L’inacceptable Zénith dans le quartier de la gare

Le complexe culturel et sportif, projet intégré au programme « Pôle Gare ». Synthèse.

Programme initial : équipement plurifonctionnel, maître d’œuvre : le Groupe-6 (Paris) est retenu par le conseil communautaire le 3 avril 2012. Une première demande de permis de construire est déposée en 2014. La première enquête publique se conclut par un avis défavorable.

Une deuxième demande de permis de construire est déposée en mai 2015 pour une capacité d’accueil de 5 800 personnes. Le projet est censé avoir été modifié… En octobre 2015, une deuxième enquête publique est prescrite par le maire de Chartres. Elle se déroule du 19 novembre au 21 décembre 2015. Le commissaire enquêteur considère que le dossier présenté est similaire au précédent et que l’étude d’impact aurait dû intégrer le projet de parking du pôle gare. Il délivre un avis défavorable le 15 janvier 2016.

Le Conseil de développement de Chartres et Chartres métropole présente le 31 janvier 2017 « les grands projets » dont le complexe multifonctionnel comme « élément structurant » (?!) avec un budget de 40 millions d’euros et une livraison en 2019. Le 9 février 2017, Monsieur Bernard Orts, DGS de Chartres métropole écrit à Monsieur Gorges pour lui dire que le complexe « accueillera 4 198 places maximum » et ne sera « donc pas soumis à l’étude d’impact », ni « à l’examen au cas par cas », suite à l’abaissement à 5 000 places du seuil qui obligeait ces procédures. En fait M. Gorges écrit à lui-même…

Une troisième demande de permis de construire est déposée par Chartres métropole en mars 2017. Surface totale de 14 113 m². Il est accordé par M. Gorges le 10 juillet 2017. En janvier 2018, Madame Dorange annonce un nouveau budget : 30 millions (??) mais ne dit rien quant aux dépenses déjà faites (par exemple le montant des honoraires de maîtrise d’œuvre).

Cependant une enquête publique du 13 février au 16 mars 2019 portant sur l’« évaluation environnementale du projet d’équipement plurifonctionnel, culturel et sportif » est finalement prescrite par arrêté municipal (le commissaire enquêteur émettra un avis favorable, sans réserves (!). Pendant ce temps, le Tribunal administratif suspend le permis de construire, suite à la demande en référé déposée par l’association Épargnez-nous.

On apprend aussi qu’un marché de travaux a été passé en janvier 2019 avec un groupement d’entreprises pour la modique somme de 47 133 000 euros. Une demande de permis de construire modificatif est déposée le 21 septembre 2019. Nouveau recours, nouveau report…

Aux dernières nouvelles, le chantier ne serait pas ouvert avant les prochaines élections (ouf !).

Conclusions : Le projet d’un nouvel équipement culturel et sportif à Chartres est souhaitable. Encore faut-il le définir et le programmer sérieusement en concertation avec toutes les parties prenantes. L’implantation retenue sur un terrain inadapté et difficile d’accès est inacceptable pour les riverains qui en subiront les nuisances (bruit, de gaz d’échappement, etc.). Il induit des coûts de réalisation exorbitants (on peut prévoir 60 millions d’euros si on ajoute aux travaux les honoraires, les frais divers et les imprévus…).

Un tel équipement se doit d’être situé à proximité de voies de dégagement pour éviter les embouteillages et à l’écart des habitations. C’est ce qui a été confirmé par les deux premières enquêtes publiques. Ce projet aurait pu être intégré au futur parc des expositions. Malheureusement, M. Gorges s’entête et les surcoûts s’empilent alors que le parking du pôle gare, contigu et payant, n’est pas encore lancé…

6 Commentaires

  1. Carrefour est bien où il est. A cette enseigne qui a bien profité et au passage a dézingué le commerce du centre-ville pendant 5 décennies, savoir reconnaître que sa survie réside ailleurs que son transfert sur le plateau nord-est serait à l’heure d’Amazon et tutti, une belle avancée. car ce serait une stratégie dépassée voire suicidaire que de persévérer dans cette option. La position actuelle de Carrefour est par ailleurs idéale et à cette enseigne juste ce serait juste de se rendre glamour (attractive) sans chercher à remettre carte sur table sa localisation qui est aujourd’hui un combat d’arrière garde voire dépassé tant les enjeux de services commerciaux sont plus qu’ailleurs.
    Aujourd’hui, on le constate (imaginez alors dans 10 ou 20 ans où en seront les généralistes), comme pour spécialistes, ils doivent inventer ailleurs via le numérique et les circuits de proximité qui se réaffirment mais qui sait s’ils perduront face à d’autres pressions…
    Bref, les mutations commerciales sont en pleine mouvance. Il est difficile de prédire l’avenir mais ce qui est certain, c’est que c’en est fini où l’hypermarché faisait sa loi et le développement de la ville (son plan d’urbanisation) et donc orientait fortement la pensée profonde des édiles.

    investir dans du transfert rive droite (en venant de la Franciienne RN10)), c’est juste un projet has been pour profiter du foncier libéré à l’époque (1çç0) et c’est juste une solution de fuite en avant …
    Mesdames et Messieurs de Carrefour, vous savez très bien que la survie de votre CA ne réside pas dans cette relocalisation sur la l’ex BA122 mais bien à rendre votre magasin actuel, mieux attractif et cela, indépendamment de son implantation.
    Car votre localisation actuelle est idéale nonobstant quelques externalités qui ne seraient suffire à justifier une quelconque relocalisation…

    MMes et MMs, soyez pas cons. Rebondissez et investissez dans d’autre sauvegarde commerciale qu’une vue de décideurs de Carrefour qui imaginaient l’expansion de votre groupe quand le numérique n’était pas né.
    Le projet de développement du plateau nord-est est juste d’un autre âge, complètement dépassé. Pour preuve, il n’a pas abouti aujourd’hui tandis que le contexte lui été hautement favorable.
    Managers carrefouriens, soyez sages. Autrement, le peuple chartrain (consommacteur), vous en voudra dans sa pratique.
    Votre expansion n’est plus là sinon être un combat d’arrière-garde et à fonds perdus.
    Quand certains édiles vous vantent les possibilités prodigieuses du foncier, j’espère que vous réalisez qu’on vous vente surtout votre caveau.
    A bon entendeur… comme il est courtoisement dit

  2. Monsieur Lagaffe, ne pas oublier le ruissellement ! Plus c’est cher, plus il y a de ruissellement, voyons !

  3. Un même équipement à Cesson (banlieue de Rennes) a coûté moins de 20 Millions d’euros.
    Faire une salle à proximité de l’Odyssée, par exemple, pourrait permettre de mutualiser les parking.
    N’importe où, mais pas à la Gare.

  4. « Cette procédure ne remet pas en cause l’avancée des travaux. » qu’elle ose dire la préposée gorgienne aux grands équipements, pour le compte de son entêté boss ! Le jour où ces gens là devront personnellement répondre sur leurs propes deniers de leur gestion, ils crâneront moins ! Et ce jour, tôt ou tard, viendra, y aura alors de l’auto-nettoyage et beaucoup moins de bousculade aux portillons des élections !

  5. En fait, suite à la requête de l’Association Epargnez-vous qui a demande l’annulation du permis de construire et de son modificatif, le Tribunal administratif d’Orléans a rendu son jugement le 26 novembre dernier : il est sursis à statuer. En résumé Chartres Métropole doit, dans un délai de 10 mois (donc avant le 26 septembre 2020), « justifier d’une mesure de régularisation » concernant le trafic et la capacité des voiries situées à proximité. L’évaluation environnementale dans sa partie consacrée au trafic et des conditions de déroulement de l’enquête a été jugée insuffisante. Pour plus d’information consulter : http:/www.epargneznous.com

Les commentaires sont fermés.