La Gauche unie à Chartres : un projet municipal de rupture

13 novembre 2019. Ce jour, un collectif de citoyens chartrains, de sensibilité de gauche, encartés ou non, a décidé de rendre public son projet de rassemblement bâti sur les trois piliers de l’urgence écologique, de l’exigence démocratique et de la transformation sociale.

La genèse du projet remonte au début du dernier printemps. Trois groupes citoyens travaillent séparément : « Chartres à gauche toutes ! » (mouvance communiste), « Demain Chartres » (LREM) et « Alternative chartraine » (CAC47, socialistes, écologistes et insoumis). Un premier rapprochement s’opère entre Alternative chartraine et Demain Chartres, mais il capote pendant l’été sur la question du non-cumul des mandats et des fonctions, que les Marcheurs considèrent comme secondaire.

Ensuite, tout s’accélère : les groupes Chartres à gauche toutes ! et Alternative chartraine fusionnent et gravent dans le marbre leurs convergences sur une huitaine de sujets fondamentaux d’intérêt municipal et intercommunal.

D’abord, un constat : Chartres est une ville étouffée et désunie. Depuis trois mandats, presque dix-neuf ans, les habitants subissent la confiscation des décisions, des services, de la culture et même de l’espace urbain au profit d’une minorité. Il en résulte une coupure évidente entre la ville centre et les quartiers : ceux-ci sont abandonnés, qu’il s’agisse de services sociaux, des centres aérés, des bureaux de poste (une « demie » Poste à La Madeleine pour 8 000 habitants !), de l’enseignement musical et artistique. La centralisation (par exemple, le fameux « guichet unique » situé boulevard Chasles) pénalise forcément les citoyens éloignés, géographiquement et socialement. Ces expériences « laboratoire du libéralisme », longues et répétées, n’ont été profitables ni au centre (chacun peut voir qu’il ne va pas bien), ni à ce que l’on appelle la périphérie. Le groupe ambitionne de retisser la ville, de rapprocher les Chartrains les uns des autres.

Et comment ne pas pointer l’indécente politique gorgienne du « Toujours plus », de ses démesures qui rappellent la fable de la grenouille « qui veut se faire aussi grosse que le boeuf » (au prix d’un endettement colossal), de la minéralité outrancière de Chartres, où ne surnagent désormais que quelques pots de fleurs et arbres désincarnés et contraints, aux antipodes de la priorité écologique planétaire, nationale et locale, de sauvegarde de l’environnement ?

Pour sa déclaration de naissance, le groupe a choisi de communiquer sur quatre thèmes. Les autres seront déclinés prochainement :

Mobilités et transports : au cours du mandat prochain, la priorité sera donnée aux transports en commun, aux deux-roues et aux piétons, pour une sécurité optimale de circulation, notamment celle des enfants. La gratuité des bus sera instituée, avec une infinie plus grande amplitude d’utilisation, de fréquence et de proximité.

Politique des quartiers : l’objectif est de faire renaître la vie sociale dans les quartiers, aujourd’hui exsangue. Pour ce faire, les Maisons de quartier seront l’outil déterminant, et dotées de moyens conséquents. Les MdQ (dont le nombre est susceptible d’augmenter) cumuleront les fonctions de guichet unique décentralisé, d’espace numérique public, de services juridiques, fiscaux et d’écriture publique, d’espace de santé, de point de rencontre avec les policiers municipaux, de lieu de démocratie participative, d’éducation populaire, de vie associative revigorée.

Chartres réoxygénée : « Faire de Chartres une oasis, où les habitants pourront se ressourcer à l’ombre des grands arbres, climatiseurs naturels ». Le groupe fourmille d’idées en la matière. D’ores et déjà, parmi une multitude de projets (le bio, la reconquête des terres agricoles, etc), il annonce la couleur :  1 000 arbres seront plantés tous les ans sur l’espace public chartrain, et même privé, en fonction des demandes des propriétaires particuliers. Par dessus tout, le parvis de la cathédrale sera végétalisé. « Nous planterons une forêt d’arbres en ce lieu magique, pour le plus grand bonheur des habitants, des touristes et des pèlerins ».

Une révolution du logement : il s’agira de créer un véritable service public de l’habitat (actuellement, l’habitat public chartrain fonctionne comme une agence immobilière…) : transparence totale de l’attribution des logements, fin des destructions de logements au profit de leur réhabilitation, programmes d’isolation thermique des immeubles anciens et énergie positive pour les nouveaux, création de logements publics dans le centre-ville. La vente des logements sociaux ne pourra plus se faire qu’à destination des locataires. Il sera procédé à un recensement et à un contrôle accru des logements insalubres privés. Enfin, le groupe prend l’engagement de ne plus tolérer que des gens dorment dans la rue la nuit, cela sera rendu possible grâce à des réquisitions de logements vacants.

Tous les citoyens intéressés par ce projet peuvent contacter le groupe à partir de l’adresse électronique suivante :

collectifcitoyenchartres2020@gmail.com

Au bout du processus, après l’agrégation des Chartrains motivés par cet objectif de rupture, une tête de liste sera dévoilée. Puis le nom officiel de la liste municipale. Rendez-vous est pris pour décembre, avant la publication du programme complet courant janvier 2020.

——————————-

Fidèle à sa ligne éditoriale d’ouverture citoyenne, Cactus.press profite de ce billet pour inviter toutes les initiatives politiques dans le cadre des prochaines élections municipales de mars 2020 à lui envoyer communications, projets et programmes. Cactus se fera un plaisir de les relayer, sauf ceux portant atteinte aux droits sacrés de l’humain, d’après la Déclaration universelle des droits de l’homme.

10 Commentaires

  1. A « J «  je ne comprends strictement rien à votre propos , êtes vous à nos côtés depuis plus de 20 années pour interdire la réalisation d’une « autoroute » à travers la vallée de l’Eure ?
    Je me permets de vous rappeler que les CR des travaux de la Comah ( CHARTRES Métropole de l’époque ) et du SCOT prévoyaient une préservation sur la décennie 1990 – 2000 des espaces naturelles et la réalisation de liaisons douces .
    A vous lire l’on n’a l’impression que la « vie » a commencé en 2001 .
    A nouveau je repose ma question : Quid des documents qui vous permettent d’affirmer vos propos ?

  2. Le jeudi 9 janvier 2020 la manifestation contre la réforme des retraites a rassemblé environ 2600 personnes à chartres mes camarades de la FI et moi même présents ce jour là n’avons remarqué aucune bannière « alternative chartraine » pourquoi autant de discrétion des exigeants de la démocratie et de la transformation sociale dans l’acte ?la rédaction était elle non gréviste ? négligent de la préoccupation des français ? Ou bien invisible ?
    Nombreuses sont les questions.. Samedi 11 janvier à 14h30 manifestation départementale place morard contre la réforme des retraites serez vous présents ?

  3. à UE dt,
    cela vous semblera peut-être agréable de me lire mais surtout pas pour ma pomme tellement l’équipe en place m’a dégoutté.
    A vous lire, vous fûtes élu et acquiesçant à l’époque et peut-être l’êtes-vous encore ? Qui êtes-vous Un Eurélien de toujours??
    Si vous avez été élu à l’époque, étiez-vous déjà réfugié dans des compte-rendus de gestion.
    Mes propos (je ne les invente pas même s’ils n’ont étaient consignés en CR) quand il s’agissait de défendre les Prairies de Luisant et aménager le Plan Vert vu le potentiel de la vallée de l’Eure) n’ont 20 ans après, perdu aucune pertinence.
    … Et dans 20 ans, je vous promets que courra et vivra une circulation douce (voie verte) depuis les forêts du Perche via La Loupe, Courville, St-Georges/Eure, Chartres, Maintenon, Nogent-le-Roi, Dreux, Bouviers… jusqu’à Poses et Rouen.
    Faites-en votre parti si vous y croyez (ou ne faites pas, ainsi que je vous l’ai exposé il y a plus de 20 ans ; le temps passe …)
    Ou déniez si comme il y a + 20 ans, vous n’y croyez toujours pas.

    (entre parenthèses et j’insiste ! la vallée de l’Eure avait toutes les qualités requises pour devenir Parc naturel régional !)
    Au lieu de ça, quand je vois sa déflation immobilière actuelle, permettez de sourire aigre.
    Fermez toutes les parenthèses

  4. A géographe ,

    Il me serait agréable de mieux cerner vos écrits car je n’ai pas souvenir et pourtant je pense avoir une bonne mémoire et de bonnes archives des propos que vous indiquiez au titre de l’année 1996 .

    Voir les CR et cartes des commissions du SCOT des exercices 1998 – 2001 .

    Merci d’avance de vos précisions

  5. Je ne vois aucune rupture comparé à il y a 20 ans …
    quand j’ai présenté en 1996 (désolé si cela date) le projet Plan Vert (dorsale irriguante), on m’a seulement répondu (ère socialiste) :
    – rien à foutre des herbes sauvages (m^me protégées)
    – rien à foutre des zones humides (inondables)
    – rien à foutre d’une coulée verte (infrastructure verte de l’agglo)
    Dixit à l’époque !! : « Arrêtez de nous exposer vos fantasmes érotico-écologiques ».

    A seul élu, JP Gorge a compris et a accompli…
    Ce n’est assurément pas suffisant ce qu’il a fait en 20 ans mais j’aimerai que tous les bobos-écolos-socialos expriment où ils étaient à l’époque et ce qu’ils proposent aujourd’hui pour juste sauver l’écosystème chartrain ?

  6. Bonjour,

    Que comptez-vous faire contre la vacance des commerces dans le centre-ville ? Les galeries de France, Noël Ballay et la rue Couverte (Monoprix) sont en train de péricliter. Est-il possible de redynamiser tout ça ? Le centre-ville de Chartres doit être un lieu de flânerie, de détente pour tous et pour l’ensemble des portes-monnaies de l’agglomération. A mon sens pour faire revenir les chalands dans le centre, il faut miser sur une diversification commerciale, faire venir des locomotives commerciales et compléter au max l’offre existante à Barjouville….

    Ensuite, concernant les jeunes mais aussi les jeunes actifs, très nombreux dans l’agglomération souvent pour un 1er job dans l’industrie, l’enseignement ou autre, que comptez-vous mettre en place ? Des initiatives sont bien là (merci aux associations SPLITZER, les SONS DU SOUS SOL de vouloir dynamiser la ville!!) mais peut-être faudrait-il encourager tout ça ? Une salle de type SMAC : musiques actuelles, manque à Chartres et son agglomération. Blois en a une alors pourquoi pas Chartres ? Merci pour vos réponses.

  7. Bonjour cactus presse il semble manquer quelques commentaires concernant la présence ou non d’insoumis au sein de »l’alternative chartraine » un oubli qui sera réparé très rapidement je n’en doute pas.. Je rappelle que nous n’avons été contacté par la rédaction et que vous ne pouvez vous prévaloir d’aucun soutien officiel à ce jour.. Pour info également nous disposons d’un compte Twitter France insoumise chartres 28 d’environ 1600 abonnés.
    Cordialement Thierry

  8. Assez d’accord avec ce commentaire. Et c’est bien connu, rien n’est jamais gratuit : lorsque ce n’est pas l’utilisateur qui paye, c’est le contribuable, et c’est vrai pour tout. Nous avons l’école gratuite, les soins gratuits (enfin, presque…),la cantine à prix abordable, la consultation en médiathèque gratuite …. Arrive un moment où il faut que ça s’arrête

  9. Je suis heureux de voir le site « Cactus » fonctionner à nouveau, dans la mesure où depuis quelques jours, il n’était pas possible d’y avoir accès.
    Attention à rester crédible. Je ne pense pas que la gratuité des transports publics soit une bonne chose. Un service « gratuit » est un service qui n’a pas de prix. Regardez ce qui se fait ailleurs, sur d’autres réseaux, en la matière, avec un recul de quelques années : vous vous retrouvez généralement avec un service déconsidéré par les usagers.
    Par ailleurs, il convient d’avoir à l’esprit qu’en l’état actuel du réseau, les recettes sont de l’ordre de 2 millions d’euros par an, ce qui n’est pas négligeable.La billettique récemment mise en place permet une validation systématique à l’entrée dans les véhicules, ce qui permet une connaissance fine des usages… et permet de « responsabiliser » les usagers. Avec la gratuité, la philosophie n’est plus la même et franchement, je préfère la solution actuelle (même si les plages horaires doivent effectivement être étendues)

Les commentaires sont fermés.