On vous aura prévenu…

Chartraines, Chartrains, imprégnez-vous bien de ces graphiques que vous ne verrez jamais dans les organes de propagande gorgiens. La municipalité a choisi de vivre à crédit, de reporter sur les générations futures le poids de sa gestion dispendieuse. Jean-Pierre Gorges critique, à juste titre, la politique gouvernementale de non-maîtrise de la dette. Il suit pourtant le même chemin. Et quand Cactus vous présentera les dettes cumulées de la communauté d’agglomération et des organismes paramunicipaux (SPL, SEM), vous frémirez mille fois plus.

Par comparaison, la dette moyenne par habitant de la strate des villes françaises de même taille : 1036 euros en 2018 (source : https://www.impots.gouv.fr/cll/zf1/communegfp/flux.ex?_flowExecutionKey=e1s4&_eventId=chiffrescles&critereDeSelection.nomCol=CHARTRES).

Épargne brute ou autofinancement brut : (recettes réelles de fonctionnement – dépenses réelles de fonctionnement, y compris les intérêts de la dette). L’épargne brute constitue la ressource interne dont dispose la collectivité pour financer ses investissements de l’exercice. Elle s’assimile à la « capacité d’autofinancement » (CAF) utilisée en comptabilité privée.

A noter que la mutualisation des services entre Chartres et la communauté d’agglomération – passée de 7 communes (2001) à 66 (2018) – était censée permettre la réduction des dépenses municipales de fonctionnement (personnel, gestion…). En 2001, les dépenses réelles de fonctionnement de la commune de Chartres s’établissaient à 44,9 millions d’euros ; en 2018, elles dépassaient 55 millions, soit une hausse de 23%…

Capacité de remboursement : (encours de dette/épargne brute) : ce ratio est un indicateur de solvabilité. Il indique le nombre d’années qu’il serait nécessaire à la collectivité pour rembourser l’intégralité de sa dette, en supposant qu’elle y consacre toutes ses ressources disponibles.

16 Commentaires

  1. A-t-il transformé la ville ? oui ! Les Chartrains en ont-ils pour leur argent ? non ! Est-ce réussi ? non ! La place centrale des éparts, transformée en lieu permanent de foires, est une vraie horreur, la ravissante petite place Estienne d’Orves est défigurée par l’implantation de deux containers à ordures éternellement décorés de sacs abandonnés en surface, comme la plupart de ces équipements d’une absolue laideur ! Les problèmes ont-ils été réglés ? non, certains sont même aggravés et rendus encore plus dangereux, en particulier la circulation et le manque d’entretien général est patent ! La liste n’est pas exhaustive ! What else ?

  2. Si le prix au m2 a suivi la même inflation que la dette et la hausse des différentes taxes alors Gorges est un bon gestionnaire pour les chartrains…
    Si ce n est pas le cas et si sa gestion ne peut que faire augmenter les impôts locaux, alors le chartrain va se poser des questions
    Si on lui explique que sans la vente des terrains du plateau nord, tout le montage financier des différentes entreprises de l agglomération de Chartres va s effondrer et que l ensemble des dettes vont revenir aux habitants de Chartres et de son agglomération, le Chartrain demandera des comptes
    Si un projet alternatif, séduisant et crédible sur les grands futurs projets annoncés est proposé, Gorges sera balayé
    Au fait, est-ce qu’il n est pas temps de demander aux candidats des mairies de l agglomération leur position sur la gouvernance de l agglomération ? De belle perspective en vue

  3. Entre 2000 et 2014 la dette par habitant a augmenté de 52%, alors que dans les villes similaires elle a baissé de 13,5% !!!La dette par habitant est plus élevée de 56% que dans les villes similaires .Enfin la France qui vient de passer les 100% d’endettement ,Chartres déjà en 2014 était à 105,50% d’endettement par rapport à ses revenus !!!
    Alors ,on se gausse toujours dans les dîners en ville ?Le magicien des finances va nous expliquer que tout est sous contrôle ,vous pouvez dîner tranquillement .

  4. Comment rendre ses chiffres et l article de Chevée plus visible afin d enclencher une réaction ? Lors d un diner, j ai évoqué ses chiffres et on m a répondu « oui mais il transforme la ville et c est normal que cela coûte de l argent ! »
    Il faudrait pouvoir comparer avec la gestion d autres villes pour montrer l ampleur des dégâts

  5. A Eustache Lafrize.
    A propos de la complicité des citoyens…
    Les braves gens font confiance. Si on leur dit que tout va bien, pourquoi mettrait-il la parole des élus en doute ? Pour beaucoup de petites gens, un élu, c’est quelqu’un digne de confiance.
    Que Gorges, Masselus et autre Dorange soient sincères, loyaux, droits et expliquent que les graphiques et les chiffres ci-dessus correspondent à la réalité et la populace ne votera plus pour eux.
    Etre complice, c’est quand on connait la vérité et qu’on s’assoit dessus. Est-ce vraiment l’attitude de quantité d’électeurs de Jean-Pierre Gorges ? Sont-ils complices ou victimes ?

    • A Myriam Besraoui.
      Quand on néglige d’aller voter, quand on se contente de l’Echo Républicain pour s’informer, quand on vous prend pour un fabulateur si vous évoquez les frasques et magouilles des élus, on devient complice en gardant la tête dans le sable. Je ne suis qu’un citoyen lambda, je n’ai pas fait d’études supérieures, je suis simplement curieux de la vie publique et considère que voter ne consiste pas à signer un chèque en blanc. Pourquoi lisons nous et partageons nous sur Cactus ? Peut-être avons-nous encore simplement le minimum de conscience politique qui permet de dire non quand nous le pensons nécessaire. Petites gens ou pas, chacun devrait être à même d’en faire autant. Comme beaucoup, je lis aussi des articles sur la succession de Johnny ou la famille royale britannique, mais pas que …

  6. La situation catastrophique n’empêche pas JPG d’annoncer 67 MF d’investissements pour l’agglo en 2020 ! Il va dans le mur, mais espérons que ce sera celui des urnes chartraines en mars 2020 !

  7. Un autre critère essentiel de bonne gestion est celui du taux de réalisation des dépenses d’investissement. Et Gorges s’affiche également très mauvais dans ce secteur par rapport à son programme initial de 2014.
    Vous avez parfaitement raison, Gorges n’a plus d’argent pour ses projets ; les banques rechignent ; il agrandit l’agglo pour pomper le fric des périurbains, mais même ça ne suffira pas…

  8. Et l’on comprend mieux pourquoi le vote blanc ne sera jamais décompté comme une voix exprimée ! Sur la question, nos politicards de tout bord s’entendent comme larrons en foire !

  9. Petit retour en arrière sur l’élection de 2014.
    Gorges est élu au 1er tour avec 53.49% (7264 voix sur 13580 exprimées) et obtient 31 sièges. Soit! Les autres se partagent les 8 sièges restants…
    Ce que l’on oublie, c’est que le taux d’abstention était de 43.78% (10906 sur les 24912 personnes inscrites à Chartres).
    Vous avez raison PCC de dénoncer la complicité des citoyens. 7264 voix, c’est à peine 30% des inscrits et pourtant la voie est libre pour dépouiller une ville de 40000 habitants et étendre son pouvoir de nuisance à 100000 autres habitants, sans contrôle. Les seules limites seront celles que les électeurs voudront bien fixer en Mars prochain.
    Le suffrage universel n’est peut-être pas la panacée, mais cela reste un outil démocratique qu’il faut utiliser sans réserve.

  10. Quand il y aura de vraies responsabilités financières sur biens propres encourues par ces chers petitz’élus locaux, il y aura déjà beaucoup moins de monde aux portillons des élections ! Du genre à réclamer toujours plus de pouvoirs et de libertés, il en ont déjà beaucoup et ils ne se gênent pas s’en accorder beaucoup d’autres qu’ils n’ont pas – JPG en est la caricature – mais sur la question des responsabilités, là, on n’entend plus personne !

  11. Il était une fois un homme que beaucoup de gens, en Beauce, considéraient comme extraordinaire, génial, qui inspirait la confiance absolue. Son système de Ponzi a duré de 1981 à 1988, avant l’effondrement et la déconfiture pour des centaines et des centaines de Chartrains…

  12. 100 millions d’euros d’endettement pour Chartres, 250 millions d’euros de dette pour le budget principal de Chartres métropole, cela fait au total un endettement d’au moins 4000 euros par chartrain.
    Il convient aussi d’ajouter largement plus de 300 millions de dettes pour la douzaine de SPL et SEM inventées par Gorges, garantis par Chartres et chartres métropole.
    La facture est colossale !
    Quand on sait les investissements programmés par Gorges (Zénith, plateau nord est, esplanade cathédrale), ce ne sont pas les montants d’épargne brute et nette dérisoires qui financeront, mais bien encore la dette.
    Ça s’appelle une cavalerie. La fin sera pire que douloureuse.

  13. Loin de moi l’idée de le défendre,comme en témoigne mes commentaires précédents,mais c’est ce que fait la France depuis 40 ans,la fuite en avant par manque de courage politique,par lâcheté pour acheter la paix sociale et afin d’assurer leur réélection.Et ce avec la complicité des citoyens qui votent ou pas (mais qui ne dit mot consent).La note est là et tout le monde en a profité sans en avoir l’impression puisque personne n’est content mais la note est bien là!A tous les niveaux du pays la note commence à être trop importante pour être cachée sous le tapis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*