Au pays des Bisounours, il risque d’y avoir des morts…

En Eure-et-Loir, il y a cinq médias papier sur le marché de « l’agglomération chartraine au pays des Bisounours », où tout est magnifique, écolo, lumineux et parfumé grâce à l’action d’un grand homme extraordinaire, tellement fin gestionnaire qu’on se demande même s’il ne devrait pas viser plus haut que l’Élysée, genre Fonds monétaire international ou Organisation mondiale du commerce…

En tête de gondole, Eurélien, le magazine trimestriel du conseil départemental que le président/directeur de la publication Claude Térouinard fait imprimer à 210 000 exemplaires et distribuer aux 435 000 habitants de l’Eure-et-Loir.

En seconde position, Votre Agglo, le magazine de Chartres Métropole, avec 81 000 exemplaires mensuels pour une population de 135 000 habitants.

En troisième place, Chartres Votre Ville, avec 32 000 exemplaires mensuels pour une population de 39 000 habitants.

Les impressions de Votre Agglo et de Chartres Votre Ville sont manifestement disproportionnées par rapport à la taille du lectorat local. À moins que les surplus servent à arroser les territoires périphériques, à se faire mousser auprès des voisins…

Viennent ensuite L’Écho républicain, l’unique quotidien départemental, et le petit dernier, trimestriel, EPIK ou rien, le mag « branché » de Mathilde Gorges herself. 20 000 exemplaires tarifés deux euros sur le même segment que les deux titres gratis de papa ! De prime abord, on se dit que c’est de la folie, que l’aventure va tourner court fissa. En réalité, si l’on regarde l’identité des financeurs d’Epik (plusieurs acteurs publics et para-publics comme le conseil départemental, la chambre de commerce et d’industrie, la chambre de métiers, la comestic valley, des clubs sportifs de l’agglo – lesquels vivent essentiellement grâce aux subventions de Chartres Métropole), il y a de quoi permettre à la dame de pérenniser son entreprise.

6 Commentaires

  1. Pour Epik ou rien, n’oublions pas les aides (en nature ?) à la promotion, le musée des beaux arts privatisé (gratuitement ?) pour la Saint Valentin, l’Odyssée privatisée aussi (à prix d’ami ?) pour un barbecue géant, avec of course la couverture des deux opérations de pub assurée bénévolement par l’unique et servile feuille de chou locale ! Pour se prétendre « décalé », suffit pas d’afficher en cette période de fêtes, un vulgaire gros père noël vautré dans un fauteuil, gros cigare et verre d’alcool en mains !

  2. Ne pas oublier le sympathique « Plaine vue », un magazine sympathique et sans prétention diffusé dans les commerces euréliens, arborant un lumineux et malicieux macaron siglé « trimestriel et toujours offert », suivez mon regard …

  3. Epik ou rien écoule le stock invendu de son numéro 1 avec son numéro 5, le dernier paru, le lot de 2 pour 1 € ! Doit y avoir de la perte ! Heureusement que les amis de papa sont là !

  4. La mise en place des autocollants EPIK OU RIEN sur des panneaux de signalisation fait ´elle l’objet d’une plainte et d’un éventuel procès comme l’a connu le syndicat la CGT il y a quelques années .
    A notre connaissance : NON

    D’autre part demander aux entreprises le coût des publi-reportages et l’obligation de mettre en premier sur leurs comptoirs ou gondoles ce « magnifique magazine »

    Aucune recherche par la justice et la police financière sur le coût de fabrication ( dépenses et recettes ) de ce magazine de EPIK OU RIEN qui est en tout point identique ( papier , police de caractère ) aux magazines de Votre Agglo et Votre Ville ………

    DEUX POIDS ……. etc…..

  5. Le magazine « Votre agglo » est gracieusement envoyé aux maires des communes dans le viseur de JPG dont il convoite la richesse (Epernon en particulier et sa com com) pour élargir son périmètre financier et fiscal. Le local à la manœuvre : Stéphane Lemoine, vice président terrouiniste du CD 28, président de la com com « les portes euréliennes d’Ile de France », maire d’Auneau-Bleury-Saint-Symphorien (rien que ça !). Les municipales s’annoncent sanglantes …

  6. Rappelons qu’en cas de besoin, JPG grand chantre de la solidarité (familiale), a fait voter, en papa bienveillant et prévoyant, une délibération de l’agglo autorisant celle-ci à faire appel à des piges, juste pile poil au moment ou sa fi-fille lançait sa petite entreprise journalistique !

Les commentaires sont fermés.