chartres Métropole et Bati-durable prévoyant la création et l’occupation d’une « zone éco-construction » de 3 hectares sur les 210 hectares du Pole Ouest.

2009. Conception du bâtiment « Oxygène » dans le cadre de l’appel à projets « efficacité énergétique » lancé par la région Centre.
Désignation d’Oxygène en tant que lauréat de l’appel à projets classé « démonstrateur pour la RT 2020 », assorti d’un subventionnement par l’agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Economie – ADEME (70 000 €), la Région Centre (70 000 €) et le Fonds Européen de Développement Régional – FEDER (400 000 €).

2010. Choix de la localisation du terrain avec Chartres Métropole.

2011. Montage du dossier – Obtention du permis de construire.
Recherche des financements et garanties complémentaires.

2012. Caducité du compromis de vente et du permis de construire.
Ré-attribution par Chartres Métropole du terrain pour l’installation d’un Drive Leclerc en zone classée éco-construction. Information qui devait rester secrète (jusqu’à la tenue des élections législatives), mais rendue publique à l’initiative de Dominique Redouté dans l’Écho du 26 mai 2012, avec pour conséquence le gel du dossier par Chartres Métropole.
Nouvelle recherche d’un terrain.
Création avec 2 autres co-gérants de la société coopérative d’intérêt collectif – SCIC.

2015. Officialisation du blocage du dossier par Jean-Pierre Gorges qui annonce et justifie publiquement la fin du soutien de Chartres Métropole dans l’Écho du 5 mars 2015 en évoquant « un projet non viable dépendant d’hypothétiques subventions publiques et d’intérêt limité » puisqu’il précise « tout le monde aujourd’hui s’inscrit dans la démarche éco-construction, RT 2012 et toute la réglementation en matière de construction de bâtiments », et il ajoute : « ce projet n’a pas son propre équilibre financier, un projet qui attend des subventions, pour moi, ne peut être viable. On n’est pas dans un pays communiste. »
En décembre, perte du subventionnement octroyé.

2016. Reprise par la SCIC du dossier et de la recherche des financements au niveau de la Région Centre.

2020. Démission de Dominique Redouté le 9 janvier.
Annonce du déblocage de la situation dans l’Écho du 10 janvier. Redouté parti, Chartres Métropole, enfin, débloque une subvention de 200 000 euros.


L’accueil bienveillant et chaleureux qui m’a été réservé le 18 janvier 2020 par nombre de citoyens, Chartrains ou non, lors de mon « passage événementiel » dans les rues et sur le marché de Chartres, comme les marques de sympathie, voire de reconnaissance, qui m’ont été également témoignées à cette occasion, m’ont engagé à décider de faire plus largement connaître les circonstances de mon initiative.

J’entends en effet exposer les raisons exactes qui ont conduit au blocage durant huit ans du projet Oxygène, un projet économique et écologique innovant, fédérateur, créateur d’emplois, mais victime du mode de gouvernance qui régit Chartres et Chartres Métropole depuis maintenant bien trop longtemps.

Un mode de gouvernance faisant fi de l’intérêt général comme du souci du bon usage des deniers publics, auquel je me suis trouvé personnellement confronté et qui m’a conduit à démissionner de mes fonctions de co-gérant fondateur du projet que nous avons conçu dès 2007/2008 en partenariat avec d’autres entreprises artisanales du département partageant la même sensibilité au développement durable, et inlassablement soutenu depuis.

Un mode de gouvernance inacceptable qui doit à présent cesser. C’est la motivation de cette lettre ouverte qui s’inscrit dans la démarche totalement apolitique du chef d’entreprise que j’ai été durant 30 ans et que je reste profondément dans l’âme.

Cactus a accepté d’en assurer la publication, je l’en remercie vivement.

Dominique Redouté

8 Commentaires

  1. Dans l’Écho du jour, publi-reportage sur JPG et sa harangue de circonstance au monde économique de l’agglo ! MDR ! Mais comment peut-on porter un pareil discours (on avait sûrement prévu les mouchoirs à côté des petits fours …)qui soit aussi éloigné de ses actes et de ses peu glorieux faits d’arme ! JGM sort de ce corps !

  2. Heureusement pour lui aussi car 2 ans et demi de retard et un surcoût de plus de 20 millions d’Euros(en roubles je sais pas…)sur un projet et c’était le goulag direct….

  3. ON est pas dans un pays communiste, mais ON ne se prive pas d’utiliser des méthodes staliniennes pour écraser les initiatives intelligentes…
    Qui plus est, comment peut-on comprendre les termes « éco-construction » ou « développement durable » quand on est climato-sceptique et que l’on bétonne la ville sans vergogne ?

  4. Bah, quelle question, voyons ! Le « Maitre JPG » piquera sans aucun complexe « les 200 000 € autres » de subvention perdue dans les poches des moutons-contribuables de l’agglo !

  5. Ah, ah, ah ! « Maître JPG », ça n’est pas sans rappeler sa (vaine) tentative de devenir avocat grâce au décret scélérat pondu par son clan politique à la veille de se faire virer du pouvoir en 2012, un texte ensuite heureusement abrogé pour la profession qui n’a pas vocation à servir d’asile politique aux « victimes » du suffrage universel …

  6. Conclusion 6 années perdues et … 400 000 euros de subvention envolés (c’est royal!) tout cela car Maître JPG fut contrarié! Et aujourd’hui il ose se faire le sauveur du projet Oxygéne avec un déblocage de 200 000 euros de subventions!! Et les 200 000 autres ????
    Que de temps d’argent et d’energie beaucoup d’énérgie j’imagine de perdus !!!

Les commentaires sont fermés.