N’est pas Charlie qui veut

La date de l’audience de plaidoirie dans notre contentieux contre L’Écho républicain est fixée au mercredi 14 mars 2018, à 14 heures devant le Tribunal de Grande Instance de Chartres.
Vous viendrez très nombreux pour y assister.

L’Écho Républicain et le groupe La Montagne nous ont demandé, en novembre 2016, de retirer divers articles de notre site, au motif allégué qu’ils caractériseraient un dénigrement.

Dans un esprit de conciliation, nous avons fait droit partiellement à cette demande, en considérant cependant que ces organes de presse entendaient ainsi nous censurer, et en refusant de retirer l’essentiel des textes litigieux, qui ne font selon nous que participer à un débat d’intérêt général sur l’avenir de la presse locale, dans un esprit exclusif de tout dénigrement, même si nous ne nous refusons ni la polémique, ni l’ironie.

Nous avions, dans un esprit de conciliation, proposé à l’Écho de faire paraître un droit de réponse ou de se prêter au jeu d’une interview qui nous aurait permis d’échanger sur la question de fond : l’avenir de la presse locale.

L’Écho a refusé ces propositions constructives.

Nous avons, de notre côté, refusé de céder, car ce qui est en cause relève d’un principe essentiel : la liberté d’expression.

L’Écho et La Montagne ont décidé de nous assigner devant le Tribunal de grande instance de Chartres.

CACTUS, site associatif, ne disposant d’aucune ressource et animé par des bénévoles, est fier de pouvoir défendre la liberté d’expression devant un Tribunal, contre un groupe de presse qui pèse plus de 90 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Nous attendons la décision de la Justice avec la sérénité de ceux qui se savent innocents et finalement, nous ne sommes pas mécontents de l’importance que ce puissant adversaire nous accorde.

Vive la liberté !

La rédaction